DE | FR

Chute du téléphérique à Stresa: les freins étaient manipulés

Trois jours après l'accident du téléphérique qui a fait 14 morts à Stresa (Italie), trois hommes ont été arrêtés. Ils ont délibérément désactivé le système de freinage d'urgence pour ne pas résoudre un problème technique.



L'enquête sur l'accident du téléphérique de Stresa en Italie prend une tournure de plus en plus alarmante: les freins d'urgence de la cabine n'ont pas fonctionné parce qu'ils ont été manipulés.

C'est ce qu'ont déclaré la procureure Olimpia Bossi et le lieutenant des carabiniers de Verbania, Alberto Cicognani, après une nuit d'interrogatoires qui a débouché sur l'arrestation des trois responsables présumés du drame. Il s'agit du directeur de l’entreprise qui exploitait le téléphérique, du chef des opérations et d'un ingénieur.

L'analyse des débris trouvés sur place a permis de démontrer que le système de freinage d'urgence de la cabine avait été trafiqué. Concrètement, les deux «fourchettes» permettant de désactiver le frein avaient été insérées. La première a été trouvée encore en place et la deuxième, qui a peut-être été arrachée par l'impact, a été retrouvée mercredi matin à côté des débris de la cabine.

Les trois hommes ont reconnu les responsabilités qui leur sont imputées, écrit Repubblica. Ils ont notamment admis ne pas avoir activé volontairement le frein d'urgence.

Freins manipulés

Mais que s'est-il passé? Cela faisait un mois que des anomalies dans le système de freinage de l'une des deux cabines du téléphérique avaient été détectées. Des travaux d'entretien avaient été demandés, mais n'avaient pas permis de résoudre le problème.

Pour réparer l'anomalie, une intervention prolongée aurait donc été nécessaire. Ce qui aurait signifié la fermeture de l'exploitation, rouverte depuis peu après le confinement. Pour éviter ce scénario, les personnes arrêtées ont manipulé le système de freinage, explique Il Giornale.

«Il s'agissait d'un choix conscient dicté par des raisons économiques. Le téléphérique était censé être fermé»

Olimpia Bossi, procureure

Cette décision a été prise dans la certitude que le câble de traction ne se romprait jamais, ce qui s'est produit dimanche. Les enquêteurs devront comprendre pourquoi.

Trois chefs d'accusation graves

Les trois hommes sont poursuivis pour «homicide involontaire coupable multiple, désastre coupable et retrait des outils pour prévenir les accidents aggravés par le désastre et les blessures très graves». Selon le procureur, les suspects auraient été «matériellement conscients» que la cabine de Stresa a voyagé sans freins pendant plusieurs jours. (hkr/asi)

La chute d'une cabine à Stresa

1 / 9
La chute d'une cabine à Stresa
source: sda
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Accident du métro à Mexico, la chasse aux responsables

L'ex-maire de Mexico et actuel ministre des Affaires étrangères, Marcelo Ebrard, est la cible toute désignée par les habitants.

Le Mexique a entamé, mardi, la recherche des responsabilités dans l'accident survenu la veille dans le métro aérien de sa capitale, Mexico. La chute d'une rame a fait au moins 25 morts et 80 blessés, selon un dernier bilan.

Les regards se tournent notamment vers celui qui était le maire de la ville au moment de l'inauguration le 30 octobre 2012 de cette ligne «maudite», l'actuel ministre des Affaires étrangères et potentiel candidat à la présidence, Marcelo Ebrard, un vieux routier de la …

Lire l’article
Link zum Artikel