DE | FR
 Les Lucernois ont fêté le carnaval à partir du 24 février. Maintenant, ils ont une incidence plus élevée qu'aucun autre canton suisse.
Les Lucernois ont fêté le carnaval à partir du 24 février. Maintenant, ils ont une incidence plus élevée qu'aucun autre canton suisse.image: keystone

Le Covid repart à la hausse, mais à quel point? Réponse en graphiques

Les nouvelles infections au Covid augmentent sensiblement depuis quelques jours. Alors qu'Omicron entame sa deuxième vague, de grandes différences s'observent dans les régions suisses.
12.03.2022, 12:10
Reto Fehr
Reto Fehr
Reto Fehr
Suivez-moi

Vue d’ensemble

Environ trois semaines après la levée de presque toutes les mesures, le nombre de cas augmente à nouveau. En plus des mesures qui ne sont plus en vigueur, le nouveau variant d’Omicron (BA.2) semble également jouer un rôle dans l’augmentation des cas. Selon le dernier rapport de la Science Task Force, il représentait 42% de tous les échantillons séquencés au cours de la semaine du 21 au 27 février.

La bonne nouvelle, c'est que les données cliniques d'Afrique du Sud, de Grande-Bretagne et du Danemark ne montrent aucun signe de différence pertinente dans la gravité de la maladie entre l’ancien et le nouveau variant Omicron.

L'augmentation des cas peut également être mesurée dans les eaux usées. A Zurich, par exemple, la médiane sur sept jours n'a jamais été aussi élevée pendant la pandémie. D'autres stations de mesure enregistrent également des pics – ou du moins une augmentation.

Echantillons d'eaux usées en Suisse:

Et la situation par canton?

Le nombre de tests positifs augmente dans pratiquement tous les cantons. Actuellement, Lucerne présente la valeur la plus élevée en Suisse avec une incidence de 3366 sur 7 jours. Dix cantons se situent en dessous de la moyenne suisse.

En Suisse romande, les chiffres sont jusqu’à présent relativement bas.

La Suisse centrale particulièrement touchée

Le canton de Lucerne n'a pas seulement l'incidence la plus élevée, mais aussi la croissance la plus rapide. Le nombre de cas a environ doublé entre le 2 et le 9 mars.

Le nombre de cas a également fortement augmenté dans d'autres cantons de Suisse centrale. Cette hausse pourrait être liée aux festivités du carnaval.

Le seul canton à avoir enregistré une baisse dernièrement est le canton d'Appenzell Rhodes-Extérieures. Son incidence se situe exactement dans la moyenne suisse. Il convient toutefois de noter que les valeurs varient davantage dans les petits cantons.

La valeur R

La hausse du nombre de cas en Suisse se reflète également dans la valeur R observée dans chaque canton. Elle indique combien de personnes une personne infectée contamine en moyenne. Si elle est supérieure à 1, le nombre d'infections augmente. Les cantons de Suisse centrale se situent aussi en haut de l'échelle de la valeur R.

Actuellement, le seul canton avec une valeur R inférieure au seuil critique de 1 est Neuchâtel.

Ici aussi, la valeur peut fortement varier, en particulier pour les petits cantons. La valeur R est calculée dans un délai de 14 jours.

La vérité derrière le nombre de cas

Le nombre élevé de cas actuels ne reflète pas l’ampleur réelle de la pandémie en Suisse. Le nombre de cas non recensés est énorme. Le taux de positivité des tests a dépassé les 50% dans toute la Suisse. Dans certains cantons, il atteint même les 70%. Il n'a jamais été aussi élevé en Suisse.

Autrefois, un taux de positivité de 5% était considéré comme critique. Début octobre 2021, c’était la dernière fois que le taux de positivité a été inférieur à cette limite.

Le nombre de tests est également relativement bas, même s'il a récemment augmenté. Actuellement, environ 25 000 tests sont effectués chaque jour, alors qu'y en avaient plus de 100 000 par jour fin janvier.

Situation dans les hôpitaux

Le nombre de cas est une chose, les hospitalisations en sont une autre. En fin de compte, c’est le taux d’hospitalisations qui détermine si le système de santé est surchargé ou non. Avec le variant Omicron, le taux d'hospitalisation a nettement diminué. Actuellement, il est d'environ 0,4%. Cela signifie que sur 1000 personnes testées positives, quatre doivent être hospitalisées.

Depuis le début du mois de mars, les hospitalisations sont à nouveau en hausse dans toute la Suisse. Il convient de noter que les hospitalisations ont toujours un retard d'environ 14 jours sur le nombre de cas. De plus, les annonces tardives sont fréquentes.

Dans les cantons les plus peuplés, les hospitalisations ont augmenté par rapport à la semaine dernière. Le canton de Lucerne se retrouve à nouveau en haut du tableau: l'incidence des hospitalisations sur 7 jours a plus que doublé. Le Tessin, qui a signalé mercredi un très grand nombre de nouvelles infections, a également connu une forte augmentation des hospitalisations.

Le canton de Vaud, où les hospitalisations ont nettement diminué, fait figure de contrepartie. Zurich enregistre également une baisse.

Dans les petits cantons, un petit nombre d'admissions peut entraîner de grandes variations. C’est la raison pour laquelle nous ne présentons ici que les huit cantons les plus peuplés.

Traduit de l'allemand par Charlotte Donzallaz

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Covid: le Conseil fédéral sommé d'améliorer rapidement sa gestion de crise
A deux reprises et par une nette majorité, la population suisse a montré qu'elle soutenait la gestion de la crise de Covid-19 par le Conseil fédéral. Toutefois, quelques points faibles ont été relevés par la Chancellerie.

La gestion de la pandémie dans la période d'août 2020 à octobre 2021 a montré quelques failles. Selon un rapport publié mercredi par la Chancellerie, l'organisation de la gestion de crise de l'administration fédérale doit être rapidement améliorée. Une série de recommandations est listée et voici ce qu'elle contient:

L’article