DE | FR
La Chine est le premier pays importateur de montres haut de gamme. Mais les pièces d'occasion commencent à se faire une place dans le marché du haut de gamme.
La Chine est le premier pays importateur de montres haut de gamme. Mais les pièces d'occasion commencent à se faire une place dans le marché du haut de gamme. Image: sda

Pourquoi les Suisses se jettent-ils sur les montres d'occasion?

Le marché des montres de luxe d'occasion est en plein essor. Une opportunité pour les clients et les fabricants d'arrimer l'économie à l'écologie.
11.11.2021, 17:1212.11.2021, 09:11

Oui, en matière de montres de luxe, la seconde main a la cote. Cette tendance a été confirmée par l'étude Deloitte 2021 sur l’industrie horlogère suisse. Menée entre mi-août et début septembre auprès de 67 cadres supérieurs du secteur horloger et quelque 5 558 consommateurs répartis dans le monde, l'étude du cabinet d'audit montre que la vente d'occasion a de plus en plus d'adeptes. Près d'un acheteur sur trois déclare être susceptible d'en acheter une dans les douze prochains mois. «Le segment des montres de seconde main a commencé à se professionnaliser depuis quelques années déjà. Les marques perçoivent maintenant ce marché comme un moyen de se faire connaître auprès de nouveaux publics, mais également d’alimenter les ventes de montres neuves en proposant des reprises», souligne Jules Boudrand, directeur au sein du département Financial Advisory à Deloitte SA.

Intérêt croissant

«Il y a un engouement certain pour le vintage et la seconde main. La demande pour les modèles iconiques Audemars Piguet, Rolex et Patek Philippe a explosé», explique Jorge Guerreiro, un journaliste indépendant lausannois passionné par l'horlogerie.

«Aujourd'hui, avec les délais d'attente pour obtenir certains modèles spécifiques, on est arrivé à une situation où une montre d'occasion de marque peut coûter beaucoup plus cher qu'une neuve»
Jorge Guerreiro journaliste indépendant

«C'est tout simplement la loi de l'offre et de la demande», réagissent les deux propriétaires de Tawatch, une boutique en ligne de vente de montres de luxe de seconde main. En trois ans et demi d'activités, les deux jeunes patrons ont constaté un bond d'intérêt pour la seconde main de luxe depuis le Covid. «En plus des collectionneurs, observe le duo, le secteur attire de plus en plus d'investisseurs. Au lieu de laisser l'argent à la banque avec un taux proche de zéro, ils préfèrent acheter une montre de luxe, voire plusieurs, tout en sachant qu'ils peuvent revendre en faisant de la plus-value. Pour eux, c'est une valeur refuge».

Durabilité prise en compte

Les entreprises horlogères ne veulent évidemment pas laisser passer ce nouveau filon. Selon l'étude, quelque 65% des dirigeants mettent en œuvre des stratégies pour le marché des montres de seconde main certifiées. Pour gagner la confiance de ces nouveaux clients, les marques et les revendeurs proposent des «certifications», gage de pièces pas contrefaites. «Les grands acteurs du luxe s'engouffrent dans cette brèche, car ils veulent garder la mainmise sur leurs produits. On est passé de la vente entre particuliers à un marché structuré et organisé», indique Jorge Guerreiro. Par rapport à l'étude de 2020, une augmentation de onze points a été constatée chez les consommateurs attirés par les montres d'occasion. Autres éléments qui ressortent de l'étude: 72% des marques horlogères investissent davantage dans la durabilité pour réduire leur empreinte carbone et 60% des consommateurs tiennent compte de la durabilité dans leurs décisions d'achat.

«La certification donne plus de confiance au consommateur pour acheter une montre de seconde main aussi bien en boutique qu’en ligne et participe à la croissance de ce marché»
Jules Boudrand directeur du département financial advisory à deloitte sa

Les jeunes débarquent

Ceux qui appréhendent le poids d'une vie ratée à 50 balais parce qu'ils n'ont pas de Rolex peuvent aussi se rabattre sur le haut de gamme d'occasion. Mais, en réalité, il n'y a pas de génération-type pour ce marché. «Notre étude fait ressortir que les millennials et la génération Z (Ndlr: les personnes nées avec l'avènement du numérique et donc à ne pas confondre avec le mouvement Génération Zemmour) sont les consommateurs les plus enclins à acheter des montres d'occasion. Chez les jeunes consommateurs, l’achat d’articles de seconde main est aujourd’hui une pratique moins stigmatisée qu’auparavant», indique Jules Boudrand. Quant aux raisons qui poussent les consommateurs à acheter des articles horlogers luxueux de seconde main, 44% d'entre eux évoquent des raisons liées au coût du produit, 31% pour se procurer un modèle de fin de série et, pour 26%, c'est à des fins d'investissement.

C'est reparti

Quant à l’avenir du secteur, 24% des cadres interrogés s’attendent à ce que l’industrie horlogère suisse dans son ensemble retrouve les volumes de ventes pré-pandémiques d’ici fin 2021. Le haut de gamme est sur la voie de la reprise. Il y a eu une augmentation de 7% de la valeur des exportations de montres de plus de 3 000 francs au premier semestre par rapport à la même période en 2019, alors que pour celles de moins de 200 francs, elle a diminué de 26%. Pour les pièces d'une valeur entre 200 et 500 Frs, la baisse est de 32%.

La Chine et le reste du monde
«Alors que l’Europe subissait de plein fouet les mesures strictes de confinement au printemps 2020, la part des exportations de montres suisses vers la Chine a plus que doublé pour atteindre 22% au deuxième trimestre. Fin 2020, la Chine est devenue le premier marché d’exportation de l’horlogerie suisse». L'étude Deloitte confirme le rôle très important de la Chine dans le marché de l'exportation de l'industrie horlogère. Même avant la pandémie, la Chine était l’un des trois marchés les plus importants pour les montres suisses, la part des exportations ayant doublé depuis 2015. La part des États-Unis a légèrement augmenté au cours de l’année écoulée et s’élève actuellement à 13%, juste derrière l’Europe (Royaume-Uni compris).
Bon pour le moral
Quelque 77% des dirigeants estiment que les perspectives économiques de l’industrie horlogère suisse sont positives pour les douze prochains mois. C'est dire que le moral du secteur horloger est, de manière générale, au beau fixe. Pour l'avenir, les prévisions fluctuent au gré des segments de prix: forte croissance pour le (très) haut de gamme et baisse pour les autres catégories. La majorité des sondés considèrent la Chine comme le prochain grand marché de croissance pour l’industrie horlogère suisse. L'Empire du Milieu est suivi respectivement par les États-Unis et l’Inde.

L’accident sur l’autoroute A1

1 / 11
L’accident sur l’autoroute A1
source: keystone / salvatore di nolfi
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Battle: Les pâtes

L'Asie vous fascine? Voici plus d'articles.

La Corée du Nord a lancé au moins un missile balistique

Link zum Artikel

La Corée du Sud pourrait interdire la consommation de chien

Link zum Artikel

Kim Jong Un accuse Washington de créer des tensions en Corée

Link zum Artikel

Vous aimez tout ce qui est violet? Vous allez adorer ces îles sud-coréennes

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
25 balles pour du vin bio dégueulasse et la Coop me manque déjà
Episode 2: En février, j'ai décidé de relever le pari (délicat) de boycotter les supermarchés. Bilan de cette première semaine? Du vin bio cher et imbuvable, des rillettes de poulet qui ont failli me coûter une main et des kilomètres de marche pour des prunes... euh, des pommes.

C'est décidé! En février, je ne poserai pas un orteil dans un magasin de grande distribution alimentaire. Bye bye mes chers Coop et Migros, je me tourne désormais vers les petits commerces locaux.

L’article