DE | FR

Aux Etats-Unis, même les Républicains n'en peuvent plus des non-vaccinés

FILE - In this June 7, 2021, file photo, demonstrators at Houston Methodist Baytown Hospital in Baytown, Texas, wave at cars that honk at them to support their protest against a policy that says hospital employees must get vaccinated against COVID-19 or lose their jobs. A federal judge dismissed their lawsuit, saying if workers don

Image: AP Houston Chronicle

Les hospitalisations sont en forte augmentation aux Etats-Unis. Même les politiciens républicains deviennent mal à l’aise face à cette situation.

Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story


Lors de son entrée en fonction, le président Joe Biden a annoncé un objectif prétendument ambitieux: au cours des 100 premiers jours de son mandat, un million de personnes par jour devaient être vaccinées contre le Covid-19 aux États-Unis. En réalité, l'objectif a été largement dépassé: au plus fort de la campagne, jusqu'à trois millions de vaccins ont été administrés chaque jour.

Les Etats-Unis semblaient être en bonne voie pour se sortir de la pandémie du Covid-19. De plus en plus d’Etats ont assoupli leurs mesures ou même les ont totalement levées. Cela fait maintenant six mois que le président Biden est en poste, et les nouvelles infections augmentent considérablement. La campagne de vaccination s'est essoufflée.

Dans un discours prononcé le 4 juillet à l'occasion de la Fête nationale, le président a appelé ses compatriotes à se faire vacciner. Les Etats-Unis n'ont pas atteint l'objectif qu’ils s’étaient fixé, à savoir au moins 70% de la population adulte devait avoir reçu la première dose avant l’été.

«La pandémie des non-vaccinés»

L’immunologue et conseiller du président Biden, Anthony Fauci, s’inquiète face à cette situation. «Nous allons dans la mauvaise direction», a-t-il déclaré à la chaîne de télévision CNN dimanche dernier. Comme d'autres experts avant lui, il a mis en garde contre une «pandémie de personnes non vaccinées»: «C'est pourquoi nous implorons vraiment les gens de se faire vacciner.»

Le variant Delta est également responsable de l’augmentation du nombre de cas aux Etats-Unis. Selon l’autorité sanitaire américaine «Centers for Disease Control and prevention, (CDC)», un peu moins de 57% de la population totale a reçu au moins une dose de vaccin. Environ 49% est entièrement vacciné. Plusieurs raisons peuvent expliquer le ralentissement de la vaccination et le scepticisme à grande échelle.

Une vue d’ensemble

Par exemple, de nombreux Noirs se méfient de la médecine en raison de mauvaises expériences historiques. L’étude sur la syphilis menée à Tuskegee, en Alabama le prouve. A l’époque, plusieurs médecins avaient délibérément refusé de traiter les ouvriers agricoles noirs qui avaient contracté la syphilis afin de pouvoir étudier l'évolution de la maladie.

REPLACES EARLIER FLORL401- First lady Jill Biden speaks, as White House Chief Medical Adviser Dr. Anthony Fauci listens, at a drive-thru COVID-19 vaccination site at Osceola Community Health Services in Kissimmee, Fla., on Thursday, June 24, 2021.  (Joe Burbank/Orlando Sentinel via AP)

Anthony Fauci et la première dame Jill Biden ont appelé les gens à se faire vacciner en Floride à la fin du mois de juin. Image: sda

La plupart des réfractaires au vaccin se trouvent toutefois parmi les partisans blancs des Républicains et de l'ancien président Donald Trump. Selon un récent sondage, 42% des Républicains et seulement 18% des Démocrates doutent de l'efficacité du vaccin. Le taux de vaccination dans les Etats montre également un véritable écart de vaccination.

De nombreuses admissions à l'hôpital

Les 20 Etats ayant le taux de vaccination le plus élevé (y compris le district de Columbia) ont tous voté pour Joe Biden en novembre dernier. Le taux de participation à la vaccination le plus faible se trouve dans les bastions républicains. Le nombre de cas augmente particulièrement en Floride et au Texas, les Etats qui ont été les premiers à abroger toutes les mesures anti-covid.

Il y a une lueur d'espoir par rapport aux décès, où la courbe monte beaucoup moins vite que celle des infections. Cela représente une autre indication de l'efficacité des vaccins. En revanche, le nombre d'admissions à l'hôpital augmente beaucoup plus fortement que dans les autres pays. Très souvent, les personnes jeunes et naturellement non vaccinées sont touchées.

«Ils quémandent la vaccination»

Sur Facebook, une publication de la médecin hospitalière Brytney Cobia a fait sensation. Elle travaille à l’hôpital de Birmingham, en Alabama, l'Etat où le taux de vaccination est le plus faible. Des jeunes gens en bonne santé atteints d'infections très graves dues au Covid-19 y sont hospitalisés: «Avant d'être intubés, ils quémandent la vaccination. Je leur tiens la main et je leur dis: «Je suis désolé, c'est trop tard.»

Nombre de patients du Covid dans les hôpitaux 👇

Ce qui est encore plus impressionnant, ce sont les réactions des proches lorsqu’ils reçoivent l’avis de décès déclaré par la médecin Cobia:

«Ils pleurent. Et ensuite ils me disent qu'ils ne savaient pas. Ils pensaient que c'était une blague. Ils pensaient que c'était politique. Ils pensaient qu'ils ne tomberaient pas malades comme ça parce qu'ils avaient un certain groupe sanguin ou une certaine couleur de peau. Ils pensaient que c'était «juste la grippe». Mais ils avaient tort. Et ils souhaiteraient pouvoir inverser la tendance. Mais ils ne peuvent pas. Ils me remercient donc et se font vacciner. Et je vais au bureau pour préparer le certificat de décès et prier pour que cette perte sauve d'autres vies.»

Les politiciens républicains deviennent également de plus en plus mal à l’aise. Kay Ivey, la gouverneure de l’Alabama, s’est exprimée sans détour: «Nous devons dénoncer les non-vaccinés, pas les gens normaux. Les non-vaccinés nous posent problème». Son homologue de l'Arkansas, Asa Hutchinson, s'est plaint sur CNN que la résistance de certains groupes s'était accrue.

Bild

Kay Ivey, la gouverneure de l’Alabama, a été vaccinée au début de cette année.

La pression du monde de l’économie

Mitch McConnell, le chef du groupe parlementaire républicain au Sénat américain, a appelé ses partisans à ignorer toutes les voix donnant de «mauvais conseils» Toutes les personnes doivent être vaccinées «dès que possible». Ron DeSantis, le gouverneur de Floride, a également souligné l'efficacité des vaccins.

FILE - This May 4 2021 file photo shows Florida Gov. Ron DeSantis, center, speaks during a news conference at West Miami Middle School in Miami.  Several states scaled back their reporting of COVID-19 statistics this July 2021, just as cases across the country started to skyrocket, depriving the public of real-time information on outbreaks, cases, hospitalizations and deaths in their communities. (Matias J. Ocner/Miami Herald via AP, File)

Ron DeSantis soutient la vaccination, mais envoie des signaux ambivalents. Image: sda

Cependant, Ron DeSantis, qui paraît être une sorte de «version intelligente de Donald Trump», avait signé en mai une loi interdisant l’utilisation des certificats de vaccination en Floride. La semaine dernière, il a annoncé des poursuites contre les compagnies de bateaux de croisière qui veulent utiliser de tels certificats. De plus, son équipe de campagne a produit des articles promotionnels se moquant de l’immunologue Anthony Fauci.

Le «changement d'avis» des Républicains est probablement dû à la pression exercée par le monde des affaires, écrit E.J. Dionne, chroniqueur au Washington Post. Ils craignent de nouvelles restrictions, voire des fermetures. Une tendance est légèrement perceptible: dans plusieurs Etats gouvernés par des Républicains, les taux de vaccination ont récemment augmenté au-delà de la moyenne nationale.

L'engagement des Républicains est gratifiant, écrit E.J. Dionne, mais ils doivent aussi prendre au sérieux un autre virus: «La propagation de l'extrémisme dans votre parti est mortelle – pour notre santé et notre démocratie». Mais cela reste un vœu pieux.

Traduit de l'allemand par Charlotte Donzallaz, le texte original ici.

Après ce long article, détendez-vous avec des photos des bureaux les plus improbables:

1 / 20
Les bureaux les plus improbables
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le vaccin

La Suisse devra-t-elle imposer la vaccination sans le dire?

Link zum Artikel

Pourquoi l'initiative contre la vaccination obligatoire va aboutir

Link zum Artikel

Le statut vaccinal, c'est le nouveau critère des rencontres en ligne

Link zum Artikel

Cher OFSP, soyez plus cohérent et ne jouez plus avec nos nerfs

Link zum Artikel

La découverte de gènes à risque permet d'anticiper les Covid longs

Grâce à une nouvelle étude génétique, il sera bientôt possible de prédire, dans une partie de la population, qui subira une évolution plus sévère en cas d'infection au Covid. Les conclusions pourraient également déboucher sur de nouveaux médicaments.

Nous ne sommes pas tous égaux face au virus. Certaines personnes se retrouvent directement en soins intensifs lorsqu'elles sont infectées par le Covid et doivent être intubées. Pendant ce temps, d'autres ne remarquent pratiquement aucun symptôme. Jusqu'à présent, la raison à cela n'était pas claire. L'une des plus grandes études génétiques jamais réalisées, avec des données provenant de 19 pays et de plus de 50 000 patients atteints du Covid, a permis de découvrir que treize …

Lire l’article
Link zum Artikel