DE | FR

Le responsable du groupe d'ultradroite les Zouaves arrêté en France

Marc de Cacqueray-Valmenier, au centre de l'image, est le leader des Zouaves.
Marc de Cacqueray-Valmenier, au centre de l'image, est le leader des Zouaves.Image: twitter
L'homme a été interpellé pour «non respect de son contrôle judiciaire», a annoncé jeudi le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.
20.01.2022, 10:4820.01.2022, 11:45

Selon le ministre de l'Intérieur qui s'exprimait sur France Info, l'homme avait participé samedi à un rassemblement en marge des manifestations contre le passe sanitaire, au cours duquel des journalistes de l'AFP ont été agressés.

Soupçonnés d'être impliqués dans les violences commises lors du meeting d'Eric Zemmour à Villepinte en décembre, les Zouaves ont été dissous le 5 janvier en Conseil des ministres.

«A l'intérieur de ces gentils manifestants, il y avait des (membres) des Zouaves, et notamment la personne qui est le responsable des Zouaves qui avait fait le coup de poing lors du meeting de Zemmour», a expliqué M. Darmanin.

Joint par watson, le chercheur français Jean-Yves Camus avait décrit ce groupe comme étant «à mi-chemin entre le néofascisme et le néonazisme.» (ats)

«Zemmour casse-toi, Genève est antifa»

Plus d'articles sur Eric Zemmour

Non, Eric Zemmour n’est pas qu’une «construction médiatique»

Link zum Artikel

Non, Eric Zemmour, le référendum suisse n'est pas ce que vous en feriez

Link zum Artikel

Ces groupes d'ultra-droite ralliés au candidat Zemmour

Link zum Artikel

Selon Marine, Zemmour ne serait pas fait pour le job

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Elisabeth Borne a remis sa démission à Macron, qui l'a refusée
La première ministre, comme le veut la coutume, a présenté sa démission au président français. Le président, dont le parti n'est plus majoritaire, n'en a pourtant pas voulu.

Elisabeth Borne a remis sa démission à Emmanuel Macron, qui l'a refusée «afin que le gouvernement reste à la tâche». Le président va chercher avec les chefs de parti des «solutions constructives envisageables».

L’article