DE | FR
Conteneur Maersk dans le port de Saint-Pétersbourg. Le géant danois de la logistique ne livre plus en Russie
Conteneur Maersk dans le port de Saint-Pétersbourg. Le géant danois de la logistique ne livre plus en Russieimage: keystone

L'économie russe souffre de la guerre en Ukraine

De l'extérieur, les dirigeants se montrent peu affectés par les sanctions occidentales. Mais la réalité est très différente: l'économie russe est menacée.
Cet article est également disponible en allemand. Vers l'article
06.05.2022, 05:4606.05.2022, 17:47
Peter Blunschi
Peter Blunschi
Peter Blunschi
Suivez-moi

Le 24 février, le jour de l'attaque russe contre l'Ukraine, Vladimir Poutine a ordonné à 37 des plus riches dirigeants économiques du pays de se rendre au Kremlin. Comme d'habitude, il les a fait attendre deux heures, le temps de se lamenter sur leur sort: «Tous se sentaient misérables. Ils étaient dévastés», a déclaré un participant selon le Washington Post.

Certains auraient dit: «Nous avons tout perdu», peut-on lire dans l'article coécrit par Catherine Belton, auteur du livre Le réseau de Poutine. Mais lorsque le président est apparu et a déclaré qu'il n'avait pas d'autre choix que cette «opération militaire spéciale», personne n'a osé émettre la moindre protestation. Ils ne voulaient sans doute pas finir comme Mikhaïl Khodorkovski.

Vladimir Poutine lors d'une conférence virtuelle sur l'économie le 18 avril.
Vladimir Poutine lors d'une conférence virtuelle sur l'économie le 18 avril.image: keystone

L'ancien homme le plus riche de Russie avait payé cher son opposition au «système Poutine» en passant dix ans en prison. Depuis, la devise des oligarques russes était la suivante:

«Vous ne vous mêlez pas de politique, mais vous pouvez vous enrichir sans retenue»

Avec la guerre en Ukraine et les violentes sanctions économiques de l'Occident, le dicton est mis à l'épreuve comme jamais auparavant. Les oligarques ont également été sanctionnés et des dizaines de milliards de dollars d'actifs ont été gelés à l'international. «En un jour, ils ont détruit ce qui avait été construit pendant de nombreuses années. C'est une catastrophe», a déclaré un participant à la réunion.

A l'extérieur, on se montre serein. La «guerre flash» contre l'économie russe a manifestement échoué, a déclaré Poutine mi-avril lors de sa visite du centre spatial Vostotchny. En surface, c'est vrai: le rouble s'est stabilisé et la Russie gagne chaque jour des centaines de millions de dollars grâce à l'exportation de pétrole et de gaz.

Les perspectives pour les prochains mois sont, cependant, peu réjouissantes pour la Russie. C'est ce que montrent divers indicateurs:

La banque centrale russe

Après le début de la guerre, la banque centrale russe, également touchée par les sanctions, a radicalement augmenté son taux directeur de 10,5% à 20%. Elle a ainsi pu stopper la chute du cours du rouble. Mais depuis, elle a baissé le taux d'intérêt à 14% afin de relancer l'économie. Pour ce faire, elle s'accommode d'une inflation d'environ 20%.

La présidente de la banque centrale, Elvira Nabiullina, a annoncé vendredi dernier une nouvelle baisse des taux d'intérêt.
La présidente de la banque centrale, Elvira Nabiullina, a annoncé vendredi dernier une nouvelle baisse des taux d'intérêt.image: keystone

La banque centrale s'attend néanmoins à ce que l'économie se rétracte de 8 à 10% cette année. Ces chiffres correspondent à une forte récession. La situation est «extrêmement incertaine», a déclaré la présidente de la banque centrale Elvira Nabiullina. Elle est considérée comme une technocrate compétente et, selon divers médias, elle voulait quitter son poste après le début de la guerre, mais Poutine l'en a empêchée.

Matières premières

La semaine dernière, le gouvernement russe a stoppé les exportations de gaz vers la Pologne et la Bulgarie. Cela a provoqué un trouble considérable au sein de l'Union européenne. Mais si Poutine voulait ainsi diviser l'UE, il s'est une fois de plus trompé. L'UE refuse toujours de payer les factures de gaz en roubles, comme l'exige la Russie.

Une première tentative de pression du Kremlin sur ce sujet avait déjà échoué. «Le gaz est désormais la principale source de devises de Poutine», a déclaré l'économiste allemand Jens Südekum à T-Online. Il ne voudra pas y renoncer pour l'instant et la plupart des gazoducs continuent de se diriger vers l'Europe.

Mais les Européens travaillent activement pour se libérer de cette dépendance, y compris pour le pétrole. «L'Allemagne s'est libérée à une vitesse incroyable des importations de pétrole russe», reconnaît Südekum. Plus rien ne devrait donc s'opposer à un embargo pétrolier de l'UE. Un sixième programme de sanctions est actuellement en préparation à Bruxelles.

Industrie

Le secteur de la production en Russie dépend souvent de composants qui doivent être importés de l'Ouest et qui ne sont plus disponibles en raison des sanctions. «Nous devons nous préparer à un changement structurel difficile», a averti la présidente de la banque centrale Nabiullina:

«L'économie ne peut pas vivre éternellement sur des réserves»

Parallèlement, le Kremlin veut empêcher les groupes étrangers de se retirer de Russie «parfois avec des menaces sévères», a rapporté le Spiegel. Le répertoire s'étend ainsi jusqu'aux visites des services secrets FSB. Il en va notamment de l'emploi. Plusieurs centaines de milliers de Russes risquent de perdre leur emploi et leurs revenus.

Certains en ont tiré les conséquences de leur propre chef. Jusqu'à 100 000 informaticiens auraient émigré de Russie depuis le début de la guerre. Le premier ministre Mikhaïl Michustin aimerait les garder dans le pays en leur offrant des salaires élevés et en les dispensant du service militaire, sans grand succès. Pourtant, la Russie veut s'affranchir de sa dépendance aux matières premières grâce au secteur informatique.

Des entreprises comme Yandex, le «Google russe», doivent libérer le pays de sa dépendance aux matières premières.
Des entreprises comme Yandex, le «Google russe», doivent libérer le pays de sa dépendance aux matières premières.image: keystone

Tous les oligarques ne veulent pas rester les bras croisés face à cette évolution. Selon le Washington Post, ce sont surtout ceux qui avaient acquis leur richesse lors des privatisations «sauvages» des années 1990 sous le président Boris Eltsine qui expriment publiquement leur mécontentement face à la guerre et aux sanctions. Ceci malgré le risque de représailles.

Ainsi, le magnat de l'acier Vladimir Lisin a averti dans le journal Kommersant que l'extension des paiements en roubles à d'autres matières premières et produits «nous éjecterait des marchés mondiaux». Vladimir Potanin, propriétaire de Nornickel et sans doute le Russe le plus riche actuellement, a estimé que l'expropriation des actifs étrangers ramènerait la Russie à la révolution de 1917.

Le grand public ne perçoit guère la problématique. Il est «bercé» par la machine de propagande étatique, a déclaré au Washington Post le banquier Sergueï Pougatchev, qui faisait autrefois partie du cercle intime de Poutine et qui vit en exil depuis 2011:

«Mais dans trois mois, les magasins et les usines seront à court de stocks»

En même temps, l'ampleur des pertes russes dans la guerre devrait commencer se manifester, selon Pougatchev. C'est sur cet effet que mise un homme d'affaires présent à la rencontre au Kremlin:

«Il y aura une bataille difficile pour le Donbass, et si elle n'est pas couronnée de succès, il y aura une grande lutte entre les élites au sein de la Russie»

La TV russe simule des attaques nucléaires

Plus d'articles récents sur la guerre en Ukraine

Meurtre, torture, vol: l'Ukraine recherche 10 criminels de guerre

Link zum Artikel

«Plan Marshall 2.0»: voici comment reconstruire l'Ukraine après la guerre

Link zum Artikel

Voici 13 images de Pâques «célébrée» en Ukraine en pleine guerre

Link zum Artikel

«Pour la Russie, cette guerre est un suicide économique»

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
15 caricatures qui résument parfaitement la guerre en Ukraine
La guerre en Ukraine sévit déjà depuis quatre mois. Les dessinateurs vous résument la situation avec leurs crayons.

Attention, cher utilisateur de watson: si les tweets de cet article ne s'affichent pas rapidement, cliquez sur ce lien pour bénéficier de notre assistance informatique, comptez jusqu'à cinq, à voix haute ou en silence, et faites ensuite défiler la page.

L’article