DE | FR
Image: Shutterstock / Montage watson
Absurdie

Origine du Covid: on se serait bien passé de la cour de récré politique

Sommée par l'OMS de livrer ses données sur les coronavirus, la Chine – où le virus pourrait s'être échappé d'un laboratoire – refuse de coopérer. Une démarche aussi absurde qu'explicable.
14.08.2021, 11:50
Suivez-moi

Une double dose de langue de bois dans la communication d'un Etat n'a rien de nouveau. Surtout quand il s'agit d'une grande puissance comme la Chine, qui a pour ambition de maîtriser le monde en commençant par maîtriser son discours. Mais il y a de quoi s'arracher les cheveux devant son entêtement à cultiver les zones d'ombre sur le début de la pandémie de Covid-19.

Promis, juré, caché

La possibilité d'une fuite de laboratoire, présentée dans un premier temps comme étant improbable, est considérée depuis plusieurs mois avec sérieux par les scientifiques. L'Institut de virologie de Wuhan (IVW), en Chine, est particulièrement visé. Et ce, pour trois raisons principales:

  • Wuhan est le lieu où ont été déclarés les premiers de cas de Covid-19.
  • L'IVW a déjà réalisé des manipulations de virus dans le but de tester leur dangerosité pour l'homme. Cette opération, appelée «gain de fonction», est jugée extrêmement dangereuse par les virologues eux-mêmes.
  • Un chercheur de l'OMS a avancé récemment que les seules personnes ayant pu être contaminées par une chauve-souris à Wuhan sont des collaborateurs du labo.

Or, la grande puissance n'accepte toujours pas de livrer certaines informations, pourtant jugées cruciales pour déterminer l'origine du Covid. Il s'agit notamment de données sur certains génomes de virus très proches du SARS-CoV-2, qui pourraient avoir été manipulés en laboratoire.

La directrice de l'IVW, Shi Zheng Li, assure qu'aucun gain de fonction n'a été réalisé sur ces coronavirus de chauve-souris. Problème: il faut la croire sur parole. Car les infos brutes sur ces virus – étudiés par l'institut depuis... septembre 2019 – ne sont plus disponibles, ayant été retirées de la base de données après le début de la pandémie. L'explication officielle? L'IVW aurait été victime de cyberattaques.

Prochain arrêt: Absurdie

C'est dans ce contexte que l'OMS a demandé, en juillet dernier, à l'Empire du Milieu de pouvoir mener des recherches détaillées dans les laboratoires de Wuhan. Requête que la Chine a sèchement refusée, y voyant un «manque de respect pour le bon sens et une arrogance envers la science».

Une arrogance envers la science? C'est cette déclaration qui heurte le bon sens. Certes, si la Chine n'a rien à camoufler, elle ne peut pas donner les preuves de quelque chose qui n'existe pas. Mais avec une transparence totale, elle pourrait démontrer par l'absurde que la thèse d'une fuite de laboratoire n'est pas la bonne.

Il est justement absurde qu'elle ne le fasse pas. D'autant qu'après une réelle coopération, la Chine serait plus légitime à pointer du doigt le laboratoire Fort Detrick, non loin de Washington, sur lequel elle jette publiquement ses soupçons depuis quelques semaines, en mode «c'est celui qui le dit qui l'est».

Bienvenue dans le monde réel

Il faut bien voir que la Chine joue là une carte purement politique. La défense des intérêts nationaux est primordiale pour cette puissance qui tient à sa souveraineté en toutes circonstances. De l'avis des experts, son discours sur l'origine du Covid s'inscrit même dans une volonté de resserrer les rangs du parti unique autour d'un récit positif pour la Chine. Le parti guettant avec méfiance la nouvelle génération, plus critique.

Cela étant dit, il serait naïf de croire que la Chine est le seul pays à prendre cette attitude-là. Les Etats-Unis, qui ont riposté violemment à la réaction chinoise, la jugeant «irresponsable», ont tout autant intérêt politiquement à jouer les défenseurs de la science et de la raison contre une idéologie qui n'hésiterait pas à cacher la réalité. L'Etat américain, en plein bras de fer avec la Chine, compte rester la première puissance politique et économique du monde.

La Chine demandant à l'OMS et aux Etats-Unis d'adopter une démarche purement scientifique, ou l'OMS et les Etats-Unis le demandant à la Chine, c'est du spectacle de marionnettes. Si manifeste qu'il en devient indigeste dans un contexte où le monde entier souffre d'une crise sanitaire devenue économique et politique. Seulement, l'existence d'une rhétorique d'influence n'empêche en rien l'existence de faits. Reste à les établir. Et ce n'est pas une mince affaire.

Sinon, rien à voir: les incendies en images

1 / 18
Les incendies en Grèce et Turquie
source: sda / yannis kolesidis
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

A Fribourg, la sauce secrète de ce sandwich est si bonne qu'on la boit

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel

Absurdie

Ces concerts tests qui ne testent rien

Ce jeudi 24 juin, le dernier concert test Covid aura lieu à Berne – mais pour tester quoi, ça, on ne saura jamais vraiment. Voici le premier épisode de la chronique «Absurdie» qui relate les surprises d’un jeune boomer dans la vie contemporaine.

Le 29 mai dernier, en France, 5000 personnes se sont réunies le temps d’un concert test pour applaudir Indochine, leurs fausses notes, leur faux rock, leurs faux cheveux, leurs fossiles, à côté de congénères en sueur dans la chaleur étouffante d’une salle et d’un masque. Le but, annoncé par le premier ministre Jean Castex? «Tester les protocoles sanitaires».

En Suisse, on a l’habitude de faire la même chose que nos voisins, mais plus tard et en moins hard. Ce 24 juin, 500 personnes iront donc …

Lire l’article
Link zum Artikel