DE | FR

«Génocide», fosses communes, «tortures»: le point sur l'Ukraine

Alors que l'Ukraine affirme avoir découvert les corps sans vie de 410 civils à Boutcha, la Russie nie toute responsabilité et demande une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.
04.04.2022, 06:1204.04.2022, 07:54

«410 civils tués»

Les corps sans vie de 410 civils ont été retrouvés dans les territoires de la région de Kiev, récemment repris aux troupes russes, a affirmé la procureure générale d'Ukraine Iryna Venediktova.

«Oui, c'est un génocide. L'élimination de toute la nation et des gens (...). Et cela se passe dans l'Europe du 21e siècle», a affirmé le président ukrainien Volodymyr Zelensky à la chaîne américaine CBS.

Une fosse commune à Boutcha.
Une fosse commune à Boutcha.Image: sda

L'AFP avait vu samedi les cadavres d'au moins vingt hommes portant des vêtements civils gisant dans une rue de Boutcha, reconquise cette semaine par les troupes ukrainiennes. L'un d'eux avait les mains liées et les corps étaient éparpillés sur plusieurs centaines de mètres. «C'était l'enfer (...) Dieu nous a sauvés», a déclaré un homme dans la ville à l'AFP.

Les corps de 57 personnes ont été retrouvés dans une fosse commune à Boutcha, a déclaré dimanche le chef des secours locaux, en montrant à une équipe de l'AFP ce site.

«Provocations» et images «fabriquées»

L'armée russe a, elle, démenti avoir tué des civils à Boutcha, assurant s'être retirée le 30 mars de cette ville et accusant l'Ukraine d'avoir fabriqué les images «à l'intention des médias occidentaux».

Moscou a demandé une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU pour statuer sur ce qu'il s'est passé. L'ambassadeur adjoint de la Russie aux Nations unies Dimitri Polianski a déclaré:

«A la lumière des provocations haineuses des radicaux ukrainiens à Boutcha, la Russie a demandé une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU lundi 4 avril»

«Tortures» et «meurtres»

Volodymyr Zelensky a estimé que les dirigeants russes devaient être tenus pour responsables des «meurtres» et des «tortures» à Boutcha, précisant qu'un «mécanisme spécial» allait être créé pour enquêter sur tous les «crimes» russes en Ukraine.

Des soldats ukrainiens dans les rues de Boutcha, jonchées de véhicules russes détruits.
Des soldats ukrainiens dans les rues de Boutcha, jonchées de véhicules russes détruits.Image: sda

Tour à tour, Washington, Paris, Berlin, Rome, Madrid ou Londres ont dénoncé les «atrocités», voire les «crimes de guerre», commis notamment à Boutcha, une petite ville au nord-ouest de Kiev où de nombreux cadavres de civils étaient visibles dans les rues.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, qui s'est dit «profondément choqué», a réclamé «une enquête indépendante».

Nouvelles sanctions exigées

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba a exigé de nouvelles sanctions immédiates du G7 à l'encontre de la Russie, notamment un embargo total sur l'énergie, la fermeture des ports à tout bateau ou marchandise russe et la déconnexion de toutes les banques russes de la plateforme financière internationale Swift.

Le chancelier allemand Olaf Scholz a également réclamé de nouvelles sanctions contre Moscou.

Marioupol résiste toujours

Dans le sud-est du pays, les efforts des troupes russes pour consolider leurs positions se sont heurtés jusqu'ici à la résistance des Ukrainiens à Marioupol, où quelque 160 000 personnes seraient toujours bloquées et dont au moins 5000 habitants ont été tués, selon les autorités locales.

Vidéo: watson

Parmi ces victimes figure le réalisateur lituanien Mantas Kvedaravicius, 45 ans, tué en tentant de quitter cette ville portuaire assiégée par les Russes, a annoncé dimanche l'armée ukrainienne.

Pour Moscou, contrôler Marioupol permettrait d'assurer une continuité territoriale de la Crimée jusqu'aux deux républiques séparatistes prorusses du Donbass. La Russie a annoncé en fin de semaine vouloir «concentrer ses efforts sur la libération» de ce bassin minier de l'est de l'Ukraine.

Sept morts à Kharkiv

Sept personnes ont été tuées et 34 blessées dans une frappe russe dimanche sur un quartier d'habitations à Kharkiv, la grande ville du nord-est de l'Ukraine, a annoncé le parquet local.

Kharkiv.
Kharkiv.Image: sda

«Les occupants russes ont bombardé des bâtiments résidentiels dans le quartier Slobodskyy de Kharkiv. Résultat, une dizaine de maisons et un dépôt de trolleybus ont été endommagés. Selon les informations préliminaires, sept personnes ont été tuées, 34 ont été blessées, dont trois enfants», a déclaré le service de presse du bureau du procureur de la région.

Par ailleurs, à Dergatchi, tout près de Kharkiv, «au moins trois personnes sont mortes et sept ont été blessées à des degrés divers» dans le bombardement d'un quartier d' habitations, a dit son maire Viatcheslav Zadorenko sur Facebook. Il a précisé que les victimes étaient toutes des civils. (ats/asi)

Une frappe russe sur un centre commercial à Kiev

Plus d'articles sur la guerre en Ukraine

«Les Russes veulent faire tomber l'Est pour mieux revenir sur Kiev ensuite»

Link zum Artikel

Le dégel dévoile les cadavres des soldats russes et c'est un problème

Link zum Artikel

Kiev séduit les déserteurs russes en masse, mais Moscou a une riposte

Link zum Artikel

Comment Poutine met en scène son «chien sanguinaire» en Ukraine

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
On en sait plus sur ceux qui ont fait entrer l'or russe en Suisse
Des données fournies par l'administration fédérale des finances permettent d'identifier les secteurs d'activité susceptibles d'avoir passé commande d'or russe. Une part de mystère demeure pourtant sur cette transaction controversée.

«Nous connaissons les identités de l’importateur et des destinataires de cet or, mais, pour des raisons liées à la protection des données, nous ne sommes pas autorisés à les communiquer au public.» Jointe jeudi par watson, l’Administration fédérale des douanes ne dévoilera pas les noms des clients suisses qui, le mois dernier, ont rompu le moratoire sur l’importation d’or russe, en vigueur dans notre pays depuis l’invasion de l’Ukraine par les chars de Poutine, fin février. En tout, 3,1 tonnes d’or d'une valeur de 194 millions de francs, exportées de Russie et ayant transité par la Grande-Bretagne, sont entrées en Suisse, comme l’a révélé le 21 juin le média anglophone Bloomberg.

L’article