DE | FR

7 raisons inavouables de licencier un entraîneur

C'est de saison, les coaches sont dans le vent ou tombent comme des feuilles mortes. Derrière une absence de résultats se cache souvent, presque toujours, des motifs moins nets. Plusieurs professionnels nous ont aidés à les recenser.
09.11.2021, 18:5910.11.2021, 18:27

Le manque de style

Le style de jeu, bien sûr: froussard (Benitez), archaïque (Mourinho), désordonné (Frank Lampard, à la bonne «frankette»), ou alors trop carré (Hodgson), schématique (Sarri), taillé au marteau et à la faucille (Capello), intello (Moreno).

Mais aussi le style de personnalité... Quand Marcelo Bielsa emballe ses fesses boudinées dans un training stretch, puis les destine à tressaillir nerveusement sur une glacière des familles, il est un savant fou s'il gagne (Marseille), un plouc s'il perd (Lille).

Marcela Bielsa en version Prisunic du penseur de Rodin

Marcelo Bielsa avec training, glacière et gobelet quand il entraînait Marseille.
Marcelo Bielsa avec training, glacière et gobelet quand il entraînait Marseille.

Quand Unai Emery est arrivé à Arsenal en costume trois-pièce, chevelure gominée, œil rieur et accolade facile, il était le bel Ibère, quoiqu'un Ibère rugueux. Après une série de cinq défaites en sept matchs, ses exaspérations étaient trop latines, ses gesticulations enfantines et son anglais faisait passer la vache espagnole pour une diplômée de Harvard. Cette histoire est celle d'un club qui, après 20 ans de mariage avec un Alsacien élevé (Arsène Wenger), rêvait d'une relation passionnée avec un jeune hidalgo, mais n'arrêtait pas de penser à son ex, dont il a fini par regretter la sagesse et, même, une certaine frigidité.

Unai Emery en version jeunot d'Arsène Wenger

Au départ, l'élégance et la fougue d'Unai Emery plaisaient à Arsenal, qui avait besoin de changement.
Au départ, l'élégance et la fougue d'Unai Emery plaisaient à Arsenal, qui avait besoin de changement.

Les rebelles du vestiaire

Le match de la dernière chance qui, dimanche 31 octobre, a opposé Ole-Gunnar Solskjaer (Manchester United) à Nuno Espirito Santo (Tottenham), était une vraie pièce de théâtre où le perdant mourrait à la fin et dont le scénario, peu à peu, trahissait les intrigues de coulisses: le premier a sauvé provisoirement sa place grâce à la détermination de ses joueurs, tandis que le second n'a pas survécu à l'inertie des siens.

Il n'en est resté qu'un

Nuno Espirito Santo et Ole Gunnar Solskjaer.
Nuno Espirito Santo et Ole Gunnar Solskjaer.

L'adhésion du vestiaire est une paix fragile, car elle présuppose l'estime des leaders autant que le respect des sous-fifres - jusqu'à l'asservissement des remplaçants dont il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir de nuisance, surtout quand ils ont le temps de l'exercer. Très vite, et comme dans la vie, un footballeur médiocre reporte tout ou une partie de la faute sur le système, la méthode et/ou la communication de son chef.

«Il peut aussi y avoir une simple usure», témoigne un entraîneur de haut niveau. «Après plusieurs années au même endroit, le message perd de sa force. Les relations humaines peuvent rester agréables, mais les joueurs ont besoin d'entendre un autre discours, parfois même un autre timbre de voix.»

Usure, mais aussi rupture: dans un club de Challenge league, des joueurs se sont demandé comment un entraîneur qui ne connait pas Instagram et dit encore «posez vos couilles sur la table» quand il convoque les forces du mâle, peut comprendre leurs problèmes.

L'équilibre social, dans tous les cas, est bancal. Le football reste une holacratie où les collaborateurs sont mieux payés que les cadres, et où les actes de désobéissance sont punis par un licenciement... de leur chef. Combien d'entraîneurs jouissent d'un totem d'immunité face aux doléances du vestiaire? Guardiola? Klopp? Sinon?

La jalousie du directeur sportif

«L'ami dont il faut toujours se méfier», prévient un ex-habitué du poste. Au-delà des désaccords classiques sur le recrutement, un directeur sportif défend farouchement ses prérogatives face au prestige de l'entraîneur. Certains ont le bras long, d'autres l'oreille du président - les monstres ont les deux. Ceux qui se prennent pour le gardien du temple «ont un ego démesuré».

A Paris (Leonardo) comme à Dortmund (Michael Zorc), Thomas Tuchel a entretenu des rapports épouvantables avec ses directeurs sportifs, dont il a nié publiquement les compétences. Il lui en a valu une réputation de caractériel et deux licenciements pour incompatibilité d'humeur. A Chelsea, la présidente n'interfère pas dans la marche de l'équipe et voici le résultat:

Thomas Tuchel remporte la Ligue des champions.
Thomas Tuchel remporte la Ligue des champions.Image: AP Pool Reuters
«Le pire, ce sont les directeurs sportifs qui travaillent main dans la main avec un agent, parfois touchent des commissions et vous font comprendre que les transferts ne vous concernent pas»
Un entraîneur de première division

Une relation parallèle

D'une main, Barcelone tapait sur l'épaule de Ronald Koeman tandis qu'il tendait l'autre à Xavi, le temps de réunir la somme pour l'attirer. Cette double vie a duré des semaines.

Si Solskjaer est toujours le seul entraîneur capable de relancer Manchester United, c'est parce que les autres ne sont pas libres.

Un copain ou un ennemi à la direction

Leonardo Jardim venait de signer un nouveau contrat de deux ans lorsque Oleg Petrov, un magnat du diamant et de la potasse, est devenu le patron de l'AS Monaco. Ce vieil ami du président avait autant de connaissances en football que Sisyphe en vérin hydraulique. Jardim l'a bien compris, sans doute trop dit, et il a reçu sa lettre de licenciement après une victoire 5-1 contre Lille. Preuve de son agacement, Petrov a payé six millions d'euros pour rompre le contrat .

Jardim connaissait le chemin.
Jardim connaissait le chemin.

Expérience diamétralement opposée pour un ex-entraîneur de Super league:

«On était derniers, je savais que les victoires viendraient mais j'avais la moitié de la ville sur le dos. Ma chance, c'est que j'avais un soutien au conseil d'administration. On venait de la même région, cette personne croyait en moi et était quasiment la seule à me défendre. Sans son poids au comité, j'aurais sauté après six mois et je n'aurais pas dirigé tous les matchs qu'on a gagnés par la suite. Une carrière d'entraîneur tient souvent à ce genre de hasards»

La vox populi

Banderoles sous les ponts de Lyon pour réclamer la démission de Claude Puel, puis de Bruno Genesio. Clameurs de la foule à Chelsea pour défendre José Mourinho face à l'hostilité de son équipe. Les clubs aiment à penser que les supporters n'ont rien à dire mais tous changent d'avis s'ils crient.

Le président

«Le licenciement d'un entraîneur est souvent le fait du prince, et même beaucoup plus souvent qu'on ne le pense», témoigne un dirigeant. Au fond de lui, une petite voix doute et le président l'écoute. Parce que l'entraîneur a des comportements étranges, parce qu'il ne répond jamais au téléphone, parce qu'il ne fait pas jouer les jeunes, parce qu'il sent l'alcool, parce que sa tête ne revient pas aux sponsors, parce qu'il a le mal du pays, ou l'ennui de son épouse, parce qu'il outrepasse ses fonctions, parce qu'il la ramène sur tout, parce qu'il critique (Tuchel au Paris Saint-Germain, Moldovan à Auxerre), parce qu'il tisse des liens trop étroits avec les compagnes de ses joueurs, quand ce n'est pas la maîtresse du président (nom connu de la rédaction). Qui peut vraiment savoir les raisons d'un départ?

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Neuchâtel Xamax s'offre un énième logo, mais fallait-il en changer?
Le club de la Maladière fait peau neuve et vient de dévoiler son tout nouvel écusson pour la nouvelle saison.

Les logos se succèdent pour Neuchâtel Xamax, un club important dans le paysage de football suisse romand, de par son histoire dense et mouvementée. Du légendaire président Gilbert Facchinetti aux tourments engendrés par la venue du sulfureux Bulat Chagaev, et la faillite du club, les pensionnaires de la Maladière ont en vu des vertes et des pas mûres.

L’article