DE | FR

On vous défie de ne pas pleurer devant ces deux courts-métrages Pixar

Image: pixar
Pour montrer leur soutien aux communautés asiatiques et asiatiques américaines, les studios d'animation Pixar ont mis en ligne sur YouTube deux films courts plein d'émotions.
07.03.2021, 10:0008.03.2021, 10:36

Un enfant qui vole

Un père célibataire découvre le pouvoir surprenant de son fils, celui de flotter dans les airs. Un pouvoir qui le rend différent des autres enfants de son âge. Son père tente tant bien que mal de cacher cette singularité au monde extérieur.

Dans l’histoire des courts-métrages Pixar, on a rarement entendu les personnages parler. Mais là, le père de famille, au bord de l’explosion (⚠ spoiler) lâche un «Pourquoi tu ne peux pas être normal!» qui nous arrache notre petit cœur.

Un autre enfant qui vole

Une grand-mère et son petit-fils, tous deux pris au piège au fond d'un gouffre. Ils récupèrent les débris qui les entourent pour réaliser une fusée et peut-être, s'échapper vers une vie meilleure.

Ce film est une allégorie des migrants et des sacrifices qu'ils font pour quitter un pays du tiers-monde afin que leurs enfants et petits-enfants puissent avoir une vie meilleure.

Vous avez pleuré?

«Crans, c'est une station de vieux»: la chronique grinçante👇

Vidéo: watson

13 trucs incontournables avec lesquels on a grandi par ici:

1 / 16
enfance suisse romande
source: shutterstock / dr
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles sur le thème «Divertissement»

Ce Belge est champion de cheval de bois et il est en Une de Sports Illustrated🏆

Link zum Artikel

Contre toute attente, Love Hard est un bon film de Noël

Link zum Artikel

Les boulets de la semaine

Link zum Artikel

Les pompiers australiens savent comment nous faire acheter des calendriers

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«La fête des voisins? C'était un enfer et la bouffe était nulle...»
Marie-Adèle n'aime pas discuter avec ses voisins quand elle les croise devant les boîtes aux lettres. Alors, se farcir une soirée entière avec eux... Plus jamais.

«C'est José, le type bizarre du troisième étage, qui a encore mis la musique à fond à 23 heures mardi soir, tu te rends compte?!» C'est avec cette accroche passionnante qu'une voisine, dont nous tairons le nom, a tenté de faire copain-copain avec Copin comme cochon.

L’article