DE | FR

Les quatre hommes percutés par un train en France fuyaient la police

Image d'illustration.
Image d'illustration.Image: Shutterstock
Le seul survivant du drame survenu mardi près de Saint-Jean-de-Luz a parlé. Lui et ses trois compagnons, d'origine algérienne, cherchaient à pénétrer illégalement en France.
14.10.2021, 09:0414.10.2021, 09:39

De nouveaux détails émergent sur le drame survenu près de Saint-Jean-de-Luz mardi matin, où quatre personnes ont été fauchées par un train. Trois d'entre-elles sont mortes sur le coup, alors qu'une quatrième a été hospitalisée.

Les quatre victimes étaient des ressortissants algériens qui tentaient de pénétrer irrégulièrement sur le territoire français. Auditionné par le parquet mercredi, le seul survivant a expliqué que lui et ses compagnons étaient présents sur cette voie ferrée pour éviter les contrôles de police, rapporte France Bleu Pays Basque. Ils se pensaient impossibles à repérer sur cette zone non éclairée et difficile d’accès par la route.

Impact «impossible à éviter»

De plus, les migrants suivaient cette voie ferrée pour ne pas perdre leur chemin. Par ailleurs, cette portion est déserte la nuit car le dernier train passe à 22h30. Fatigués, ils ont décidé de se reposer en s'allongeant sur les voies. Ils ont été percutés par le train à 04h59 du matin.

Après avoir aperçu les quatre hommes, le chauffeur a appuyé sur le bouton d’alerte pour effectuer un freinage d’urgence. Mais il a fallu 310 mètres pour que le train s’arrête, écrit Ouest-France. Pour cette raison, estime le procureur, «la manœuvre d’urgence ne permettait pas d’éviter l’impact».

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Au Vénézuela, l'opposition n'a rien pu faire face au pouvoir de Maduro

Link zum Artikel

«Dix pour cent» reçoit une sacrée distinction américaine

Link zum Artikel

Waukesha: le bilan passe à 6 morts et 62 blessés lors de la parade de Noël

Link zum Artikel

Presque un Américain sur deux ne veut plus faire d'enfant

Link zum Artikel
Accusé de viol, Hulot quitte la vie publique, une stratégie qui irrite
Visé par de nouvelles accusations d'agression sexuelle et de viol, qu'il nie, le militant écologiste et ex-ministre français veut ainsi protéger ses proches et sa Fondation avant même d'avoir été accusé. Une stratégie qui suscite la colère.

Nicolas Hulot devançait ainsi d'une journée la diffusion d'un reportage télévisé qui donne la parole à des femmes l'accusant d'agression sexuelle et même de viol. Des charges que le militant écologiste et ancien ministre français a démenties. Conséquence, dans la foulée, il a annoncé:

L’article