DE | FR

Les pluies extrêmes en Chine tombent au plus mauvais moment

Image: AP Xinhua
Trois mois après des inondations qui avaient fait 300 morts, le nord du pays fait à nouveau face à une catastrophe naturelle de grande ampleur. Cela alors que le pays doit répondre à une grosse demande d'électricité.
12.10.2021, 09:0612.10.2021, 19:16

Le ciel tombe à nouveau sur la tête des habitants de la province de Shanxi, au nord du pays. La province, habituellement sèche, a reçu la semaine dernière en l'espace de cinq jours l'équivalent de trois fois les précipitations normales pour l'ensemble du mois d'octobre.

Mardi matin, selon les informations d'un responsable provincial des services de secours, on faisait déjà état de:

  • 15 morts,
  • 3 portés disparus,
  • 120 000 habitants évacués,
  • 19 000 bâtiments détruits,
  • 18 000 autres gravement endommagés.

Le bilan tend à s'alourdir. La province de Shanxi compte un grand nombre de monuments historiques, fortement menacés par les inondations.

Selon la BBC, ces pluies dans la province de Shanxi pourraient être encore pires que celles qui avaient dévasté la région du Henan il y a trois mois. En juillet, la catastrophe avait fait plus de 300 morts.

Dans la province voisine d’Hebei, un bus est tombé dans une rivière en crue. Selon AP News, sur les 51 passagers, treize personnes ont perdu la vie et l'une n'a pas encore été retrouvée.

Les mines ont pu rouvrir

En dépit de la gravité de la situation, la plupart des mines de charbon qui avaient été fermées ont pu reprendre leur activité, a annoncé mardi un responsable local. Sur la soixantaine de mines de la province qui avaient dû suspendre le travail, seules quatre doivent encore rester à l'arrêt.

Cette suspension du travail est tombée au pire moment pour la production d'électricité chinoise: en pleine période de reprise économique mondiale, le pays peine à alimenter la forte demande des industries.

Or, le charbon assure 60% de la production électrique du pays.

L'activité industrielle a été perturbée par plusieurs coupures de courant ces dernières semaines. Confrontées à la pénurie d'électricité, les autorités ont dû mettre de côté leurs ambitions de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

La production ne suit pas

Une note officielle a réclamé aux mines de Mongolie intérieure, région majeure de production de charbon, une hausse de production d'un total de 98 millions de tonnes. Soixante-douze mines sont concernées.

Mais les prix réglementés n'incitent guère jusqu'à présent les centrales électriques à augmenter leur production.

Vendredi, le premier ministre Li Keqiang a autorisé les compagnies d'électricité à augmenter leurs tarifs jusqu'à 20% au-delà du prix de référence, au lieu de 10% précédemment. Pour les industries les plus consommatrices de courant, la limite de 20% ne s'appliquera pas, a annoncé le chef du gouvernement. (mbr)

Toujours en Chine, des tornades ont fait plusieurs morts

1 / 7
Des tornades font plusieurs morts en Chine
source: epa featurechina / fang dongxu
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Ah et si vous avez envie de vous défouler... on a lancé des haches à Crissier et maintenant on veut partir au Canada

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Affaire Khashoggi: arrestation d'un suspect à l'aéroport de Roissy

Link zum Artikel

Scandale 1MDB: ex-dirigeant malaisien condamné en appel

Link zum Artikel

En Centrafique, ils sont accusés de crimes contre l'humanité... et libres

Link zum Artikel

Les Américains pourraient (finalement) éviter la faillite

Link zum Artikel
Comment l'affaire Peng Shuai a totalement échappé à Pékin
Coutumier des disparitions suspectes, le gouvernement chinois n'avait certainement pas prévu le séisme qu'allait provoquer la mise sous silence de la tenniswoman. L'affaire aurait dû rester secrète. Mais il y a eu plusieurs problèmes.

Normalement, ce qui est arrivé à Peng Shuai aurait dû être étouffé. Cette joueuse internationale de tennis chinoise âgée de 36 ans a révélé avoir été violée par Zhang Gaoli, un dignitaire du Parti communiste chinois, dont elle était la maîtresse.

L’article