DE | FR
Zuschauer auf der Tribuene verfolgen eine Debatte im Nationalratssaal, am Donnerstag, 2. Dezember 2010, waehrend der Wintersession der Eidgenoessischen Raete in Bern. (KEYSTONE/Peter Klaunzer)

Le Parlement a voté une loi encadrant la transmission des données médicales. Image: KEYSTONE

Six ans après, le Parlement se décide à protéger nos données médicales

Grâce à une nouvelle loi votée ce mercredi, la transmission de données entre les assureurs maladie et les autorités sera désormais encadrée par des règles plus strictes.



Depuis 2014, l'Office fédéral de la santé publique collecte auprès des assurances maladie des données individuelles anonymisées. Une expertise a montré que ces relevés étaient disproportionnés. L'autorité de surveillance se constitue une vaste collection de données individuelles en vue d'une utilisation éventuelle.

Une pratique qui tiendra bientôt de l'histoire ancienne, le Conseil national a éliminé ce mercredi les dernières divergences dans une nouvelle loi visant à garantir la protection de la personnalité. Le texte précise l'étendue et les objectifs de la collecte de données auprès des caisses, ainsi que les modalités d'exploitation.

Des règles strictes mais moins que prévu

À l'origine, les deux Chambres n'étaient pas d'accord sur l'utilisation des données individuelles. Le National avait adopté en septembre une version plus stricte, où les données individuelles ne doivent pas servir à évaluer la compensation des risques. Le Conseil des Etats s'y était opposé.

Ce mercredi, contre l'avis de sa commission, la Chambre du peuple a finalement suivi les sénateurs et le Conseil fédéral. Des données individuelles ne seront utilisées que dans des cas exceptionnels définis par la loi et pour des tâches bien délimitées. Les données agrégées seront privilégiées sauf lorsqu'elles empêchent l'Office fédéral de la santé publique de faire son travail. (ats/FF)

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel

Après l'euphorie, Moutier appelle sa population à se faire dépister

Link zum Artikel

Maudet out. Fischer in. Les leçons de l'élection à Genève

Link zum Artikel

«Ces alertes à la bombe dans les écoles expriment un ras-le-bol»

Link zum Artikel

Ni flics, ni complices, les psys se défendent face à #MeToo

Link zum Artikel

En cas d'élection, Maudet pourra-t-il travailler avec ses collègues?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le Parlement veut reprendre la main sur la sortie de crise

Les mesures d’assouplissements sont trop lentes, pour certains élus. Ils veulent désormais faire bouger les choses et mettre la pression sur le Conseil fédéral pour qu’il accélère les ouvertures.

Le Parlement est de retour. Il semblerait que le Conseil national et le Conseil des États aient envie de jouer un rôle plus actif dans la gestion de la pandémie, même si, jusqu’à présent, les deux chambres ont approuvé les décisions du Conseil fédéral. À cela s’ajoutent les critiques sévères à l’encontre du gouvernement suisse. Andrea Gmür-Schönenberger, qui préside le Groupe du Centre, a annoncé: «Globalement, le Conseil fédéral a fait du bon travail, mais une …

Lire l’article
Link zum Artikel