DE | FR
Les caractéristiques de João Felix conviennent mal au style de jeu très défensif et agressif prôné par le coach de l'Atlético de Madrid, Diego Simeone.
Les caractéristiques de João Felix conviennent mal au style de jeu très défensif et agressif prôné par le coach de l'Atlético de Madrid, Diego Simeone. image: keystone

João Félix et l'Atlético de Madrid, un divorce si prévisible

João Félix veut quitter l'Atlético de Madrid et il l'a fait savoir cette semaine. Comme lors des derniers matchs, il devrait commencer le derby contre le Real sur le banc dimanche (21h00). Son agent, Jorge Mendes, superstar du milieu, lui cherche déjà une porte de sortie. Entre le joyau portugais et les Colchoneros, une histoire d'amour vouée à l'échec.
11.12.2021, 19:5912.12.2021, 17:09
Jonathan Amorim
Suivez-moi

C'est la bombe qui agite le mercato cette semaine. La pépite portugaise, achetée à prix d'or (126 millions d'euros!) en 2019 par l'Atlético de Madrid, veut partir. Il ne se sent pas à l'aise dans le style de jeu si particulier de Diego Simeone.

Célébration légendaire

Pour comprendre un peu mieux le mal-être du Lusitanien dans la capitale espagnole, il faut rembobiner. Nous sommes en 2018. João Félix a 18 ans et sort d'une bonne saison en deuxième division portugaise avec l'équipe B du Benfica Lisbonne et les M19 du club en Youth League (La Ligue des champions pour les juniors). En tout, il marque 10 buts en 27 matchs. Il intègre en toute logique l'équipe principale la saison suivante.

João Félix en mode Youth League.
João Félix en mode Youth League.Image: KEYSTONE

Il y devient titulaire indiscutable en deuxième partie de saison. Deux matchs vont définitivement le faire passer dans une autre galaxie:

  • le 25 février 2019: Félix égalise au Stade du Dragon face à l'éternel ennemi et son ancien club en juniors, le FC Porto. Sa célébration devant les ultras locaux est iconique. Il entre dans le cœur des fans lisboètes.
  • le 11 avril 2019: Benfica accueille Frankfurt en quart de finale de l'Europa League. Félix inscrit un triplé à la suite d'une performance XXL. L'Europe découvre le nouveau petit prince de Lisbonne.

Forcément, tout s'agite rapidement autour de la nouvelle pépite portugaise. Son agent, le très célèbre Jorge Mendes, flaire le bon coup. Après seulement 6 mois au plus haut niveau, Félix est transféré pour 126 millions d'euros à l'Atlético de Madrid, devenant le transfert le plus cher de l'histoire du club madrilène. Une folie.

De quoi mettre passablement de pression sur les épaules d'un gamin qui évoluait encore en deuxième division quelques mois auparavant. De plus, l'identité de l'acheteur, l'Atlético de Madrid, connu pour ses qualités défensives et agressives, laisse perplexe.

Un style de jeu inadapté

Au moment de la signature de João Félix à Madrid, la stratégie de son nouveau club pouvait pourtant paraître logique. Le Portugais a, en effet, été recruté pour remplacer Antoine Griezmann, parti la même année du côté du FC Barcelone.

Le Français représentait l'équilibre technique dans l'effectif des Colchoneros, principalement tourné vers la discipline tactique et défensive, le don de soi et l'agressivité dans le jeu. Toutefois, Antoine Griezmann est arrivé au club en 2014, à 23 ans, après cinq années au plus haut niveau en Espagne avec la Real Sociedad. Un tremplin dont n'a pas pu bénéficier João Félix.

Antoine Griezmann et João Félix, destins croisés
Antoine Griezmann et João Félix, destins croisésImage: EPA EFE

À l'image d'un Bernardo Silva, passé par Monaco avant de briller avec Manchester City, ces «tremplins», entre les grands clubs d'un championnat hors du top 5 européen comme celui du Portugal et le tout haut niveau international (Atlético de Madrid), sont cruciaux pour un tout jeune joueur.

Rajoutez à cela, la pression des chiffres (transfert record) et un physique fragile (10 blessures depuis son arrivée) et vous obtenez le João Félix version Atlético. Le Portugais a également dû faire face à une forte concurrence et, surtout, à un positionnement sur le terrain qui n'a jamais été très clair dans un style de jeu extrêment défensif et agressif, pas forcément ses qualités premières. En résumé, on pourrait définir l'échec Félix à Madrid par les éléments suivants:

  • Un manque d'expérience à son arrivée
  • Un physique trop fragile pour le style de jeu du «Cholo»
  • Un rôle extrêmement flou et un style de jeu inadapté
  • La pression du transfert record
  • Une forte concurrence

Cette semaine, la radio espagnole Cadena Ser a révélé que le club serait très intéressé par vendre sa pépite. Elle mentionne même que le coach Simeone aurait fait revenir Griezmann pour forcer le départ du Portugais. Le club aurait affirmé laisser partir Félix uniquement en cas de «belle offre», histoire de récupérer son immense investissement de 2019.

Qui pour sauver le soldat Félix?

Le départ du Portugais semble donc acté. Reste à savoir quelle direction prendra le natif de Viseu, dans le nord du Portugal. La somme demandée par son club est conséquente, ce qui élimine déjà passablement de prétendants. Reste les riches clubs anglais et le Paris Saint-Germain. C'est plutôt vers le Royaume-Uni que semble se diriger João Félix.

Toujours selon Cadena Ser, Manchester United, Liverpool, Arsenal et Newcastle seraient intéressés par le profil du joueur. Un transfert en Angleterre pourrait déjà le libérer de cette étiquette de joueur le plus cher de l'histoire de son club. Le football offensif anglais lui conviendrait également mieux, à condition de muscler son jeu.

Le peuple portugais semble en tout cas compter sur la plus vieille alliance diplomatique d'Europe, celle du traité de Windsor datant de 1386, et sur son plus vieil allié, l'Angleterre, pour venir libérer le petit prince de sa prison madrilène. Une libération qui pourrait également servir les intérêts de l'équipe nationale, embarquée dans une opération «barrages» périlleuse pour la prochaine Coupe du monde.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Madonna, la série de photo censurée

1 / 13
Madonna, la série de photo censurée
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Neige et CFF: «J'ai dû attendre deux heures à la gare, ce n’est juste pas possible»

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Incompétence, pingrerie, désordre: quel avenir pour le foot romand?
Après la relégation de Lausanne, Sion est à nouveau en danger, tandis que Servette enchaîne des parcours relativement neutres. Avis pointus et aiguisés sur un déclin romand qui dure depuis 23 ans.

Si Zurich a pu devenir champion avec un fonctionnement à l’ancienne, constitué d’un système patriarcal (un mécène comme à Sion) et de ressources locales (un vivier comme à Servette), pourquoi le football romand, lui, est-il incapable de remporter le moindre titre depuis 1999? Pourquoi semble-t-il voué à une destinée obscure et velléitaire, quelque chose d'irrémédiablement provincial?

L’article