DE | FR
Switzerland's manager Vladimir Petkovic waves as he leaves the field following the Euro 2020 soccer championship round of 16 match between France and Switzerland at National Arena stadium, Bucharest, Romania, Tuesday, June 29, 2021. (Daniel Mihailescu/Pool Photo via AP)

Image: AP Pool AFP

Nati

C'est officiel: Vladimir Petkovic quitte la Nati pour Bordeaux

Le sélectionneur suisse sera bien le nouvel entraîneur des Girondins. Proche du dépôt de bilan, le club est passé en mains luxembourgeoises et revendique désormais une stratégie de trading.



C'était dans l'air depuis quelques jours, c'est désormais officiel: Vladimir Petkovic quitte son poste de sélectionneur de l'équipe de Suisse. L'Association Suisse de Football (ASF) a officialisé mardi son départ.

«Nous sommes tristes que Vladimir Petkovic nous quitte», a déclaré le président de l’ASF, Dominique Blanc, dans un communiqué.

«Nous sommes très reconnaissants à Vlado pour les sept années extrêmement bonnes et réussies qu'il nous a données en tant qu'entraîneur national»

Dominique Blanc, président de l'AFS

Petkovic n'a plus entraîné de club depuis la Lazio en 2013, brièvement et sans succès. A 57 ans, il sait que le facteur chance ne sonne pas toujours deux fois. Il a donc décidé de saisir l'opportunité (mais est-ce le mot exact?) que lui offrent les Girondins de Bordeaux.

Un passé prestigieux...

Bordeaux n'est pas n'importe quel patelin, évidemment: ancien bastion d'une aristocratie locale, il a remporté six titres de champion de France et nourri des rivalités légendaires avec les grandes villes du pays, à commencer par le Marseille de Bernard Tapie. C'était l'époque où le président Claude Bez débarquait en limousine et gros cigare au centre d'entraînement du Haillan, dont il contemplait fièrement les 28 hectares en s'asticotant la moustache.

«Tapie est un traître, un escroc et un charlatan»

Claude Bez

Bild

Claude Bez contre Bernard Tapie, duel au soleil.

... mais le présent n'est pas un cadeau

Sauf qu'aujourd'hui, le Haillan est un champ de ruines. Les folies successives n'y ont laissé que des trous et des débris. Le fond d'investissement américain King Street est parti sans un regard, ni pour les dettes colossales ni pour les manifestations de rue, après avoir compris qu'il ne gagnerait pas un sous dans cette affaire.

Bild

Manifestation anti-King Street dans les rues de Bordeaux.

Au bord de la faillite, le club a cédé aux avances (on évoque 70 millions d'euros) de l'homme d'affaires luxembourgeois Gérard Lopez, ancien patron de Lille (avant que ses actionnaires ne l'en éjectent pour mauvaise gestion) et spécialiste revendiqué du trading de joueurs.

«Bordeaux est un club relativement instable qui sort de plusieurs saisons catastrophiques. On peut dire qu'il a tout fait à l'envers», observe Alexandre Comisetti, ancien attaquant d'Auxerre et consultant de la RTS pour la Nati.

Et après? «Pour effacer sa dette, le club doit vendre des joueurs. Il sort tout juste d'un redressement judiciaire. L'arrivée de Gérard Lopez peut donner un nouvel élan mais il ne faut pas oublier qu'à Lille, si les résultats ont suivi, c'est aussi parce que le responsable du recrutement était Luis Campos, l'une des références en la matière.»

Un seul mot: pourquoi?

Le marché des entraîneurs n'a jamais offert autant d'opportunités que cet été. Il y a eu des postes vacants un peu partout, au Real Madrid, à Tottenham, à Everton, à la Juventus, à l'Inter, au Bayern, et il y'en aurait sûrement eu davantage (Arsenal, Barcelone) si des candidatures valables avaient émergé. Aussi, une même question taraude Alexandre Comisetti:

«Oui, sincèrement, je suis surpris d'apprendre que Petkovic soit attiré par Bordeaux. Je ne vois pas ce qu'il va faire là-bas»

Vue de France, au-delà des rancunes, la venue «du coach qui a éliminé les Bleus» est considérée comme «un gros coup» (L'Equipe). L'inverse est moins évident: lundi matin, la presse suisse relaie prudemment les communiqués officiels et s'abstient de commenter.

Bild

«On ne sait probablement pas tout, s'avance Alexandre Comisetti, Petko est trop intelligent pour sauter sur la première occasion. C'est un super entraîneur, j'en suis intimement convaincu: il maîtrise bien son groupe et sent parfaitement les coups. Avant de prendre sa décision, il a sûrement obtenu des garanties au niveau des transferts. Et puis, Bordeaux conserve un certain attrait. Il y a du public, un stade magnifique, un centre de formation performant. C'est juste que, en ce moment, ces avantages ne sautent pas aux yeux...»

Plus d'articles sur le sport

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

En parlant de sport... Les Jeux olympiques de Tokyo en images

1 / 28
Les Jeux olympiques de Tokyo, en images
source: keystone / keystone
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Bordeaux présente Petkovic sur Twitter, et ça ne passe pas trop en France

La vidéo de présentation de Vladimir Petkovic par les Girondins de Bordeaux fait un drôle d’effet aux supporteurs français. On vous laisse voir.

«Un coach y a cru», à la victoire de la Suisse contre la France en huitième de finale de l’Euro 2020. Ce coach, c’est Vladimir Petkovic, désormais ex-entraîneur de la Nati tout récemment engagé par les Girondins de Bordeaux.

Cette petite citation est tirée de la vidéo de présentation de leur nouveau coach diffusée par le club français. Celle-ci est assez osée, en fait, reprenant en long et en large la défaite des champions du monde en titre face à la petite Suisse.

Dans le clip, la voix «off» …

Lire l’article
Link zum Artikel