DE | FR

Marioupol assiégée par les Russes: «C'est l'enfer»

Un habitant de Marioupol blessé lors d'une frappe russe, le 11 mars dernier.
Un habitant de Marioupol blessé lors d'une frappe russe, le 11 mars dernier.Image: sda
La ville ukrainienne est bombardée depuis le début de l'offensive russe. Alors que jusqu'à 300 000 personnes y restent coincées, des fosses communes y sont creusées et les habitants manquent de tout.
16.03.2022, 10:1016.03.2022, 11:31

Destruction et fosses communes

Marioupol se trouve à seulement dix kilomètres des zones contrôlées par les séparatistes pro-Kremlin. Après plus de 20 jours de bombardement de la part des forces russes, la ville est dévastée, comme le montrent ces images de drone:

Vidéo: watson

De nombreux immeubles civils et d'habitation ont été touchés. Sergei Orlov, maire adjoint de Marioupol, a affirmé à CNN que les frappes se succèdent sans répit. A titre d'exemple, 22 avions ont largué au moins 100 bombes sur la ville en l'espace de 24 heures.

«Les dégâts sont terribles. Mariupol, c'est l'enfer»
Sergei Orlov

Selon le dernier bilan dressé par le conseil municipal de la ville, 2357 personnes ont perdu la vie depuis le début de l'invasion.

Image: sda

Submergées par la quantité de morts, les autorités de Marioupol ont creusé des fosses communes à la périphérie de la ville, rapporte Associated Press. Plus de 70 corps, enveloppés dans des tapis ou des sacs, y ont déjà été enterrés.

L'attaque d'un hôpital pédiatrique le 9 mars dernier a, par ailleurs, provoqué une vive émotion dans le monde. Elle a coûté la vie à au moins cinq personnes, dont une femme enceinte et son enfant. Une photo la montrant en train d'être évacuée est devenue le symbole de la brutalité de la guerre.

Pénuries et otages

La situation humanitaire est des plus dramatiques. Assiégée par les Russes, la ville manque d'eau, de vivres, d'électricité et de communications. Selon des témoignages recueillis par le Monde, les gens meurent de faim et de soif.

Terrés dans des caves, jusqu'à 300 000 habitants y restent coincés. Les convois humanitaires sont particulièrement attendus, mais ils tardent à arriver. A cela s'ajoutent des conditions météo difficiles: ces jours-ci, les températures atteignent les -8 degrés.

Jusqu'à 300 000 habitants restent coincés dans la ville assiégée.
Jusqu'à 300 000 habitants restent coincés dans la ville assiégée.Image: sda

Le gouverneur de la région a, en outre, affirmé, mardi, que les forces russes retenaient les employés d'un hôpital de Marioupol et 400 habitants du voisinage «en otage» à l'intérieur de l'établissement, des accusations qui ne pouvaient être vérifiées de manière indépendante.

20 000 civils évacués

Dans la journée de mardi, 20 000 civils ont pu quitter la ville à bord de 4000 voitures, selon la présidence ukrainienne.

Le couloir humanitaire emprunté par ces colonnes de véhicules relie Marioupol à Zaporojie au nord-ouest, via Berdiansk, soit environ 270 km de route.

Ville stratégique

Si Moscou s'acharne sur Marioupol, c'est que la ville portuaire est située dans un endroit stratégique. Une victoire russe serait un important tournant dans l'invasion de l'Ukraine.

Image: datawrapper/watson

Elle permettrait de faire la jonction entre les forces russes venues de la Crimée annexée, qui ont déjà pris les ports de Berdiansk et Kherson, et les troupes séparatistes et russes dans le Donbass. (asi)

Marioupol, assiégée par les Russes

1 / 12
Marioupol, assiégée par les Russes
source: sda / evgeniy maloletka
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les tensions augmentent autour de Zaporijia: le point sur la nuit
Moscou et Kiev s'accusent depuis plus d'une semaine de bombardements sur cette centrale nucléaire. Les habitants de la région sont inquiets.

Les risques autour de la centrale nucléaire de Zaporijjia, dans le sud de l'Ukraine «augmentent chaque jour», a assuré dimanche le maire de la ville où elle est située.

L’article