DE | FR
Bild

shutterstock

La rupture la plus absurde de l'histoire des ruptures



Pénélope Page...

...fait une entrée hyper stressante dans la trentaine, avec son lot d'expériences foireuses. Aussi spontanée et délurée que névrosée, Pénélope fait ce qu'elle peut pour dealer avec l'existence et sa dose de paradoxes. Tout comme vous! Comme elle en connaît un rayon sur les déboires amoureux, vous pouvez également lui poser vos questions les plus intimes. Elle vous répondra directement toutes les semaines. Et, n'ayez crainte, comme elle, vous resterez anonyme.

J’ai rencontré Dylan dans un bar, il y a quelques années. A l’époque où l'on faisait encore des rencontres spontanées et sans écran interposé. A l’époque aussi où l'on pouvait encore aller dans ces endroits lugubres mais accueillants qu’on appelait bars. Jadis, quoi.

Je venais de me réconcilier avec ma féminité et je tâtonnais un peu. Sur le moment, le fait de me mettre avec ce mec un peu macho ne m’a pas semblé poser problème. J’étais «sa meuf». Ça me convenait. Grave erreur. (Pas la première 👇)

Non seulement il était macho, mais il était psychorigide. Notamment à cause de sa religion. Il me faisait des remarques sur mes poils au menton origines que, selon lui, sa mère n’approuverait pas. Entre autres. Le genre de trucs qui mettent à l’aise.

Dylan était très beau. A la tête d’une entreprise florissante. Il se vantait de faire «plus de blé que Sarkozy». Ça aurait dû me mettre la puce à l’oreille.

Il était autoritaire et totalement obnubilé par lui-même. Un peu parano aussi. Il achetait tout en gros. Il avait des pièces pleines de PQ, dans son appart’ de célibataire égocentrique, avec un miroir au plafond et des néons autour du lit. Parfois, je le surprenais en train de s’admirer dans sa salle de bain, recouverte de miroirs sur les murs. Il me disait «regarde comme je suis beau, regarde comme je suis musclé». Un peu comme un ex-gros persécuté dans la cour de récré qui avait besoin de prendre une revanche démesurée sur sa propre image.

Un peu comme ça, mais en plus con

Bild

Quand j’y pense, je me demande vraiment dans quelle sorte de léthargie neurasthénique je devais évoluer pour m’être laissée convaincre par un type pareil.

Quand on couchait ensemble, le gars était en représentation. Il avait toute une chorégraphie à lui, comme dans une mise en scène bruyante et surjouée, de laquelle il était le héros. J’avais presque l’impression d’être là en spectatrice. C’était fascinant et aussi un peu pathétique. Ou plutôt le contraire.

Dans sa bagnole, une petite Smart certainement inadaptée à son égo, il avait un genre de récipient à monnaies. Chacune avait son emplacement précis. A chaque fois qu’on prenait la caisse, il fallait, avant toute chose, qu’il ait rangé chacune de ses piécettes à la bonne place. Il tenait à ce que ce soit fait avant que je ne sorte. Et moi, j’obéissais. Comme une conne.

Jusqu’à ce que du riz cantonais vienne mettre un terme à ce conte de fées pour masochistes. (Décidément... 👇)

Un jour, on est sorti chercher des plats chinois à emporter, au resto en bas de chez lui. Comme 80% du temps, Dylan était au téléphone avec sa mère, me laissant le soin de gérer l’opération et de choisir le menu. Bœuf pour lui, canard laqué et riz cantonais pour moi. Pas de réaction.

Ce n’est qu’arrivés chez lui qu’il m’annonce qu’il était hors de question que ce riz passe le pas de sa porte. A cause des bouts de jambon dedans.

Il me l’a dit d’un air tout à fait détaché, comme si c’était une évidence et qu’il n’y avait pas à discuter.

Môsieur voulait donc me faire bouffer mon canard sans mon riz. C’en était trop. Tu peux me faire ce que tu veux, mais tu touches pas à ma bouffe.

Ma réaction (mentale) à ce moment-là:

J’ai donc pris mon riz et mon canard et suis partie sans un mot. Je ne l’ai plus jamais revu. C’est la rupture la plus efficace que je n’ai jamais vécue.

Raconte-moi la tienne! (Ou tes histoires de pâtes, ça me va aussi)

Tu veux me poser une question (ou me parler de bouffe)? Ecris-moi à:

penelope.page@watson.ch

Bild

Voici à quoi je ressemble, à quelques détails près: j'ai laissé tomber les tresses. pc

Toutes les chroniques de Pénélope Page

4 conseils imparables pour faire jouir un homme

Link zum Artikel

4 conseils imparables pour faire jouir une femme

Link zum Artikel

J’ai couché avec mon psy... et c'était une mauvaise idée

Link zum Artikel

Je ne serai jamais aussi bien que son ex!

Link zum Artikel

Top 3 des lieux insolites dans lesquels j’ai couché

Link zum Artikel

Les hommes ne pensent-ils vraiment qu'à tirer leur coup?

Link zum Artikel

Homme ou femme: qui est le meilleur plan au lit?

Link zum Artikel

Les ravages de l'homophobie

Link zum Artikel

Comment j'ai failli me taper un écrivain hyper connu

Link zum Artikel

Cas de conscience

Link zum Artikel

La rupture la plus absurde de l'histoire des ruptures

Link zum Artikel

Viens, je vais te faire le cadeau de la vie!

Link zum Artikel

L’arrière goût désagréable du fantasme

Link zum Artikel

Une affaire de famille et de god ceinture

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Pénélope Page

Comment j'ai failli me taper un écrivain hyper connu

Certaines personnes renvoient une image à l’opposé de ce qu’elles sont vraiment, vous avez remarqué?

C’est surtout flagrant chez les gens célèbres. Lorsqu’on a l’opportunité de les côtoyer et qu’on se rend compte de la supercherie, ça fait un choc. Comme quand on a appris que le révérend patriarche de la famille Camden de Sept à la maison était en fait un vieux pédophile. (Ouais, j’ai des références moyenâgeuse, faudra vous y faire).

Ça m’est arrivé avec un écrivain hyper-connu, qui a vendu …

Lire l’article
Link zum Artikel