DE | FR

Le Covid-19 retarde le retour des Américains sur la lune

Sur cette image de la NASA, l'astronaute américain Buzz Aldrin pose pour une photo à côté du drapeau américain déployé sur la lune pendant la mission Apollo 11, le 20 juillet 1969.
Sur cette image de la NASA, l'astronaute américain Buzz Aldrin pose pour une photo à côté du drapeau américain déployé sur la lune pendant la mission Apollo 11, le 20 juillet 1969.Image: sda
Annoncé pour 2024, il faudra donc aux Américains deux années supplémentaires pour renvoyer des astronautes sur la Lune. Le Covid-19 est lié à ce retard.
16.11.2021, 06:3816.11.2021, 06:51

Le retour des hommes sur la Lune, déjà repoussé la semaine dernière par la NASA de 2024 à 2025, aura en réalité lieu en 2026 «au plus tôt», a jugé lundi un audit public. La mission, qui sera l'équivalente d'Apollo 11, s'appelle Artémis 3.

«Le programme américain Artémis de retour sur la Lune rencontre des difficultés techniques et des retards accrus par la pandémie de Covid-19 et des événements météorologiques. Notamment en cause, le temps de développement requis pour terminer deux éléments indispensables à cette mission historique.»
Un rapport du bureau de l'inspecteur général, qui est indépendant

SpaceX a pris deux fois plus de temps que prévu

Dans son rapport, le bureau de l'inspecteur général loue «le rythme rapide» de production SpaceX, grâce à un système largement géré «en interne». Lors de visites en août au siège en Californie et dans les usines au Texas, 20 prototypes de Starship et 100 moteurs Raptor avaient déjà été construits, note-t-il.

Mais alors que ces quinze dernières années la durée entre l'attribution d'un contrat et le premier vol était de huit ans et demi, SpaceX est censé réaliser cette prouesse en moitié moins de temps, relève l'audit.

«2026, au plus tôt»

Compte tenu de ces facteurs, «nous estimons que la NASA va dépasser de plusieurs années son calendrier actuel pour poser des humains sur la Lune en 2024», écrit le rapport, qui ne prend pas en compte la dernière annonce de l'agence ayant reculé la date. Cette dernière «va probablement glisser à 2026 au plus tôt», ajoute-t-il.

La mission Artémis 3 sera précédée d'Artémis 2, qui emmènera des astronautes jusqu'à la Lune, mais sans atterrir. Celle-ci est prévue en 2024, ce que conclut aussi le rapport. Avant, Artemis 1 ira aussi jusqu'à la Lune, mais sans astronaute à bord. Cette mission est normalement prévue pour février 2022, mais l'audit estime qu'elle aura en réalité lieu «à l'été 2022». (ats/jch)

Pendant ce temps-là, en Suisse romande: «un mec intelligent», «raciste»: ce que les Suisses pensent d'Eric Zemmour

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Un orage magnétique détruit des dizaines de satellites de SpaceX
Jusqu'à 40 satellites se sont désintégrés en rentrant dans l'atmosphère terrestre. Ils devaient faire partie de la constellation Starlink, qui en comptera des milliers et dont l'objectif est d'élargir l'accès à Internet.

Au total, 49 satellites avaient décollé jeudi dernier de Floride à bord d'une fusée Falcon 9. Ils devaient faire partie de la constellation Starlink, destinée à fournir Internet de l'espace. Mais le déploiement de cette nouvelle fournée a «été significativement affecté par une tempête géomagnétique vendredi», a écrit SpaceX dans un article de blog publié mardi.

L’article