DE | FR
Switzerland's soccer players carry the goals during a training session for the Euro 2020 soccer tournament at the Tre Fontane sports centre, in Rome, Italy, Tuesday, June 22, 2021. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Les footballeurs suisses, ici à l'entraînement à Rome ce mardi, font face à beaucoup de questions avant leur huitième de finale. Image: KEYSTONE

Avant son 1/8e de finale, la Suisse ne sait pas sur quel pied danser

La Nati jouera les huitièmes de finale de l'Euro, mais elle ne sait toujours pas contre qui, quand ni où elle disputera ce match. Sa situation rappelle celle de l'équipe d'Albanie en 2016.



L'équipe de Suisse n'aura finalement attendu que 24 heures après sa victoire cruciale contre la Turquie dimanche (3-1). Oui, le soulagement est arrivé lundi soir déjà: elle est assurée de terminer parmi les quatre meilleurs troisièmes de groupe. Et donc, de disputer les huitièmes de finale de l'Euro.

Cet heureux dénouement ne pouvait pas tomber plus vite. La raison? Un scénario parfait pour la Nati lundi soir lors des matchs des groupes B et C.

Tout savoir sur les résultats qui ont permis à la Nati de valider son ticket:

Mais il reste plusieurs inconnues pour les hommes de Vladimir Petkovic: ils ne savent pas contre qui ils joueront, ni quand et où. A plusieurs égards, leur situation ressemble à celle de l'Albanie il y a cinq ans.

Une attente pénible

Lors de l'Euro 2016 en France, la sélection balkanique avait héroïquement décroché la troisième place d'un groupe très relevé comprenant aussi la France, la Suisse et la Roumanie. Mais le sort s'était montré plus cruel avec les «Kuq e Zinjtë» (les «Rouge et Noir»): ils avaient attendu longtemps. Trois jours. En vain. «Jusqu'au dernier match de la phase de poule, on a espéré, rembobine Burim Kukeli, ancien milieu de terrain des Aigles. Après notre victoire contre la Roumanie, on a regardé tous les matchs ensemble à l'hôtel, l'équipe entière. C’était difficile, parce qu'à chaque fois on se disait "La qualification, c’est maintenant, c’est maintenant!"»

Burim Kukeli avec l'Albanie contre la France à l'Euro 2016.

Burim Kukeli (à gauche) au duel avec Dimitri Payet lors du match France-Albanie (2-0) de l'Euro 2016 à Marseille. image: keystone

Au final, l'Albanie sera éliminée, coiffée au poteau par le Portugal – futur champion d'Europe –, dans la course aux quatre meilleurs troisièmes. Avec des regrets. Le milieu de terrain Migjen Basha en a eu: «Durant ces trois jours d'attente, on s’est fait pas mal de films sur l’occasion ratée par Shkelzen Gashi face à Yann Sommer lors du premier match contre la Suisse, se souvient le natif de Lausanne. Si on avait égalisé à 1-1, on aurait eu 99% de chances de passer.»

L'immense occasion de Gashi à la 87e minute d'Albanie-Suisse (0-1)

abspielen

Vidéo: YouTube/DANIELE DI MARZIO

Mais, chez les footballeurs albanais – qui disputaient seulement leur deuxième grand tournoi – l'allégresse remplace vite l'amertume de l'élimination. «La déception était grande, logiquement. Mais notre fierté et notre joie l'étaient encore plus. Avec un peu de recul, on est vite conscient de la chance d'avoir vécu une aventure si incroyable. L'énergie transmise par les fans, ces stades pleins, nos belles performances, tout ça était énorme!», s'extasie encore aujourd'hui Burim Kukeli.

Une euphorie qui atteindra son paroxysme à l'occasion du retour de France du Soleurois d'adoption et de ses coéquipiers. A Tirana, les membres de la sélection sont accueillis en héros nationaux par des milliers de supporters et reçoivent tous un passeport diplomatique.

Yann Sommer et ses collègues n'auraient pas eu droit à pareils honneurs s'ils avaient été éliminés de l'Euro 2020 à la troisième place de leur groupe. Non, parce que la Suisse, contrairement à l'Albanie, est une habituée des huitièmes de finale de grands tournois. Et une non-qualification aurait été un échec.

Gestion intelligente

Mais les défis de la Nati sont les mêmes que ceux de l'Albanie il y a cinq ans: bien gérer ces quelques jours d'incertitude. A commencer par le béaba. «Durant cette attente, c'est important de rester fit et en bonne santé pour la suite du tournoi», prévient Burim Kukeli. L'ancien Sédunois poursuit:

«On s'entraînait avec un programme allégé, et il était important de se reposer et de faire quelques soins. Parce qu’après trois matchs en si peu de temps, la fatigue se fait ressentir»

Burim Kukeli, ancien international albanais

Migjen Basha voit un autre point crucial: «Pendant notre mise au vert de trois jours, on essayait aussi de relâcher la pression. Il y avait beaucoup de stress durant ce tournoi, sur le terrain et en dehors. Notamment à cause des longs et nombreux déplacements en bus et avion à travers la France et le très pesant dispositif de sécurité, renforcé après les attentats de 2015.»

Migjen Basha et Armando Sadiku fêtant le but du 1-0 pour l'Albanie contre la Roumanie à l'Euro 2016.

Migjen Basha (à droite) célèbre le goal décisif de l'Albanie lors de sa victoire historique contre la Roumanie (1-0) à Lyon, avec le buteur Armando Sadiku. image: keystone

Avant un grand tournoi, une sélection bénéficie de nombreux mois pour décortiquer les moindres détails du jeu de ses adversaires en poule, connus dès le tirage au sort des groupes. Tout le contraire en phase à élimination directe. Le staff de Vladimir Petkovic devra être d'autant plus efficace pour préparer les séquences vidéo à éplucher.

Et même s'improviser devin: quelle équipe visionner? «Comme la Suisse aujourd'hui, l'Albanie avait plusieurs adversaires potentiels en huitièmes, rappelle Burim Kukeli. L'Allemagne en faisait partie, alors j'avais commencé à étudier son jeu». Contrairement à l'ancien milieu du FC Sion, Migjen Basha ne voulait pas voir si loin:

«Je ne pensais pas à l’adversaire, c’était égal pour moi qui on allait affronter. Seule la qualif' m'importait»

Migjen Basha, international albanais

Le défi logistique vient davantage brouiller la vision à court terme déjà bien floue de la Nati pour ces prochains jours. Basée à Rome, elle jouera son prochain match le dimanche 27 juin à Séville, le lundi 28 à Bucarest ou le vendredi 29 à Glasgow. On espère que son intendant a quelques compétences dans les réservations de last minute...

Les adversaires, lieux et dates possibles pour le 1/8e de finale de la Suisse

Les matchs possibles de la Nati: le 27 juin à Séville contre la Belgique; le 28 juin à Bucarest contre la France, l'Allemagne ou le Portugal; le 29 juin à Glasgow contre la Suède, la Slovaquie, l'Espagne ou la Pologne.

Plus d'articles sur le sport

Elle sourit comme Boucle d'or et toise comme Catherine Tramell

Link zum Artikel

A Tokyo, des gamines en or qui interrogent

Link zum Artikel

«Certaines arrêtent leur carrière pour ne pas devoir porter le bikini»

Link zum Artikel

Inarrêtable, ce robot entre dans l'histoire du basket

Link zum Artikel

Foirer un rencard à cause d'une balle en pleine face, c'est possible!

Link zum Artikel

Où les footballeurs de la Nati passent-ils leurs vacances?

Link zum Artikel

Mais pourquoi diable les gagnants de la NBA portent des masques de ski?

Link zum Artikel

«Si le mec m'attaque chez moi, je ne pourrai rien faire»

Link zum Artikel

Prochaine étape au FC Sion: La reconnaissance faciale

Link zum Artikel

Même en fin de piste, les stars du foot sont utiles aux clubs suisses

Link zum Artikel

«Eddy Merckx reste le plus grand»

Link zum Artikel

5 initiatives du monde sportif pour sauver la planète

Link zum Artikel

Implorer le pardon, une mode chez les footballeurs

Link zum Artikel

Le sacre de l'Italie suggère l'idée d'un début de règne

Link zum Artikel

Il n'y a jamais eu aussi peu de fautes. Les joueurs sont-ils devenus sages?

Link zum Artikel

Novak Djokovic: «Je suis le meilleur»

Link zum Artikel

L'Euro a puni les égoïstes, sa finale les rendra ringards

présenté parMarkenlogo
Link zum Artikel

«Face à Jordi Alba, Chiellini a été très intelligent»

Link zum Artikel

Pas retenu pour les JO, un Vaudois crie à l'injustice

Link zum Artikel

Antognoni est formel: «L'Italie ne joue pas comme d'habitude»

Link zum Artikel

Le tiki-taka, onomatopée encore au top

Link zum Artikel

«Les foules de supporters sont essentiellement positives»

Link zum Artikel

Est-ce qu’un attaquant qui ne touche aucun ballon a l’impression de faire de la course à pied?

Link zum Artikel

«Sur un match, tout est possible», vraiment?

Link zum Artikel

Pourquoi taille-t-on autant de costards à Vladimir Petkovic?

Link zum Artikel

Carton rouge sur Freuler: «Je trouve la décision très sévère»

Link zum Artikel

François Moubandje après Suisse-Espagne: «J'ai envie de pleurer»

Link zum Artikel

L'Espagne a retrouvé son jeu et sa joie. Elle rappelle quelqu'un

Link zum Artikel

Pourquoi glisse-t-on aussi souvent sur le gazon maudit de Wimbledon?

Link zum Artikel

Quelle image culte de ce France-Suisse garderez-vous en mémoire?

Link zum Artikel

Mbappé le surdoué pourra-t-il se relever de son cuisant échec?

Link zum Artikel

Les Français sont certains de nous mettre une raclée

Link zum Artikel

Quand la France était nulle et se chamaillait en Suisse

Link zum Artikel

5 bonnes raisons de rester sans voix devant les hymnes nationaux

Link zum Artikel

Johan Djourou: «Je me suis presque demandé pourquoi tu vis»

Link zum Artikel

Mais d’où vient cet amour irrationnel des Portugais pour leur équipe?

Link zum Artikel

Le débat s'envenime: Djokovic est-il le plus grand?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le sommet Biden-Poutine à Genève

1 / 22
Le sommet Biden-Poutine à Genève
source: sda / saul loeb
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

En direct

«Au sortir de la pandémie, le pays avait besoin de retrouver de la ferveur»

Vendredi soir, la Suisse affrontait l'Espagne en quart de finale de l'Euro. L'équipe de watson a fait trempette dans le bouillon des supporters, qui sont fiers de la performance de l'équipe Suisse.

Lire l’article
Link zum Artikel