DE | FR
Montage watson / Saïnath Bovay
Montage watson / Saïnath BovayImage: Shutterstock

Ses chances, ses faiblesses, son idéal, en 5 points

L'essayiste identitaire Eric Zemmour monte dans les intentions de vote à huit mois de l'élection présidentielle française. Il pourrait se déclarer candidat dans les jours prochains. Ses chances, ses faiblesses, son idéal, en 5 points.
13.09.2021, 18:3702.10.2021, 11:59

Il ne s’est toujours pas déclaré candidat, mais tout porte à croire qu’il s’apprête à le faire. Eric Zemmour, 64 ans, en route vers la présidentielle 2022. Son départ de la chaîne CNews, annoncé ce lundi, apparaît comme l’ultime étape avant le grand saut dans la bataille électorale. A huit mois du scrutin majeur de la vie démocratique française, le gendarme de l’audiovisuel, le CSA, ne pouvait plus tolérer le mélange des genres entre politique et journalisme pratiqué de longue date par l’essayiste identitaire. Lui qui ne cache pas ses ambitions pour l’Elysée, avait, cette fois-ci, à choisir.

La donne de départ

Eric Zemmour se berce-t-il d'illusions? Selon un sondage réalisé par l’Ifop, «19% des Français (6 points de plus qu’en février) déclarent qu’ils pourraient voter pour lui». Ils sont 8% (+4 points) qui le feraient «certainement» si l’occasion se présentait. Les subtilités sondagières étant ce qu’elles sont, retenons l’essentiel: le «candidat» Zemmour est en hausse dans les intentions de vote. Loin derrière les inséparables Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Soit, mais il gagne des voix. Ce qui est mieux que d’en perdre ou de stagner. Cela présage-t-il une ascension prometteuse?

Napoléon et de Gaulle

Admirateur de Napoléon et du général de Gaulle, Eric Zemmour espère pouvoir être l’homme du rendez-vous avec les Français. Après tout, il avait rempli les salles en province lorsqu’il était allé y présenter son essai et best-seller «Le suicide français», paru en 2014.

Son public

Son dernier ouvrage, «La France n’a pas dit son dernier mot», publié à compte d’auteur suite au lâchage de l’éditeur Albin Michel, sonne comme la réponse volontaire au constat apocalyptique d’il y a sept ans. A paraître le 16 septembre, il caracole d’ores et déjà en tête des ventes sur Amazon.

Mais le plaisir que ressent son nombreux public à la lecture de ses livres, ne fait pas encore de leur auteur un futur vainqueur de la présidentielle. Son pari: que son discours sur la France qu’il faudrait sauver de l’«immigration» et de l’«islam» emporte l’adhésion. Pour l’instant, sur cette question on ne peut plus identitaire qui le classe à l’extrême droite, il convainc 15% des sondés. Seulement, dira-t-on. Car Marine Le Pen, sur le volet migratoire (elle est moins virulente que Zemmour sur l’islam), est jugée pour l'instant bien plus crédible (43%).

Ses chances

Si le chroniqueur, jusqu’à peu, du Figaro, dont il s’est également mis en retrait, veut être davantage qu’une candidature de témoignage, il sait ce qu’il lui reste à faire: déplumer Marine Le Pen et prendre un maximum de voix à la droite LR (Les Républicains).

Responsable du Figarovox, le site de débats du Figaro, Alexandre Devecchio examine la situation. «Tout l’enjeu, pour un candidat, quel qu’il soit, est d’apparaître au premier tour comme le candidat utile», pose le journaliste, auteur de l’essai «Recomposition. Le nouveau monde populiste» (Le Cerf, 2019). «Ce qui peut éventuellement jouer en faveur d’Eric Zemmour, c’est l’actuel état de décomposition de la droite LR, poursuit-il. Les fillonistes (réd: les partisans de François Fillon, candidat LR malheureux en 2017) sont tentés par Zemmour.»

Bourgeoisie et électorat populaire

«Quant au Rassemblement national de Marine Le Pen, reprend Devecchio, il a fait piteuse figure aux dernières élections régionales. Il n’a même pas été capable de gagner une région. Enfin, Zemmour, suivi par une partie de la bourgeoisie, commence à mordre sur l’électorat populaire. Mais le chemin, ici, est encore long.»

Ses faiblesses

Et si tout cela n'était que du bluff? Zemmour, désormais privé de son émission quotidienne sur CNews, aura-t-il toujours autant d'impact? Voyons ses points faibles. Quels sont-ils? «Sa logistique, ses financements, ses parrainages», liste Alexandre Devecchio. Les parrainages sont les signatures d’élus soutenant des candidats à l’élection présidentielle. Cinq cents sont requis. Une formalité? Pas sûr. L’auteur du «Suicide français» sent le soufre.

«Il manque à Zemmour les gros appareils que sont les partis politiques: Marine Le Pen a le RN, le candidat ou la candidate de la droite classique aura LR, même s’il faut s’attendre ici à des dissidences pro-Zemmour.»
Alexandre Devecchio, journaliste au Figaro

Cet autre observateur de la politique française souligne le côté «très parisien» d'Eric Zemmour. «Lui qui cite en exemple le souverainiste Donald Trump, il n'a pas sa carrure, au sens propre. Ce sujet est un brin délicat, mais cela peut jouer un rôle dans une campagne présidentielle, lorsqu'il s'agit d'incarner la force.»

Juif «fou de France»

Ses parents s'appelaient Roger et Lucette Zemmour. Lui se prénomme Eric et il veut rendre obligatoire les prénoms français, en tout cas ceux figurant dans le calendrier grégorien. Sont ici visées les familles musulmanes. Eric Zemmour, né à Montreuil en banlieue parisienne dans un foyer séfarade originaire d'Algérie, est un juif «fou de France», comme il y eut des juifs «fous de République», prêts au sacrifice au moment de la Première Guerre mondiale. Pour eux, la République, malgré l'affaire Dreyfus qui datait de quelques années seulement et qui se termina par la réhabilitation du capitaine injustement accusé, incarnait la délivrance, l'émancipation.

Antisémitisme musulman et gauche

Eric Zemmour, qui craint le «grand remplacement» qu'il impute à l'immigration, incarne à un point extrême ce passage de la gauche à la droite d'une partie des Français juifs, principalement ceux originaires d'Afrique du Nord. Sous l'effet d'un antisémitisme musulman s'étant manifesté ces dernières décennies, beaucoup en banlieue, certains d'entre eux ont pris peur. Ils n'ont plus fait confiance à la gauche, qui leur a donné l'impression de prendre fait et cause pour les descendants de l'immigration maghrébine.

Fou de France, Eric Zemmour? Dans la mesure où, contrairement à l'ensemble des Français juifs attachés à la «République», synonyme d'égalité, il a si l'on peut dire fait allégeance à la France, prenant tout d'elle, s'interdisant tout droit d'inventaire à son sujet. Comme l'a montré son étrange point de vue consistant à exonérer la France collaborationniste des crimes contre les Français juifs, n'en accablant que les nazis.

Zemmour l'idéaliste ne veut pas qu'on lui casse son jouet, la France. D'où, aussi, sans doute, sa candidature.

Plus d'articles sur la France

En France, le monde de la culture lutte en squattant les théâtres

Link zum Artikel

«Responsabilités accablantes» de la France dans le génocide Rwandais

Link zum Artikel

En France, «dîners de ministres», odeur puante

Link zum Artikel

Ikea va être jugé pour espionnage, en France

Link zum Artikel

La France est entrée dans «une forme de troisième vague»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Ces 21 plats improbables qu'on va pouvoir retrouver aux Etats-Unis, oh yeah
Lundi, les Etats-Unis ont rouvert leurs frontières aux touristes. Vous prévoyez d'y retourner? Voici les 21 chocs culturels alimentaires dont vous pouvez vous réjouir.

Hello there, USA! Ça faisait longtemps!

L’article