DE | FR

La crise? «C'est 750 millions de francs par semaine»

Image: KEYSTONE
Ueli Maurer s'est dit préoccupé par la dette que génère la situation sanitaire en Suisse. Selon lui, un laps de temps de 15 à 20 ans sera nécessaire pour s'en remettre.
27.03.2021, 14:3228.03.2021, 17:18

750 millions de francs. Le ministre des finances Ueli Maurer a dévoilé samedi combien coûte la crise par semaine en Suisse.

Il a par ailleurs indiqué que la Confédération a dépensé 15 milliards en 2020 et que 23 milliards ont déjà été adoptés en 2021.

Prenant en compte encore d'autres coûts supplémentaires, il estime que 50 milliards vont être dépensés pendant cette crise. A cela s'ajoutent un endettement de cinq milliards pour le chômage ainsi qu'une baisse de revenus de 5 à 10 milliards.

Pas créer de faux espoirs

Il s'est dit préoccupé par cette dette qui devra être prise en charge par «nos enfants et nos jeunes». Il estime qu'un laps de temps de 15 à 20 ans sera nécessaire pour cela. Et d'ajouter encore que le frein à l'endettement, inscrit dans la Constitution, pourra être de nouveau respecté dès 2024.

Le conseiller fédéral a par ailleurs avancé que le gouvernement ne souhaite pas créer des faux espoirs au sein de la population.

«On va y aller pas à pas»

«Dans les semaines et mois à venir, on n'aura pas vraiment d'assouplissements conséquents, on va y aller pas à pas.» Même s'il souligne se rendre compte à quel point c'est difficile pour les personnes touchées par la crise, pour «les dizaines de milliers de familles qui n'ont plus assez de revenus et n'arrivent plus à payer leurs factures».

«Liberté de pensée en danger»

Outre ces aspects, Ueli Maurer met en garde de «ne pas dérailler dans la tâche de l'Etat». Il s'est montré préoccupé par le fait que, «dans notre démocratie directe», des personnes n'osent plus dire à haute voix ce qu'elles pensent, de peur d'être mises à l'écart. «Notre liberté de pensée et de parole est en danger.»

Il trouve le phénomène «dangereux, pour notre vie sociale, notre cohésion, notre Etat» et a même dit avoir parfois l'impression d'être dans une «secte». Dénonçant «l'Etat central qui résout tous les problèmes», il a appelé à garder son esprit critique et à ce que le peuple redevienne souverain. (sda/ats)

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Ueli Maurer dans des fausses pubs: la Confédération porte plainte
Des publicités avec le portrait du conseiller fédéral Ueli Maurer circulent sur Internet. Des fraudeurs sont soupçonnés d'être à l'origine de ces montages. Le Département fédéral des finances a déposé une plainte pénale, mais les auteurs sont difficiles à attraper.

Ces derniers jours, toute personne se promenant sur les sites d'information étrangers depuis la Suisse pouvait parfois tomber sur un visage familier: le conseiller fédéral Ueli Maurer, ministre des Finances de la Confédération suisse. Pas parce que Maurer faisait les gros titres politiques de la presse internationale, non. Mais sur des publicités qui affichent son visage et son nom, ciblant les lecteurs suisses d'articles du Huffington Post aux Etats-Unis ou du Guardian au Royaume-Uni. «Le scandale Ueli Maurer: il a rendu le monde fou et les banques ont peur», peut-on lire dans l'une des publicités.

L’article