DE | FR

Les 7 arguments du Conseil fédéral pour vous convaincre de vous faire vacciner

Pour entamer la Semaine de la vaccination, les sept membres du Conseil fédéral ont lancé un appel vidéo sur Twitter. A sa manière, chacun a avancé un argument. Lequel vous parle le plus?
08.11.2021, 13:4208.11.2021, 17:09
Suivez-moi

La semaine de la vaccination est lancée ce lundi! Pour l'occasion, des manifestations sont prévues à travers la Suisse.

Au menu: une manifestation sur la place fédérale de Berne, des concerts, des boules de Berlin, un véritable «village de vaccination» à la gare de Zurich, des vaccinations dans les bus et les trams, dans un bateau sur le Rhin ou même sous hypnose. Le tout placé sous le slogan «Chaque vaccination compte».

Pour marquer le coup, nos ministres se sont prêtés au jeu de la vidéo sur les réseaux sociaux. Dans une courte séquence de moins d'une minute, tous ont trouvé un moyen de convaincre les Suisses encore hésitants.

Guy Parmelin évoque sa famille (et sa jeunesse insouciante)

«Quand j'étais jeune, je croyais que rien n'est impossible. (...) On croit que nos forces sont illimitées et notre santé inépuisable. Mes nièces et neveux pensaient ainsi, mais j'ai pu les convaincre»

Viola Ahmerd nous prend par les sentiments (en parlant du ski)

«Grâce à la vaccination (...), nous pouvons nous réunir pour faire du sport ou encourager nos athlètes en direct lors des compétitions. Nous pouvons nous réjouir d'une saison de ski plus simple»

Elle aurait également pu enfoncer le clou en mentionnant la fondue post-ski.

Ueli Maurer joue sur notre ras-le-bol

«Peut-être pouvez-vous reconsidérer votre décision, car le vaccin protège (...). Nous souhaitons tous que ces restrictions exaspérantes prennent fin au plus vite»

Karin Keller-Sutter a parlé à notre coeur (et notre porte-monnaie)

«L'année et demie derrière nous a été difficile (...), tout particulièrement pour les entreprises et les collaborateurs. De nombreuses entreprises et PME se sont retrouvées dans l'incertitude, sans savoir quelles mesures allaient encore les frapper»

Simonetta Sommaruga fait appel à notre besoin de sociabilité

«Grâce à la vaccination, les rencontres sont à nouveau possibles, que ce soit pour une fête d'anniversaire ou un mariage»

Ignazio Cassis a misé sur notre peur de la mort

«Certains de nos proches sont tombés malades, d'autres ont dû être hospitalisés, d'autres encore sont morts. (...) Nous avons les moyens de nous défendre contre ce virus»

Alain Berset, quant à lui... est un peu à court d'arguments

«Alors si vous voulez bien encore y réfléchir un peu, ça va nous aider toutes et tous. Pensez-y: faites-vous vacciner»

Bon et p'tit bonus, la ville de Zurich a trouvé un argument imparable: des boules de Berlin...

«Bienvenue à la semaine de vaccination! Pour accueillir ceux qui se font vacciner au village de la vaccination à la gare de Zürich, voici une bonne boule de Berlin

Avouez qu'elles ont l'air top.

Alors, parmi tous ces arguments... Lequel vous fait tilter?

Attraper le Covid en étant vacciné? C'est normal et ça s'explique

Le Covid ces dernières heures

Une nouvelle vague Covid arrive: et si on s'en fichait?

Link zum Artikel

Le Covid a (encore) fait émerger un nouveau mot

Link zum Artikel

Covid: tout savoir sur les dernières décisions du Conseil fédéral

Link zum Artikel

Une propriétaire romande refuse de vendre sa maison à des vaccinés

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Il faut maintenir l'obligation du masque dans les lieux publics»
Le nombre de cas diminue et la situation dans les hôpitaux se détend: est-ce déjà suffisant pour abandonner le masque dans les transports publics dans une semaine? Urs Karrer, vice-président de la Task force Covid, appelle à la prudence.

En une semaine, le Conseil fédéral pourrait lever presque toutes les mesures sanitaires, y compris l'obligation de porter un masque dans les transports publics. Qu'est-ce que cela implique pour les personnes vulnérables?
Urs Karrer: Nous enregistrons encore chaque jour près de 30 000 nouvelles infections dues au coronavirus. Si l'on ajoute le nombre de cas non déclarés, on estime qu'il y en a trois à quatre fois plus. Cela signifie qu'il y a environ un demi-million de personnes infectées en Suisse, mais que seuls 25 à 30% d'entre elles sont isolées après un test positif. Les personnes vulnérables dans les trains, les bus ou les trams sont donc exposées à un risque très élevé.

L’article