DE | FR

La justice vaudoise se fait taper sur les doigts pour espionnage

Tribunal fédéral drapeau suisse Lausanne

Le bâtiment du Tribunal fédéral à Lausanne Image: Shutterstock

Ecoutes et localisations illicites: les autorités vaudoises ont bâclé une enquête internationale sur un trafic de stupéfiants.



Pose de balises GPS, micros dans des voitures et écoutes téléphoniques dans plusieurs pays européens: le Parquet vaudois subit l'ire du Tribunal fédéral (TF) pour avoir commis de nombreuses fautes dans une enquête pour trafic de drogue.

Pourquoi c'est grave

Les enquêteurs n'ont pas demandé d'autorisation aux différents pays dans lesquels ils souhaitaient obtenir des données. Le TF a jugé cette manière d'agir inacceptable et ordonné la destruction des éléments de preuve.

La décision du TF

Le TF souligne que la justice vaudoise, même si elle avait obtenu l'accord des pays concernés, ne doit pas prendre de telles actions à la légère:

«Les autorités suisses ne peuvent pas utiliser des preuves qu'elles ont récoltées à l'étranger sans le consentement préalable des Etats concernés.»

«Admettre la récolte de données en temps réel sur le territoire suisse par des autorités étrangères à l'insu de Berne reviendrait à légaliser l'espionnage.»

Dans sa décision finale, le TF ordonne la destruction des données de localisation et des conversations recueillies à l'étranger. (ats)

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel

«Ces alertes à la bombe dans les écoles expriment un ras-le-bol»

Link zum Artikel

Après l'euphorie, Moutier appelle sa population à se faire dépister

Link zum Artikel

Ni flics, ni complices, les psys se défendent face à #MeToo

Link zum Artikel

En cas d'élection, Maudet pourra-t-il travailler avec ses collègues?

Link zum Artikel

Maudet out. Fischer in. Les leçons de l'élection à Genève

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Genève bannit les thérapies de conversion, une première en Suisse

Le canton de Genève a décidé vendredi d'interdire toute thérapie visant à changer l'orientation sexuelle ou l'identité de genre d'une personne.

Elles détruisent. Elles laissent des marques qui peinent à cicatriser. L'ONU les assimile à des actes de torture. Les thérapies de conversion, qui visent à changer l'orientation sexuelle ou l'identité de genre d'une personne, sont désormais interdites dans le canton de Genève.

Ce vendredi, le parlement du bout du lac a accepté la motion de l'élu Vert Yves De Matteis. Une vraie loi va être élaborée par un groupe de travail. C'est une première en Suisse après que le Conseil fédéral a …

Lire l’article
Link zum Artikel