DE | FR

L'Europe en pleine «stupide guerre des vaccins»

L’Union européenne est plongée dans un marasme d’exportations de vaccins, dont elle va tenter de se sortir, lors d’un Conseil de deux jours, auquel Joe Biden a été convié. Le but: installer un mécanisme de contrôle qui mettrait tout le monde (ou presque) d’accord.
25.03.2021, 22:1326.03.2021, 16:01

Le contrôle accru des exportations de vaccins hors de l'UE est, jeudi, au centre des discussions des dirigeants européens. Ils sont partagés sur la question, mais unis dans la volonté d'accélérer leurs campagnes face à la troisième vague de la pandémie. Joe Biden les rejoindra dans leur visioconférence.

La réunion se tient dans un contexte politique tendu. Critiquée pour sa naïveté, l'UE a décidé de muscler son jeu, notamment face au Royaume-Uni, qui a gardé les vaccins produits sur son sol, tout en recevant des livraisons depuis le continent.

La lenteur des vaccinations en Europe et la montée d'une troisième vague de contaminations a contraint plusieurs pays, dont la France et l'Allemagne, à durcir les restrictions face à des opinions publiques de plus en plus hostiles.

Mais où sont donc partis les vaccins européens?

Au total, 77 millions de doses ont été expédiées vers 33 pays, sans compter les contributions à l'initiative internationale Covax, en faveur des pays défavorisés. Et 88 millions de doses sont restées dans l'UE, réparties entre les Vingt-Sept. Le rythme de la vaccination sur le continent demeure à la traîne non seulement par rapport au Royaume-Uni, mais aussi aux Etats-Unis.

lexpress

Pour améliorer l'accès aux précieux flacons, l'UE a décidé de renforcer un mécanisme, inauguré en janvier, pour en contrôler les exportations. La démarche a déclenché les foudres du Royaume-Uni, premier destinataire des doses exportées par le continent (21 millions). Mais les deux parties ont affiché mercredi soir leur volonté de trouver une solution.

Ce mécanisme permet d'empêcher des exportations à destination de pays eux-mêmes producteurs de vaccins, composants ou équipements, et qui ne livrent pas l'Union européenne. Les exportations pourraient aussi être bloquées vers les pays dont la population est déjà largement vaccinée ou qui bénéficient d'une meilleure situation épidémiologique.

Des voix critiques
Dublin a exprimé sa ferme opposition à tout «blocage». La Belgique, qui accueille de nombreux sites de production pharmaceutique, s'inquiète de possibles mesures de rétorsion qui perturberaient les chaînes de production de vaccins internationales. Une préoccupation partagée par les Pays-Bas et l'Allemagne.

L'ancien président de la Commission, Jean-Claude Juncker, a brocardé sur la BBC une «stupide guerre des vaccins» et estimé que la menace d'un blocage des exportations «endommageait la réputation de l'UE comme champion du libre-échange». (ats/ade)

Une année de Covid-19, retour en images

1 / 17
Une année de Covid-19 en Suisse, retour en images
source: keystone / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Ces trois femmes défient Poutine et montrent l'exemple à l'Europe
Kaja Kallas, Sanna Marin et Magdalena Andersson: cheffes des gouvernements estoniens, finlandais et suédois, ces trois femmes représentent une nouvelle génération de politiciens en Europe.

Kaja Kallas est la femme la plus dure d'Europe. L'un ou l'autre chef de gouvernement a sans doute déjà été agacé par la Première ministre estonienne. Car sa position claire sur la Russie met en lumière les manœuvres de nombreuses autres capitales.

L’article