DE | FR
Des manifestants contre les mesures Covid, le samedi 24 avril 2021, à Rapperswil.

Des manifestants contre les mesures Covid, le samedi 24 avril 2021, à Rapperswil. Image: KEYSTONE

Le «oui» à la loi Covid est-il un test fiable pour la confiance du peuple?

Si le «oui» net à la loi Covid traduit une certaine validation du Conseil fédéral par la population, celle-ci est à relativiser au vu du contexte politique. Un prochain scrutin pourrait davantage traduire où en est concrètement cette confiance populaire.



Les arguments des Amis de la Constitution et de certaines personnalités UDC portant sur le caractère à leurs yeux liberticide de la loi Covid n'auront pas fait mouche auprès de la majorité des Suisses. La loi fédérale urgente portée par le Conseil fédéral a été acceptée à 60,2% en ce dimanche de votations, ce qui équivaut à un «oui» assez net. Mais aussi, notons-le d'emblée, à un nombre de refus plus important qu'attendu.

Un vote «d'abord émotionnel»

L'une des particularités de la loi Covid est que nous avons voté sur sa version du 25 septembre et que des modifications ont été effectuées le 19 mars. Modifications qui précisément contiennent les éléments qui faisaient le plus débat: le certificat sanitaire, le traçage des contacts et la suppression de la quarantaine pour les personnes vaccinées.

Sur quoi alors portait le débat? Pas vraiment sur le texte lui-même, aux yeux du politologue de l'UNIL René Knüsel, contacté par watson:

«Le "oui" comme le "non" sont des votes qui, à mon avis, ont d’abord été émotionnels. Pas sûr que les Suisses se soient plongés avec suffisamment de courage et de sérénité dans les textes de cette Loi. On a eu confiance, ou non, en les mesures prises jusqu’ici par le Conseil fédéral. Le résultat du jour exprime d’abord cela je pense.»

Celui pour qui «être un citoyen, c’est un métier pour lequel on n'est pas formé» estime également que si les sondages n’avaient pas été aussi clairement et rapidement en faveur de la loi Covid, il est probable que certains citoyens auraient plus longuement hésité avant de voter «oui». Le résultat est donc à relativiser et surtout à replacer dans un contexte plus global de contestations du pouvoir bernois.

La contestation anti-système ne fait que commencer

Les jeunes UDC ont d'ores et déjà annoncé ce dimanche 13 juin un nouveau référendum contre les modifications de la loi Covid datant du 19 mars. «Les partisans ne pourront plus se cacher derrière les aides financières», a déclaré à l'ATS leur président David Trachsel. Les Amis de la Constitution soutiennent ce nouveau référendum.

Tirer des leçons définitives de ce 13 juin serait donc malvenu. Comme pour la question de l'environnement, les déçus du jour ne comptent pas s'arrêter là et la discussion ne fait que commencer. Outre l'annonce de ce nouveau référendum ayant trait au droit d'urgence spécial Covid, rappelons que les Amis de la Constitution couvent d'autres projets, dont une initiative populaire dont nous ignorons encore la teneur et une opposition à la Loi sur le soutien aux médias.

Le vrai test pour la confiance de la population envers son gouvernement et, de manière plus générale, ce qu'on appelle «le système», l'establishment politico-médiatique, se fera avec ce nouveau référendum, au cas – probable – où il aboutit. Même si la Suisse venait à s'exprimer sur des dispositions qui ne seront même plus en vigueur, il s'agira au fond d'exprimer ou non sa confiance dans la capacité du Conseil fédéral à ne pas user de son pouvoir. La question financière très présente dans les débats autour du 13 juin n'étant plus d'actualité.

Nous pourrons alors estimer avec un peu plus d'assurance à quel point la tendance anti-gouvernementale actuelle est représentative d'une part significative de la population. Cette question est l'une des plus centrales du moment. Espérons qu'elle se résolve le plus sereinement possible, sans que nous ayons à constater ici et là de l'excès de confiance... envers ses propres idées. La démocratie, c'est aussi et peut-être surtout l'art de revoir ses positions.

Encore quelques surdoués de l'Euro

1 / 7
Encore quelques surdoués de l'Euro
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Ce 14 juin, elles dénoncent le sexisme en politique

Plus d'analyses politiques

Le PDC Valais perd sa majorité historique au Conseil d'Etat

Link zum Artikel

Les wokes débarquent en Suisse romande. Qui sont-ils? Que veulent-ils?

Link zum Artikel

Peut-on être jeune, de droite et défendre la polygamie?

Link zum Artikel

Accentué par la crise, un élan libertaire parcourt la Suisse

Link zum Artikel

Les Algériens se rendent aux urnes dans l'indifférence

Il s'agit des premières législatives depuis le soulèvement populaire commencé en février 2019 pour protester contre le président Abdelaziz Bouteflika. Le principal enjeu sera la participation.

Quelque 24 millions d'Algériens sont appelés à élire les 407 députés de l'Assemblée populaire nationale pour un mandat de cinq ans. Ils doivent choisir parmi près de 1500 listes, dont plus de la moitié s'affichent comme «indépendantes».

Les précédentes consultations électorales, la présidentielle de 2019 et le référendum constitutionnel de 2020, ont été marqués par une abstention historique. Les bureaux de vote ont ouvert à 08h00 (09h00 suisse) et fermeront à 19h00 (20h00 suisse). Les …

Lire l’article
Link zum Artikel