DE | FR
epa09339453 A framegrab from a video made available by Virgin Galatic shows Sir Richard Branson (L) aboard SpaceShip Two Unity 22 as they attain zero gravity during their flight after take off from Spaceport America, in Truth or Consequenses, New Mexico, USA, 11 July 2021.  EPA/VIRGIN GALACTIC / HANDOUT  HANDOUT EDITORIAL USE ONLY/NO SALES

Richard Branson, le richissime Britannique, est devenu le premier milliardaire à être allé dans l’espace. Il devance son concurrent Jeff Bezos qui, lui, doit s’envoler le 20 juillet. Image: sda

Humeur

Richard Branson salope la planète pour s'envoyer en l'air

Richard Branson a été faire une balade dans l’espace, et il paraît qu'on doit l'applaudir. Mais pourquoi au juste? Pour avoir produit 27,2 tonnes de CO2 en trois minutes dans l’espace? Coup de gueule.



Disons-le d’emblée: pour l’instant, “voyager dans l’espace” reste un bien grand mot. On est encore dans quelque chose qui ressemble plutôt à une vague balade qu’à un trek d'aventurier. Mais la vraie question pourrait être la suivante: pourquoi faut-il applaudir les balades extraordinaires de nos milliardaires, alors qu’on est censé réduire nos voyages sur la terre ferme?

«Un homme riche a volé dans un avion-fusée. Passons.»

Dimanche dernier a été un jour historique pour le tourisme spatial: Richard Branson, le richissime Britannique, est devenu le premier milliardaire à être allé dans l’espace. Il devance son concurrent Jeff Bezos qui, lui, doit s’envoler le 20 juillet.

Fier de sa réussite, Branson avoue avoir réalisé un “rêve d’enfant” et se réjouit de donner cette possibilité à tout le monde. Oui, mais. Les enfants ont-ils tous ce rêve-là en 2021? A en lire les commentaires sur Twitter, on ne dirait pas:

«Je préférerais une humanité qui n'a pas d'enfants affamés, de réchauffement climatique ou d'écoles sous-financées. Vous pouvez garder vos sièges - nous, les non-milliardaires, n'en voulons pas ou n'en avons pas besoin.»

Virgin Galactic promet un temps de vol total d'environ 90 minutes, du décollage à l'atterrissage, dont environ quatre minutes de microgravité.

Quatre minutes! Le temps de tourner la tête et de prendre un selfie. Il n’y a vraiment pas de quoi se vanter d’être «allé dans l’espace» pour une durée totale de 4 minutes sans autre but que celui d’y être.

Tout ça pour jouer les «wannabe» astronaute, poster une photo sur instagram et oublier le tout trois jours plus tard. La fin, parfois, ne justifie pas les moyens. Et surtout, quand on sait combien cela va coûter à l’environnement, si le tourisme spatial se développe vraiment.

C'est (très, très, très) cher

Le début des opérations commerciales régulières est prévu pour 2022. 600 billets vendus à un prix compris entre 200 000 et 250 000 dollars. Le tourisme spatial semble malgré tout se développer à la vitesse de la lumière. L’agence Reuters précise que le prix par vol pourrait être revu à la baisse (on parle quand même de 40 000 dollars, c’est pas encore le prix d'un Lausanne-Vallorbe).

Une expérience incroyable? On n’en doute pas. Mais est-ce que ça vaut vraiment l’os de saloper encore un peu plus la planète pour quatre petites minutes d’extase individuelle? Nous ne sommes plus dans les années 50, nous connaissons aujourd’hui avec précision l’état de notre climat. Et il suffit d’une poignée de chiffres pour rester dubitatif: chaque vol va émettre 27,2 tonnes de CO2. Si on compte six passagers par vol, ça représente 4,5 tonnes par passager*. Pour un shoot de plaisir en apesanteur, ce sera donc deux fois le “budget” CO2 annuel d’un être humain. Il est loin le monde d’après, nan?

*Selon un rapport d’évaluation environnementale du SpaceShipTwo réalisé par Virgin Galactic.

En parlant d'espace, voici la fusée de SpaceX qui décolle vers l'ISS

1 / 7
La fusée de SpaceX a décollé vers l'ISS
source: ap nasa
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles Espace

Voilà 5 (très bonnes) raisons de ne pas rêver d'aller dans l'espace

Link zum Artikel

Il est trop facile de pirater un satellite et ça menace Internet

Link zum Artikel

Jeff Bezos se retire d'Amazon pour viser les étoiles

Link zum Artikel

Des cosmonautes s'envolent dans l'espace pour les 60 ans du vol de Gagarine

Link zum Artikel

De l'espace, du jazz et de la terre

Link zum Artikel

L'astronaute Thomas Pesquet décolle et la toile déconne

Link zum Artikel

Comment Thomas Pesquet se fait plaiz avant de s'envoler vers l'ISS

Link zum Artikel

Ça y est! Thomas Pesquet et ses coéquipiers débarquent dans l'ISS

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Et bim! Jeff Bezos n'est pas officiellement astronaute

Il ne suffit pas de mettre le prix pour être officiellement considéré comme un astronaute et la Federal Aviation Administration a rapidement douché les rêves enfantins de Bezos. Et selon cette même FAA, les touristes spatiaux ne le seront pas non plus.

Tel est pris qui croyait prendre. Lorsqu'il a titillé Richard Branson, autre milliardaire des étoiles, sur le fait qu'il n'allait pas réellement atteindre l'espace à bord du vaisseau de Virgin Galactic, Jeff Bezos n'imaginait sans doute pas que le karma s'apprêtait à lui jouer un bien vilain tour.

Le contrôle au sol de Blue Origin a bien nommé l'ex-patron d'Amazon «Astronaut Bezos» lors du «status check» consécutif à l'atterrissage de New Shepard, et l'Américain a bien reçu son badge …

Lire l’article
Link zum Artikel