DE | FR

Condamné, maman d'activiste, avocate: ils étaient au procès du Black Friday

Des personnes reagissent apres le verdict du proces de 31 activistes du climat ayant bloque Fribourg-Centre en novembre 2019 lors du Black Friday, le vendredi 18 juin 2021, devant le Tribunal d'arrondissement de la Sarine, au Forum Fribourg a Granges-Paccot pres de Fribourg. (KEYSTONE/Anthony Anex)

Image: sda

31 activistes du climat ont été condamnés ce vendredi à Fribourg pour leur action menée le jour du Black Friday 2019. On a parlé avec une avocate, un condamné et la maman d'un autre. Ils nous ont confié, à chaud, comment ils se sentaient juste après la sentence.



«Coupable, coupable, coupable». Ce mot, le juge Benoît Chassot l'a égrainé froidement, des dizaines de fois, à la lecture de son jugement. Ce vendredi matin à Fribourg, il a condamné en bloc les 31 activistes du climat, membres d'Extinction Rebellion (XR), qui avaient empêché l'accès à un centre commercial fribourgeois le jour du Black Friday 2019.

Quelques minutes après la sentence, nous avons voulu connaître la réaction de ceux qui, de près ou de plus loin, ont vécu ce procès climatique qui, pour l'heure, a été le plus du genre en Suisse.

Joris Piller, activiste et condamné

A Fribourg, les activistes du climat sont condamnés. Ici Jonas Piller, militant d'Extinction Rebellion.

Image: agathe seppey/watson

«Je ne suis pas vraiment étonné, mais je suis quand même déçu.» Joris Piller prononce la phrase que tous ses camarades d'Extinction Rebellion auraient sans doute pu lâcher. L'espoir d'être acquitté, il n'en avait aucun ou presque. Surtout après la décision du Tribunal fédéral, vendredi dernier, de (re)condamner les activistes qui avaient joué au tennis au Crédit Suisse, à Lausanne.

Pour cet éco-anxieux, convaincu que l'urgence climatique légitime de violer la loi, la sentence n'a donc pas sonné comme un coup de matraque.

«On va devoir continuer à se battre jusqu’à ce que l'on soit entendus»

Vidéo: watson

En sortant les gros moyens? «Certains activistes seront peut-être démotivés alors que oui, d'autres voudront crier plus fort, livre-t-il. Mais en aucun cas en usant de violence. L’atteinte physique à des personnes, c'est hors de question.»

A 22 ans, le Fribourgeois n'a pas peur du système. Il raconte qu'au sein d'XR, les peines ne dissuadent pas d'agir. «Certains en ont rien à faire de risquer la prison.» Condamné à du sursis, il admet quand même que «ça fait réfléchir».

Corinne Fälken, maman d'un militant de XR condamné

A Fribourg, les activistes du climat sont condamnés. Ici la maman d'un prévenu.

Image: agathe seppey/watson

Elle n'a pas honte de son fils. Bien au contraire. Corinne Fälken soutient Yannick corps et âme. Même quand il se trouve sur le banc des accusés. La preuve: elle était là ce vendredi pour l'entendre se faire condamner. La maman fribourgeoise est claire:

«Yannick n'a pas violé la loi. Il n'a pas fait quelque chose de grave, il n'a agressé personne. Il a juste averti le monde entier que le climat va très mal»

Vidéo: watson

Celle qui est venue en famille au procès confesse malgré tout que le jugement lui a laissé une sensation très désagréable. «Je suis quelqu'un de très droit, très carré, je n'ai jamais eu de souci avec la justice ni même fumé un joint. Mais cette cause du climat, elle est belle.»

Marie-Pomme Moinat, avocate des activistes

Les activistes du climat de Fribourg sont condamnés pour leur action du Black Friday 2019. Ici l'avocate Marie-Pomme Moinat.

Image: agathe seppey/watson

«Je suis absolument scandalisée». Marie-Pomme Moinat fait partie des avocats de la défense. Ensemble, ils ont tout donné pour tenter de faire acquitter «leurs» prévenus. Sans y parvenir.

«Le juge Chassot a balayé l’urgence climatique. Il semblerait qu’il n’ait absolument pas entendu nos arguments sur l’imminence du danger»

Ce qui la remonte peut-être le plus, c'est l'absence des climatologues au procès, non conviés à l'audience par le juge. «Il est pourtant fondamental dans ce genre de cas d’entendre ce que les scientifiques ont à dire.»

Vidéo: watson

Marie-Pomme Moinat représente aussi un activiste dans l'affaire de la partie de tennis au Crédit suisse, à Lausanne. Fâchée contre l'arrêt du Tribunal fédéral et contre le verdict de Fribourg, elle redoute que le ton change du côté des militants:

«Ils ne sont pas entendus par la justice suisse. Cela va provoquer un sentiment d’injustice et d’incompréhension. Je crains que le mouvement se radicalise.»

Plus d'articles sur les procès climatiques:

Et boum: le Tribunal fédéral ne reconnaît pas l'état de nécessité climatique

Link zum Artikel

15 militants d'Extinction Rebellion devant les juges à Neuchâtel

Link zum Artikel

Alexandra, militante climatique et condamnée: «On se sent insultés»

Link zum Artikel

Des scientifiques suisses prônent la désobéissance civile

Link zum Artikel

Que se cache-t-il derrière «l'état de nécessité»? 3 points pour comprendre

Link zum Artikel

Les militants pour le climat ont-ils le droit d'enfreindre la loi?

Link zum Artikel

«Il en va de la sauvegarde de l’Etat de droit de ne pas condamner ces jeunes»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

14 activistes d'Extinction Rebellion font recours contre leur condamnation

En juin 2021, la justice avait condamné des activistes du climat à 200 francs d'amende pour avoir bloqué une des artères de la ville de Neuchâtel. Ils ont fait recours.

En mars 2020, 14 activistes d'Extinction Rebellion avaient occupé pendant 75 minutes une des artères de la ville de Neuchâtel. Condamnés en juin dernier, ils vont faire recours à l'instance supérieure. Et pour cause. Ils estiment que leur droit de manifester n'a pas été pris en considération.

Même si le juge a reconnu l'urgence climatique, «il a refusé d’admettre l’état de nécessité. Il n’avait en outre pas estimé utile de faire témoigner une scientifique de renom qui pouvait …

Lire l’article
Link zum Artikel