DE | FR
Interview

Ana, 11 ans: «Si je me vaccine, je déçois maman, sinon je déçois papa»

Image: Shutterstock
Comment vivre la pandémie quand on a 11 ans et que l'on est pointé du doigt comme faisant partie du groupe le plus atteint par le Covid-19? Témoignage.
11.12.2021, 19:26
Suivez-moi

Les enfants sont au cœur des courbes dans cette cinquième vague. A l'heure où les masques envahissent les classes, les voilà considérés comme hautement contagieux. On les envisage même comme les trouble-fête de Noël. Dur!

Ana* a 11 ans. Et avant d'être celle qui se trouve aujourd'hui pointée du doigt par les scientifiques et les politiques, c'est une fille normale qui a dû, comme tout le monde, se plier aux différentes mesures anti-Covid, entre les cours bousculés et les hobbies de son âge qui lui sont parfois passés sous le nez. Mais une configuration familiale rend son quotidien un peu plus singulier que les autres: son père est vacciné, sa maman doute encore.

Comment vit-elle cette crise au milieu de parents que tout semble opposer dans cette pandémie? C'est comment l'école derrière un masque? A-t-elle peur du virus? Autour d'un burger, watson a passé une bonne heure en tête-à-tête avec cette petite Vaudoise à qui nous avions beaucoup de questions à poser et qui s'en pose elle-même tout autant. Une rencontre réalisée avec l'accord de papa et maman, évidemment.

Le Covid, ce grand méchant

La pandémie, ça te fait peur?
Ana: Non, pas trop, je crois. Oui, le fait que tout le monde en parle beaucoup, ça me fait dire que c'est important. Mais j'ai plus peur pour les autres que pour moi.

C'est qui les autres?
Ma famille, mes amis, ma maîtresse aussi. Et ma grand-maman, surtout. Les adultes.

Elle va comment ta grand-maman?
Elle va bien. Elle est vaccinée, donc je suis un peu soulagée.

C'est quoi exactement le Covid pour toi?
C'est juste un virus, on va dire. Bon, un virus plutôt contagieux. De plus en plus dangereux visiblement.

Tu sais si tu l'as déjà attrapé?
Non, je crois que je l'ai jamais eu. En plus, j'ai fait des millions de tests!

Dans quel contexte tu as fait des tests?
Pour voyager déjà, pour les vacances avec mes parents, on devait toujours les faire dans certains pays. Et les élèves ont dû, une fois, tous se faire tester parce que la prof était à risque l'année passée.

On vous parle du virus à l'école?
Au début la maîtresse ne voulait pas trop en parler.

Pourquoi?
Je sais pas trop pourquoi... Mais depuis qu'on doit porter le masque en classe, elle n'a pas eu trop le choix d'en parler. Les profs ont beaucoup expliqué comment se protéger du virus, quand la pandémie a commencé. Juste avant qu'on doive faire l'école à la maison. On avait même dû chanter la chanson du virus.

La chanson du virus?
Oui (elle se marre). Quand on était à la maison, elle nous avait envoyé la musique et, nous, on devait apprendre les paroles.

Elle parlait de quoi la chanson du virus?
Elle parlait des pangolins et des chauves-souris. Enfin, tous les trucs bizarres qu'on entendait au début de la pandémie. Et aussi de se laver les mains, de pas se frotter les yeux, les trucs du Covid quoi.

(Nous on a retrouvé la chanson, ne le répétez pas à Ana) 🤫

Tu me la chantonnes un peu?
Nooooooon, j'ai une très mauvaise mémoire, je me souviens même pas de la mélodie de toute façon.

Tu te souviens de la manière avec laquelle la maîtresse vous parlait du virus au début?
Elle disait surtout qu'il fallait bien se laver les mains, respecter les règles de distance, ne pas s'approcher des plus grands. Ah! Et ne pas partager la nourriture à la récréation avec les potes. Et ne pas parler à deux centimètres de la bouche des autres, pas serrer la main, pas tousser sur les gens.

«Mais qui tousserait sur des gens en faisant exprès, sérieux!»

Comment tu as vécu l'école à la maison?
Bah, tranquille. Au début c'était cool parce qu'on pouvait faire l'école en pyjama. Des vacances sans les vacances, quoi. On travaillait un peu, mais on faisait pas grand-chose en vrai. Après je me suis vite ennuyée. C'était très vide comme journée.

Si l'école devait de nouveau fermer avant les fêtes de fin d'année, tu réagirais comment?
Je trouverais ça nul. Surtout que maintenant, j'aime bien l'école. Même les maths, imagine! Et puis, j'ai plein de copains. Donc me retrouver toute seule à la maison encore une fois alors qu'on l'a déjà fait... Non!

Le masque à l'école

Tu es au courant qu'aujourd'hui les médecins et les politiciens vous montrent un peu du doigt, vous, les enfants?
Oui. Il parait qu'on propage beaucoup le virus et qu'on peut être un peu plus malade qu'avant. Et qu'on peut le donner quand on rentre à la maison par exemple.

«La maîtresse nous a très vite posé la question: Vous savez pourquoi vous êtes un plus grand danger aujourd'hui?»

Tu te sens toi-même plus dangereuse que les autres?
Je sais qu'on est plus dangereux que d'autres personnes. Mais franchement, ça va, je gère. Je me dis pas que je suis coupable, parce que j'ai rien fait pour que le virus vienne sur terre! Mais je sais bien qu'on est un peu moins prudent que les grands. On touche plein de trucs tout le temps, on se saute dessus entre potes, on se lave pas tout le temps les mains...

Tu ne te laves pas tout le temps les mains?
Si, moi tout le temps, mais les autres pas.

Tu balances tes copains et toi tu es la plus obéissante, c'est ça?
Ah, ah, non c'est pas vrai, moi aussi parfois j'oublie. Mais bon, c'est pas facile d'être attentive à tout ça en permanence. Quand la maîtresse nous demande si on s'est bien lavé les mains, des fois on dit oui alors que c'est pas vrai du tout.

Vous avez du gel en classe?
Oui, on a tout ce qu'il faut près du lavabo.

Et vous parlez de tout ça entre copains?
Avant pas vraiment. Mais maintenant qu'on doit mettre le masque, un peu plus oui. A la récré, on se dit encore que c'est quand même bizarre. Que c'est chiant de devoir porter un truc sur le visage du matin au soir. La première journée, mardi, on étouffait tous! Certains se cachaient derrière leur cahier pour respirer discrètement sans que la maîtresse ne les voit.

Tout le monde porte le masque dans la classe?
Presque tout le monde, j'ai envie de dire. Y en a un qui s'en fiche et qui rigole. Il fait un peu le malin. Et c'est pas qu'il le met en-dessous du nez comme les gens dans le bus, mais lui c'est carrément sur le menton!

Et la maîtresse, elle dit quoi quand elle voit ce garçon avec le masque sur le menton?
Elle arrête pas de dire de bien mettre le masque à tous les élèves, ça doit être fatigant pour elle quand même. Par exemple, en cours d'anglais, elle doit toujours répéter à ce garçon: «The mask, it's on the nose!»

Donc c'est plutôt bien accepté dans ton école...
Oui, oui. C'est même pire. Par exemple dans mon cours de danse après l'école, LE JOUR OÙ ON A APPRIS QU'ON DEVAIT PORTER LE MASQUE (elle marque chaque mot), il y avait déjà des élèves qui avaient peur je pense, parce qu'ils avaient déjà le masque sur le visage.

Tu sais s'il y a des parents qui ont refusé que leur enfant porte le masque en classe?
Pas à ma connaissance, non. En tout cas pas dans ma classe. Ah! Rien à voir, mais le premier jour du masque, une fille l'a enlevé pour éternuer. Je me suis dit «whaaaaat?», mais ça sert à quoi? La maîtresse a dû préciser que même si c'est dégueulasse, il faut éternuer dans son masque.

C'est comment les cours derrière un masque?
C'est un peu triste. Enfin, tout le Covid c'est vachement triste. Mais le masque, c'est surtout qu'on voit pas le visage des gens. En début d'année, quand les profs se sont présentés devant nous, ils ont enlevé rapidement leur masque pour qu'on puisse quand même savoir qui était notre nouveau prof. C'est fou. Mais c'est aussi cool parfois. On parle même de style, de mode et tout. Genre «Trop classe ton masque», la couleur, les motifs. Bon, en vrai, tout ça c'est chiant. Il est fatigant ce virus. En plus, à cause du Covid on peut pas aller où on veut depuis trop longtemps.

Tu parles de voyager dans d'autres pays?
Quand on était en vacances d'été, je voyais que les enfants devaient mettre le masque à partir de 6 ans. Alors qu'en Suisse, c'est 12 ans.

«J'ai jamais compris pourquoi, pour le même virus, on pouvait avoir des règles différentes en Suisse et en Espagne par exemple»

Du coup, quel pays a raison selon toi?
Aucune idée!

Papa, maman et le vaccin

La maîtresse a évoqué le vaccin en classe?
Un peu. Je me souviens surtout qu'un élève lui a demandé une fois hyper cash: «vous êtes vaccinée, vous?»

Elle a répondu quoi?
«Mais bien sûr que je suis vaccinée!» Comme si c'était normal qu'elle soit vaccinée. C'est son choix d'être vaccinée, je vois pas pourquoi on devrait juger, surtout, nous, les enfants.

Tu as 11 ans... encore trop jeune pour avoir droit au vaccin. Mais tu le ferais si tu pouvais?
Oui, je crois.

Pourquoi?
Pour protéger les gens que j'aime très fort. Pour me protéger aussi un peu, même si je sais que je risque pas trop d'aller à l'hôpital. Et pis bien sûr pour pouvoir aller n'importe où avec mes parents!

Tes parents, ils sont vaccinés?
Pas tous. Mon papa oui. Pas maman.

Ils sont séparés?
Oui.​

Tu parles du vaccin avec eux?
Un peu. Avec maman, un soir j'ai parlé de ça, je lui posais des questions sur les masques ou à quoi sert le vaccin, des trucs comme ça.

Et comment elle t'a répondu ta maman?
Déjà, mon papa, il parle surtout des trucs positifs du vaccin, un peu en boucle comme ça. Maman, elle dit qu'à part les défenses immunitaires qui sont plus fortes et qu'on peut aller dans tous les lieux sans règle, ça sert pas à grand-chose.

«Maman, elle dit surtout que c'est un vaccin qui fait qu'on aura des doses, des doses, des doses et encore des doses jusqu'en 2050»

Qu'est-ce que tu sais du vaccin toi?
J'ai l'impression qu'il protège un peu les gens. Que ceux qui sont vaccinés sont plus nombreux que les autres. Je sais aussi que les restaurants, ils peuvent maintenant choisir de recevoir des clients qui sont vaccinés sans le masque ou prendre tout le monde, mais avec des masques.

Et tu en penses quoi de cette règle?
Moi je comprends pas trop. Les gens qui sont vaccinés peuvent aussi attraper et donner le virus, non?

C'est vrai, tu as raison. Mais ils sont moins contagieux. Et ils sont surtout beaucoup moins exposés à des symptômes très graves.
Ah oui, juste. Mais je trouve quand même que c'est pas du jeu. On devrait tous porter le masque si vraiment c'est dangereux et qu'on est tous capables de l'attraper et de le donner.

«Nous on doit porter le masque à l'école et pas les gens vaccinés alors qu'ils peuvent aussi être contagieux?»

Tu sais si tes parents parlent du vaccin entre eux?
Non, je sais pas trop.

Tu penses qu'ils se chamailleraient?
Je me dis surtout qu'ils échappent à la dispute pour l'instant, j'ai pas encore 12 ans, alors ouf! Je sais qu'ils ne sont pas d'accord, mais de toute façon je peux pas encore le faire, donc bon. Aujourd'hui, je vois la différence quand je suis avec l'un ou avec l'autre. Par exemple au marché de Noël, avec maman, on chope des churros depuis dehors et on va ailleurs parce qu'on peut pas rentrer sans le passe. Avec mon papa, on peut aller partout. Mais une fois dans le marché de Noël, c'était pas ouf, y avait que du vin chaud donc je m'en fichais un peu.

Mais le débat va forcément arriver entre eux un jour, comment tu appréhendes tout ça?
Mmh. Ouais. (Elle marque une longue pause.) Je vais être un peu là au milieu: soit je dis à maman que je veux me faire vacciner et elle risque de pas être contente, soit je dis à papa que je veux pas me faire vacciner et c'est lui qui sera pas trop content.

Tu devras forcément décevoir soit papa, soit maman?
Oui, voilà, c'est ça. Je suis partagée. (Elle regarde au plafond en soupirant.) C'est pas facile de tout comprendre.

Tu m'as dit avant que si tu te faisais vacciner, c'était pour protéger les autres. Ta maman le sait?
Oups. Non, pas encore (elle sourit).

Qui va gagner tu crois? Ton papa ou ta maman?
Tout est possible!

Selon toi, c'est à tes parents de décider où tu voudrais pouvoir faire ce choix toute seule?
J'aimerais bien choisir moi-même, je crois, c'est quand même moi qui aurais le vaccin dans mon corps, pas eux! Au moins en parler un peu quand j'aurais le droit de le faire?

Tu ressens la tension qu'il y a, aujourd'hui, entre les personnes qui sont vaccinées et les autres?
Oui, je vois bien que c'est deux camps qui disent tout le contraire tout le temps. Moi, je suis un peu perdue au milieu.

La pandémie à 11 ans

Tu vois passer des informations sur le Covid, par toi-même, par exemple sur les réseaux sociaux?
Pas beaucoup, non. Parfois il y a des trucs drôles avec des mèmes sur TikTok. Parfois ils sont même pas drôles, c'est juste qu'ils expliquent le Covid. Je vois des fois passer le compte du garçon d'avant, là, qui met mal son masque en classe. Il fait des parodies d'école où il fait exprès de pas le mettre et il imite la maîtresse qui le gronde après.

A 11 ans, est-ce qu'on arrive à s'habituer à vivre avec un virus qui nous court après?
Un peu. J'ai l'impression que les gens mettent le masque sans réfléchir dans le bus ou à la Migros. On se lave les mains sans y penser ou presque. On garde les distances.

«On a l'impression que c'est normal de parler toute la journée du Covid. Comme si c'était la vraie vie»

C'est pas la vraie vie le Covid, donc?
Mais tellement pas! Je me réjouis que ça s'arrête, qu'on puisse être enfin libre de faire ce qu'on veut. En plus, les gens pètent les plombs un peu. Une copine m'a même balancée une fois qu'on lui avait dit que dans les masques, il y a un produit pour endormir un peu les gens.

Tu y crois?
Non! Mais sérieux, quelle drôle d'idée...

Des histoires comme ça, tu en entends souvent?
Non, juste cette fille.​

Si tu avais le Covid devant toi, là, tu lui dirais quoi?
Déjà, peut-être qu'il est déjà là! Je lui dirais «dégage, vas à deux mètres» et j'enfilerais mon masque. Qu'il aille embêter les aliens dans l'espace, ils ont peut-être des armes ou des vaccins encore plus efficaces! Un jour, j'ai même écrit une chanson sur le Covid que j'ai enregistré avec la guitare sur mon téléphone.

Ah? Et tu te souviens des paroles?
Je disais «foutu Covid, casse-toi, on n'a plus besoin de toi» quelque chose comme ça. Mais bon, je crois que tout le monde pense ça, non?

Oui, c'est bien possible.

*prénom d'emprunt

Copin comme cochon: les cadeaux de Noël à moins de 10 francs

Le Covid, les vaccins, tout ça

Faut-il exclure les non-vaccinés? «Ils vivent aux crochets des vaccinés»

Link zum Artikel

Si vous avez des enfants, vous avez plus de risques d'attraper le Covid

Link zum Artikel

«On devrait vacciner les enfants de manière ciblée et individualisée»

Link zum Artikel

Envie de vacances? Voici les mesures et restrictions de vos destinations préférées

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Netflix perd des abonnés, est-ce le début de la fin? Un expert répond
Les chiffres trimestriels de Netflix ont déçu: pour la première fois depuis dix ans, le service de streaming perd des abonnés. L'action a subi une forte pression après la bourse. Netflix va maintenant réfléchir à la possibilité de gagner à nouveau des clients avec de nouveaux modèles, explique l'expert en télécommunications Ralf Beyeler de moneyland.ch.

Netflix a perdu des abonnés pour la première fois depuis dix ans, malgré le succès de ses propres productions. La situation est-elle grave pour l'entreprise?
Ralf Beyeler:
Ce n'est pas un drame. Netflix a «seulement» perdu environ 200 000 abonnements. Sur plus de 200 millions de foyers payants, c'est un pourcentage très faible.

L’article