DE | FR
Une manifestation de l'association Mass-Voll.
Une manifestation de l'association Mass-Voll.
Image: keystone

Les anti-mesures Covid au Parlement? «Plus forts encore que Les Verts»

Certains opposants aux mesures Covid ont déjà mis en place des groupes de travail et élaborent des plans pour se présenter aux élections au Conseil national en 2023 en tant que mouvement. Selon des spécialistes, si la sauce prend, ça peut «représenter un poids plus grand que Les Verts».
25.09.2021, 16:2326.09.2021, 09:05

Les mouvements contre les mesures Covid ne veulent pas fonder un parti. C'est sûr. Et pourtant, voilà que certains se préparent déjà pour les élections au Conseil national en 2023. Les candidatures commencent à être planifiées et des groupes de travail son mis en place. C'est ce que confirme l'entrepreneur en informatique Josef Ender, nouveau visage de l'association alémanique contre les mesures Covid «Aktionsbündnis Urkantonen».

«Le Parlement ne fait plus son travail, il a besoin à nouveau de vrais représentants du peuple.» Le fondateur de Mass-Voll, Nicolas A. Rimoldi, déclare de son côté: «Nous avons entrepris de renouveler le système des partis en place.»

Plus fort que Les Verts

Le politologue Lukas Golder voit un potentiel considérable dans ces mouvements. «Théoriquement, c'est 10%», précise celui qui est également le codirecteur de l'institut de GfS Berne. C'est la proportion de ceux qui ont dit «non» à cinq reprises lors des votations du 13 juin. Ils sont critiques à l'égard des autorités.

«Si ces 10% unissaient leurs forces, ils constitueraient presque une force politique plus forte que les Verts», affirme Lukas Golder. Ce sont des personnes qui ne s'intéressent «pas du tout» à la politique et ne s'informent «jamais» sur la politique.

Environ 30 000 sympathisants

Les mouvements qui critiquent les mesures Covid ont une portée considérable. Les cinq plus grandes organisations comptent à elles seules environ 30 000 sympathisants. C'est ce que montre une analyse des médias sociaux réalisée en août. Il s'agit notamment des mouvements Amis de la Constitution, Mass-Voll, de l'association Stiller Protest, du réseau médico-scientifique Aletheia et des alliances d'action Urkantone et Ostschweiz. Les Freiheitstrychler sont également de plus en plus nombreux.

De leur côté, Amis de la Constitution avaient, eux, déjà annoncé qu'ils ne se lançaient pas, par manque de «confiance envers les parlementaires au niveau national».👇

Preuve que «la Suisse n'est pas une dictature»

«Je suis content quand ces mouvements, qui argumentent de manière très antiparlementaire, prennent le chemin des institutions», déclare Gerhard Pfister, président du parti du Centre. «De cette manière, ils démontrent de façon exemplaire que la Suisse n'est pas une dictature».

La présidente du PLR, Petra Gössi, note que le Covid «mobilise des gens dans tous les camps», même des personnes qui ne s'intéressaient pas à la politique avant. «Je trouve ça bien. Dans notre démocratie, tout le monde peut avoir son mot à dire.» Mais il ne faut pas oublier que «faire de la politique, c'est un travail difficile, comme dans toute association».

Covid et médias

Deux batailles unissent les mouvements: le Covid et la politique des médias. Dans les deux cas, ils rejettent les mesures prévues. Le chef du groupe parlementaire UDC, Thomas Aeschi, pense que le mouvement est maintenant confronté à une sorte de test. Ces alliances d'action couvrent un «large spectre politique» - «du centre-droit à l'extrême gauche», dit-il. «En vue des élections, ces organisations doivent également formuler un programme électoral.» Ils devront avoir des réponses sur des questions telles que la migration, l'Europe, le changement climatique et la pénurie d'électricité qui se profile. «Il y aura certainement des discussions animées.»

Mais tout peut aussi se passer différemment. Peut-être qu'une fin rapide de la pandémie mettra un terme aux mouvements. «La question est de savoir combien de temps vont durer les restrictions des droits fondamentaux au nom du Covid», déclare le fondateur de Mass Voll, Nicolas A. Rimoldi. Il admet: «Il est difficile aujourd'hui de faire des plans politiques uniquement pour les mois à venir.»

(othmar von matt / ch media)

La manif anti-pass de Lausanne en images

1 / 9
La manif anti-pass de Lausanne, en images
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Sinon, on a tenté de sortir d'un escape game inspiré de Shining

Plus d'articles sur le Covid

L'appel des scientifiques pour un assouplissement des mesures anti-Covid

Link zum Artikel

Peut-on faire un Covid long tout en étant vacciné?

Link zum Artikel

Ils sont UDC, ministres de la santé et soutiennent la loi Covid

Link zum Artikel

Le deuxième référendum contre la loi Covid a abouti

Link zum Artikel

Le Parlement suisse «choqué» par la mort du député anglais

Réaction officielle en Suisse après la mort du député britannique, poignardé à de multiples reprises. Les présidents des Chambres fédérales se sont dits choqués.

Les présidents du Parlement suisse ont réagi dimanche à l'agression mortelle dont a été victime le député conservateur britannique David Amess. Dans un tweet en anglais, le président du Conseil national Andreas Aebi (UDC/BE) et celui du Conseil des Etats Alex Kuprecht (UDC/SZ) se sont dits «choqués et profondément attristés».

Les deux parlementaires suisses expriment leurs «plus profondes condoléances» à la famille, aux amis et aux collègues du député tué.

Pour rappel, le député conservateur …

Lire l’article
Link zum Artikel