DE | FR

L'ONU se réunit en urgence à la suite des missiles tirés par les deux Corées

La Corée du Nord a procédé à des essais de tirs de missiles envoyés depuis un train.
La Corée du Nord a procédé à des essais de tirs de missiles envoyés depuis un train.
Image: sda
La Corée du Nord et la Corée du Sud ont procédé toutes les deux à des tirs de missiles dans ce qui ressemble à une véritable course à l'armement.
16.09.2021, 03:0616.09.2021, 18:28

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni en urgence mercredi à huis clos pour évoquer les derniers tirs de missiles balistiques menés par la Corée du Nord. Ils suscitent la préoccupation de ses membres face à cette «menace majeure» pour la paix, selon l'ambassadeur français auprès des Nations unies.

«Une menace pour le monde»

«On a tous condamné ce qui s'est passé, les tests. Tout le monde est très préoccupé par cette situation. C'est une menace majeure à la paix et à la sécurité, c'est une violation claire des résolutions du Conseil. Les missiles sont tombés dans la zone économique exclusive du Japon»
Nicolas de Rivière, ambassadeur français à l'ONU.

La Corée du Nord et la Corée du Sud ont procédé toutes deux mercredi à des tirs de missiles dans ce qui ressemble à une véritable course à l'armement entre ces deux pays toujours techniquement en guerre.

«Les tirs nord-coréens représentent une menace pour le régime de non-prolifération, pour le monde, pour les voisins de la Corée du Nord, la Corée du Sud, le Japon. Nous comprenons parfaitement les préoccupations dans cette région et nous exhortons la Corée du Nord à se conformer aux résolutions de l'ONU et à reprendre les pourparlers»
Nicolas de Rivière, ambassadeur français à l'ONU

«S'abstenir de toute nouvelle provocation»

Dans un communiqué publié à Londres, le ministère britannique des Affaires étrangères a condamné, comme l'avaient fait au préalable les Etats-Unis, «une claire violation» des résolutions du Conseil de sécurité et «une menace à la paix et la sécurité régionales»:

«Nous exhortons la Corée du Nord à s'abstenir de toute nouvelle provocation et à reprendre un dialogue avec les Etats-Unis»
Communiqué du Conseil de sécurité de l'ONU.

Selon des sources diplomatiques et onusiennes, la Corée du Sud n'est pas soumise à une interdiction de procéder à des tirs de missiles balistiques, à la différence de la Corée du Nord, contre laquelle pèsent plusieurs séries de sanctions économiques lourdes, notamment prises en 2017, afin de lui faire arrêter ses programmes d'armement balistique et nucléaire. (ats/jch)

Un peu plus de légèreté, à New York: Le gala du MET 2021

1 / 12
Le gala du MET 2021
source: sda / justin lane
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «International»:

Un géant de l'immobilier vacille en Chine et les marchés mondiaux chutent

Link zum Artikel

Vous planifiez vos vacances d'automne? Ce que vous devez savoir

Link zum Artikel

La Chine est-elle à l'aube d'une dictature digitale?

Link zum Artikel

Angela Merkel part après 16 ans de règne, quel est son héritage?

Link zum Artikel

Le choix des sous-marins américains est une claque pour la France

Link zum Artikel

Pourquoi Al-Qaïda pourrait menacer l'Afghanistan d’ici à 2 ans?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Personne n'a attrapé le cancer à cause des radiations de Fukushima

Le pire désastre nucléaire de l'histoire après Tchernobyl avait lieu il y a tout juste dix ans. Un rapport de l'ONU réévalue les conséquences sanitaires de l'incident, et les conclusions sont surprenantes.

Le 11 mars 2011, un séisme suivi d'un tsunami ravageaient le Japon. Endommagé par une vague de 15 mètres, le système de refroidissement de la centrale nucléaire de Fukushima a cessé de fonctionner, ce qui a provoqué la fusion de trois réacteurs et une importante fuite radioactive. Plus de 100 000 personnes ont été évacuées.

Dix ans après les faits, un rapport des Nations Unies se penche sur les conséquences sanitaires de l'accident et tire des conclusions surprenantes: les radiations …

Lire l’article
Link zum Artikel