DE | FR

Credit Suisse: Severin Schwan rend son mandat d'administrateur

Credit Suisse se sépare de trois membres de son comité du risque, dont le numéro deux du conseil d'administration Severin Schwan. Il sera imité, à l'assemblée générale ordinaire du 29 avril, par Kai Nargolwala et Juan Colombas.
21.03.2022, 10:4421.03.2022, 11:18
A la tête du géant pharmaceutique Roche, Severin Schwan était depuis longtemps au Conseil d'administration de Credit Suisse.
A la tête du géant pharmaceutique Roche, Severin Schwan était depuis longtemps au Conseil d'administration de Credit Suisse.Image: sda

Credit Suisse s'apprête à prendre congé de trois membres de son comité du risque, dont le numéro deux du conseil d'administration Severin Schwan. Celui qui est également directeur général du géant pharmaceutique Roche «a décidé de ne pas être candidat à sa réélection», indique la banque aux deux voiles lundi. Il sera imité à l'assemblée générale ordinaire du 29 avril par Kai Nargolwala et Juan Colombas.

S'il ne se trouvait pas au cœur de la cible visée par des actionnaires et exprimée en préambule à l'assemblée générale de 2021, Severin Schwan avait néanmoins fait l'objet d'un appel à la non-réélection formulé par le fonds souverain norvégien, qui disposait alors de près de 3% dans le capital de l'établissement de la Paradeplatz.

Pourquoi tous ces changements?

Le comité d'évaluation des risques se trouve dans la tourmente depuis l'éclatement des débâcles Greensill et Archegos (explications ci-dessous) en début d'année dernière. Sous la pression, son président d'alors, Andreas Gottschling, avait retiré sa candidature pour le renouvellement de son mandat à l'aube même de l'assemblée annuelle de fin avril 2021. Richard Meddings avait alors repris l'intérim, avant de le céder à l'automne à Axel Lehmann.

Ce dont on parle 👇
La débâcle du fonds spéculatif américain Archegos avait coûté près de cinq milliards de francs à la banque en 2021. Credit Suisse s'efforce par ailleurs toujours de rembourser quelque dix milliards de dollars aux clients ayant investi dans des véhicules de placements dits «Supply Chain Finance», liquidés préventivement avant la défection de la société d'affacturage britannique Greensill. Quelque 6,7 milliards ont pour l'heure été reversés aux investisseurs.
Sur le front des litiges juridiques, Credit Suisse s'est notamment engagé en octobre à payer près de 475 millions de dollars aux autorités américaines et britanniques pour solder des poursuites liées à des levées de fonds organisées par l'établissement bancaire au nom d'entreprises d'État au Mozambique.

Trois nouveaux administrateurs seront proposés pour occuper les fauteuils laissés vacants.

  • Mirko Bianchi officiait jusqu'il y a peu comme responsable de la gestion de fortune et de la banque privée chez Unicredit.
  • Professeure d'économie à la London School of Economics, Keyu Jin siège déjà chez Richemont et Qingdao AInnovation venture.
  • Amanda Norton occupait récemment encore le poste de responsable des risques chez Wells Fargo.

(jah/sia/ats)

Un potentiel «crime de guerre» filmé par un drone

Plus d'articles sur la Suisse

Pourquoi la Suisse a-t-elle les trains les plus lents d'Europe?

Link zum Artikel

«Vous vous sentez discriminés», l'enquête de trop à la SSR?

Link zum Artikel

Le piratage de Swissport est plus grave que prévu

Link zum Artikel

Les nouveaux avions F-35 américains de la Suisse pourraient être... italiens

Link zum Artikel

Tabac et internet: interdire la pub qu'aux jeunes, c'est possible?

Link zum Artikel

Berne se prépare contre d'éventuelles pénuries d'électricité

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'UDC veut «soulager» la classe moyenne, mais aide surtout les riches
Pour lutter contre la hausse des primes d'assurance maladie, l'UDC demande des déductions fiscales plus élevées. Pour la majorité de la population, cela signifie concrètement deux francs par mois.

Les représentants de l'UDC se sont autocélébrés la semaine dernière. Le Conseil fédéral leur a donné l'occasion de le faire: mercredi, il a formellement ouvert le débat parlementaire sur une motion du conseiller national UDC Jean-Pierre Grin. Celui-ci veut que les citoyens puissent à l'avenir déduire encore plus de frais de caisse maladie dans leur déclaration d'impôts.

L’article