DE | FR

Et si votre téléphone vous aidait à suivre vos clefs, votre chien ou quelqu'un?

Ne plus avoir à chercher ses affaires ou son animal de compagnie pendant des heures: les balises numériques constituent une aide précieuse indéniable, mais se révèlent aussi être un moyen conséquent pour réaliser des abus.



Souvent de forme ronde et de la taille d'une pièce de monnaie, ces petits accessoires en plastique doivent tout d'abord être appairés avec un téléphone portable, puis ils peuvent être reliés à distance à un porte-clefs, un sac, ou une valise, entre autres. Il est ensuite possible, via une application sur smartphone, de faire sonner ces balises.

Les balises numériques ne servent pas qu'à retrouver ce qui a été perdu. Ces véritables mouchards possèdent aussi un mode dans lequel il est possible de prévenir les propriétaires d'animaux de compagnie lorsque ces derniers sont trop éloignés d'un endroit clé. Comme une sorte de clôture numérique, la balise émet un signal pouvant être reçu par le propriétaire via internet.

Suivre quelqu'un à son insu

Prudence cependant. Cette fonctionnalité de recherche peut, dans certains cas, donner lieu à des abus. Une personne pourrait par exemple cacher l'un de ces mini traqueurs sur une autre, afin de la suivre à distance, à son insu.

Autre élément non-négligeable, pour localiser de manière fiable, il est nécessaire de tenir compte de la distance de portée de traque. La géolocalisation est limitée à maximum 50 mètres. A titre de comparaison, la batterie amovible intégrée à ces balises numériques, du type piles boutons utilisées pour les clefs de voitures par exemple, dispose elle d'une autonomie de plusieurs mois.

Deux acteurs de poids sont récemment devenus des précurseurs de la tendance. Samsung et Apple ont en effet lancé la commercialisation de leurs propres balises numériques, respectivement appelées «Smart Tag» et «Air Tag» et offrent ces différentes fonctionnalités. (ats/mndl)

Tracer quelqu'un en Suisse, illégal ou pas?

En Suisse, la constitution dit que la surveillance de personnes qui n'ont pas donné leur consentement est «illicite» et constitue «une violation des droits de la personnalité des personnes concernées.» Bref, l'activité est à éviter.

Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT) edoeb.admin.ch

Sinon ce soir, y a l'Euro! Gardez un oeil sur ces jeunes prodiges du foot.

1 / 7
Encore quelques surdoués de l'Euro
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Et toi, tu pèses combien en CO2?

Plus d'articles sur le thème «High-Tech»

Facebook veut tout faire pour ressembler à Clubhouse

Link zum Artikel

Fuite de données Facebook: 3 raisons pour ne pas les prendre à la légère

Link zum Artikel

Gucci vend douze francs des baskets qui n'existent pas

Link zum Artikel

Un collectionneur de crypto-art nous explique son délire

Link zum Artikel

On peut désormais gagner de l'argent grâce à Clubhouse

L'application de chat qui fait le buzz depuis plusieurs mois prend un nouveau tournant. Elle veut maintenant faire de ses utilisateurs des influenceurs.

Promouvoir du contenu sur Instagram ou Tik Tok? Ca, c'était avant. Désormais, on le fait sur Clubhouse, l'application de chat vocale préférée d'Oprah Winfrey et Elon Musk. Pour célébrer sa fulgurante première année, la plate-forme américaine aux 10 millions d'utilisateurs propose une nouvelle fonctionnalité à ses fidèles les plus créatifs: celle de monétiser leurs conversations.

Baptisé «Clubhouse Creator First», le nouveau programme qui tend à inaugurer le métier de «Clubhouseur» a été …

Lire l’article
Link zum Artikel