DE | FR
Depuis 2020, le prix à la consommation de l'essence sans plomb 95 ne fait qu'augmenter.
Depuis 2020, le prix à la consommation de l'essence sans plomb 95 ne fait qu'augmenter.shutterstock

Jusqu'où peut grimper le prix de l'essence? «Il n'y a pas de limite»

Le prix de l'essence n'a jamais été aussi cher en Suisse et dépasse aujourd'hui le seuil symbolique des 2 francs le litre. Mais jusqu'où peut-il aller et que peut-on faire? Réponse en 3 questions.
09.03.2022, 08:0612.03.2022, 13:03
Suivez-moi

Ça peut grimper jusqu'où?

Depuis deux ans, le prix de l'essence augmente. Aujourd'hui, et dans certaines stations-service, il a dépassé le seuil symbolique des 2 francs le litre d'essence. A ce rythme-là, qu'est-ce qui empêche que, d'ici à quelques mois, le prix atteigne les trois ou quatre francs le litre?

«Théoriquement, il n'y a pas de limite»
Martin Stucky, porte-parole d'Avenergy Suisse

«Mais sans taxes ou surtaxes, j'imagine mal comment le prix de l'essence puisse coûter trois francs un jour», précise Martin Stucky, porte-parole d'Avenergy Suisse. S'il ne préfère pas faire de suppositions, il indique qu'à court terme, rien n'indique que le prix va baisser.

Depuis 2020, le prix à la consommation de l'essence sans plomb 95 ne fait qu'augmenter.
Depuis 2020, le prix à la consommation de l'essence sans plomb 95 ne fait qu'augmenter.

Pourquoi le prix augmente?

Pour comprendre ce qui influence le prix de l'essence, il faut déjà avoir en tête sa composition. Selon «Avenergy Suisse», le prix de l'essence se compose de trois blocs principaux: les coûts d’approvisionnement sur le marché international, les taxes étatiques et de droit public, ainsi que les coûts de distribution. Et aujourd'hui, d'après Martin Stucky, l'augmentation des prix à la pompe est surtout liée aux taxes, plutôt qu'au prix du produit brut.

«Aujourd'hui, on est au-delà des 90 centimes de taxes incompressibles. C'est spectaculaire»
Martin Stucky, porte-parole d'Avenergy Suisse.

Pour Laurent Pignot, responsable de la communication au TCS, le conflit entre l'Ukraine et la Russe joue un rôle, mais n'est pas l'unique raison de cette augmentation: «la demande mondiale de pétrole brut dépasse l'offre depuis un certain temps.»

Par ailleurs, l'action climatique prend aussi une responsabilité non négligeable dans cette augmentation: «les capitaux affluent apparemment de plus en plus vers des investissements durables. Les investissements dans l'augmentation des quotas de production de pétrole brut, ou même dans l’exploration de nouvelles sources, ont diminué», explique Laurent Pignot.

Quelles sont les solutions?

Mais alors comment réguler tout ça? Pour Nicole Mathys, il faut faire confiance à la loi du marché: «si les prix augmentent vraiment beaucoup, les gens vont ajuster leurs comportements.» Ce qui, à long terme, pourrait influencer les tarifs:

«Si la demande baisse, les prix vont descendre»
Nicole Mathys, économiste de l'environnement à l'Université de Neuchâtel

Que faire dans l'immédiat pour accuser le coup? Il n'y a rien à faire selon Martin Stucky, si ce n'est de rouler moins. Et pour Nicole Mathys, c'est plutôt une bonne chose pour la planète: «des prix élevés dans tout ce qui génère des émissions de CO2, c'est bien parce que ça va faire que l'on en consomme moins.»

A l'échelle du consommateur, Laurent Pignot conseille de planifier les ravitaillements et faire le plein là où c'est le moins cher: «Les stations-service situées dans des emplacements stratégiques, sur l'autoroute ou en ville, sont généralement plus chères.» Il précise toutefois:

«Il faut garder en tête que rouler plusieurs kilomètres pour économiser quelques centimes n’est pas toujours avantageux»
Laurent Pignot, Responsable de la communication au TCS
Et vous, qu'est-ce que vous pensez de cette augmentation?

L'essence prend l'ascenseur, micro-trottoir à la pompe

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Shell et Totalénergies s'envolent grâce à la flambée des prix
Les deux géants pétroliers ont enregistré des chiffres records, et ce, malgré la diminution d'activité pétrolière en Russie.

Les bénéfices records enregistrés par les géants pétroliers britannique et français font suite à la flambée des prix du pétrole. Shell a dévoilé jeudi un bénéfice net part du groupe à 18 milliards de dollars tandis que Totalénergies a plus que doublé son bénéfice net au deuxième trimestre, à 5,7 milliards de dollars (5,5 millions de francs). Cet envol fait suite à la flambée des cours des hydrocarbures.

L’article