DE | FR
Commentaire

C'est un jour historique, mais nous sommes dans le déni

Sous des semelles de marathonien de la pandémie, personne ne veut vraiment voir qu'aujourd'hui, mercredi 16 février 2022, on pourra supprimer le certificat Covid de son smartphone. Pourtant, dans quelques heures, le Conseil fédéral pèsera chacun de ses mots pour nous libérer d'un poids. En Suisse, les mesures vont sauter. Et c'est historique.
16.02.2022, 08:1216.02.2022, 17:30
Suivez-moi

Parce que les Jeux olympiques battent leur plein. Parce que, hier encore, Poutine et sa clique nous mijotaient une guerre froide 3.0. Parce que le ciel pleure des trombes d'eau. Parce que février, hiver, impôts, déprime. Surtout parce qu'on nous a déjà fait le coup. Et qu'il est hors de question de croire que, cette fois, c'est la bonne et que:

Dans quelques heures, le Conseil fédéral fera sauter les mesures contre le Covid.

Une preuve de ce déni national?

Un journal romand dédie cette journée à un paquebot sur le Léman et à des espaces verts à Yverdon-les-bains (VD).
Un journal romand dédie cette journée à un paquebot sur le Léman et à des espaces verts à Yverdon-les-bains (VD).

Une autre?

<em>watson </em>a décidé de décapsuler l'aube avec une petite histoire cocasse sur les JO.
watson a décidé de décapsuler l'aube avec une petite histoire cocasse sur les JO.

Se voiler la face. Ne pas se réjouir trop vite. Excès de prudence emballé malgré tout dans son petit papier d'impatience. Le déni semble collectif alors que la prise de conscience se devra d'être individuelle. Personne n'ose véritablement réaliser que ce mercredi 16 février 2022 est un jour historique.

Mardi soir, nous aurions dû glisser notre sommeil sous un duvet d'excitations et déposer une ambiance de J-1 sur la table de chevet. Comme une veille d'un grand moment national. Avec cette petite odeur de libération programmée qui vient chatouiller nos agendas. La vie va changer. Merde! Oui, mais. Quelque chose cloche.

Dieu que c'est compliqué d'inaugurer officiellement de l'espoir! Il faut dire que deux ans de pandémie mondiale grippent méchamment toute envie de s'envoyer cul sec des shots d'optimisme. Rappelons tout de même que l'existence a trébuché sur des millions de morts, des vies à l'arrêt, de grands et de petits destins brisés, de fausses dictatures et de vraies tragédies, beaucoup trop de courtes accalmies et déjà une flopée de Covid longs.

Personne n'est assez fou pour sauter de joie avant d'être certain qu'il ne saute pas dans le vide.

Hypothèses alternatives

Ou peut-être que c'est tout le contraire qui est en train de se produire. Alain Berset aura mis des heures à accorder ses mots à sa cravate pour décréter quelque chose que tout le monde a déjà appliqué dans sa vie personnelle: la pandémie est derrière nous. Une crise qui s'est (trop) lentement éteinte, comme une molle histoire d'amour qui n'en finit plus d'agoniser.

Ou peut-être qu'il faudra se dire que tout est terminé quand la situation particulière aura été abandonnée. Quand l'OMS ne dira plus chaque semaine que la situation est préoccupante. Quand les personnes à risque n'auront plus à envisager une levée de mesures comme une menace pour leur vie. Quand tous les autres pays du monde auront pris la même décision. Quand les masques auront disparu. Quand le mot «variant» ne fera plus se dresser les sourcils des épidémiologistes. Ou quand on pourra trouver banal d'ouvrir un journal romand avec un bateau de la CGN en couverture.

Un deuil réclame un déclic

La pandémie n'est pas terminée. Et digérer plus de 24 mois de crise est un voyage à faire en solitaire. Avec ses forces, ses angoisses et ses bulletins de santé. D'ici là, il paraît malgré tout important de considérer ce mercredi 16 février 2022 comme un jour historique. Mais un jour historique collectif. Parce que la fin d'une crise se décide. C'est un événement politique qui ne s'impose jamais de lui-même.

D'autant qu'un travail de deuil réclame toujours un détonateur. Et, aujourd'hui, il se trouve que c'est le Conseil fédéral qui le tient fébrilement entre ses mains.

Fin du certificat covid, vous en pensez quoi?

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Et si on arrêtait d’infantiliser le sport féminin?
«Pureté», «légèreté», «fraîcheur». Ainsi de nombreux médias ont-ils célébré l’Euro et le Tour de France féminins. En se croyant gentils et progressistes.

Depuis quelques semaines, disons-le et pardon à certains de nos estimés confrères, on parle du sport féminin comme d’un petit enfant qui a réussi un beau bricolage. «Et surtout, qu’il ne devienne jamais grand», implorent les éditorialistes attendris, dont la plupart sont des hommes. Plus précisément: paternalistes.

L’article