DE | FR

Une nouvelle (et énième) plainte déposée dans l'affaire Baldwin

Rebondissement dans «l'affaire Baldwin»: une plainte a été déposée par l'armurière du film qui avait tourné au drame en octobre dernier, après la mort d'une collaboratrice sur le plateau.
13.01.2022, 07:5413.01.2022, 11:05

Vous vous souvenez forcément du tournage tragique de Rust, interrompu le 21 octobre 2021 après le tir accidentel de l'acteur Alec Baldwin qui avait provoqué la mort de la directrice de photographie du film, Halyna Hutchins.

Vous avez manqué un épisode? Voici un résumé de l'affaire...

Eh bien, il y a du nouveau! Mercredi, l'armurière du western a porté plainte contre le fournisseur des munitions. Elle l'accuse d'avoir laissé des balles réelles au milieu des cartouches factices.

Qui est la plaignante?

Hannah Gutierrez-Reed était l'armurière responsable des armes à feu pour ce film, tourné au Nouveau-Mexique.

Elle avait été touchée par une balle réelle qui se trouvait dans le revolver. L'arme avait été présentée à Alec Baldwin comme inoffensive et il l'a actionnée en répétant une scène.

D'ailleurs, ce n'est pas la première plainte déposée dans le cadre du film, loin de là!

Pourquoi porte-t-elle plainte?

Conformément aux règles de sécurité en vigueur dans l'industrie du cinéma, les munitions réelles sont totalement proscrites sur les tournages, précisément pour éviter ce genre d'accident.

Dans sa plainte au civil déposée mercredi auprès d'un tribunal du Nouveau-Mexique, Hannah Gutierrez-Reed reproche au fournisseur, Seth Kenney, d'avoir fourni à la production de Rust:

Des «munitions qui étaient présentées à tort comme des munitions factices», donc inertes et dépourvues de poudre, «alors qu'elles contenaient à la fois des munitions factices et réelles»

Pour la jeune armurière et ses avocats, Seth Kenney et sa société «ont créé des conditions dangereuses sur le tournage». Elle réclame des dommages et intérêts sans en préciser le montant.

Que s'est-il passé?

Selon le récit fait par l'armurière dans sa plainte, les policiers ont découvert après le drame «sept balles» soupçonnées d'être réelles. Elles étaient réparties entre:

  • Une boîte de cartouches.
  • Un chariot sur lequel se trouvaient d'autres munitions.
  • Des cartouchières destinées à servir d'accessoires aux comédiens.

Pour sa part, Seth Kenney avait indiqué aux enquêteurs qu'il avait potentiellement pu vendre à la production du film des munitions assemblées artisanalement – peut-être à partir d'éléments recyclés – dont le logo correspond à celui figurant sur la cartouche mortelle. Mais il a ensuite formellement exclu cette éventualité lors d'une interview à la chaîne ABC.

Dans le prochain épisode...

Aucune arrestation n'a eu lieu à ce stade, mais la justice n'a pas exclu d'éventuelles poursuites pénales si des responsabilités étaient établies. Le shérif du comté de Santa Fe, qui supervise l'enquête, a estimé «qu'il y avait un certain laisser-aller sur ce plateau». (ats/mbr)

Un spectateur fait le buzz en chantant avec son idole en plein récital

Et si vous souhaitez vous replonger dans l'affaire Baldwin...

Et si le tir mortel de Baldwin était dû à un sabotage?

Link zum Artikel

Alec Baldwin affirme qu'il «n'a pas pressé sur la détente»

Link zum Artikel

Affaire Baldwin: elle avoue «ne pas vraiment avoir vérifié l'arme»

Link zum Artikel

Un technicien porte plainte contre Baldwin pour négligence

Link zum Artikel

Alec Baldwin pourrait être poursuivi dans l'affaire du tir mortel

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La variole du singe et les allergies sont dans l'actu en mèmes
Chaque semaine, les mèmeurs de watson vous concoctent un récap' de l'actu. Cette semaine, on vous parle de la nouvelle pandémie de variole du singe, et des allergies aux pollens beaucoup trop au taquet cette année.

La Suisse possède le plus grand nombre d'abris antiatomiques par habitant au monde. C'est dû à des politiques mises en place du temps de la guerre froide. Techniquement, chaque citoyen suisse aurait une place dans un abri en cas de conflit nucléaire. Alors qu'on avait à peu près oublié la menace nucléaire, Poutine a décidé d'envahir l'Ukraine et de menacer d'utiliser l'arme atomique contre quiconque oserait s'opposer à la Russie. Pour le moment, ça reste de la rhétorique. Mais ça fait un peu flipper, non?

L’article