DE | FR
Bild

Image: shutterstock/m6

Top Chef, épisode 10: black box et jus de moule

C'est la dixième semaine de l'émission. Le récap en GIF, en acceng du Sud et en confinement.

Anaïs Bordages / slate



Un article de Slate

Temps de lecture: 6 min

Sur M6 comme partout ailleurs, le temps passe et l'étau se resserre: les candidats entrent dans leur dixième semaine de compétition, et la France entre dans sa huit millième semaine de couvre-feu.

Dans l'épisode précédent, on a dû dire adieu à Thomas, le Kandinsky du sirop d'érable. Quelle tristesse. Heureusement, il suffit d'un sourire de Stéphane Rotenberg et le monde fait sens à nouveau. Allez, c'est parti.

Donnez-moi juste 0.0001% de son optimisme svp.

Première épreuve

La première épreuve de la soirée sera jugée par Arnaud Donckele, qu'on surnomme «le cuisinier parfumeur», mais qu'on devrait surtout appeler «le Patrick Bruel normand», si vous voulez mon avis. Il est suave, il a un regard doux, il a un petit grain dans la voix... Et surtout, c'est un grand romantique. Avec les sauces.

Déjà, on a droit à un montage au ralenti de Donckele en train de monter un sabayon au homard comme si c'était la fin de Love Actually. Et puis, le chef normand commence à nous expliquer qu'il éprouve de véritables «coups de foudre» avec ses sauces. «Ceux qui ont ressenti ça une fois dans leur vie peuvent comprendre les mots que j'utilise. Si vous n'avez jamais ressenti ça, c'est très difficile de les comprendre.» En tant que personne qui vit un grand amour avec la mayo depuis déjà trente ans, je comprends tout à fait.

La règle de l'épreuve est simple: «Je veux que deux sauces de deux textures différentes deviennent d'une harmonie absolument incroyable pour arriver à un étirement, à une plénitude et à une évidence de plaisir.» C'est un peu comme ça que j'imagine tous les repas de Gwyneth Paltrow.

L'épreuve démarre et Pierre se sent «bouillant», comme littéralement chaque seconde de son existence apparemment. Le candidat décide de faire une sauce à base de volaille et de tourteau.

Bild

Mars 2020 / mars 2021.

Pour changer, Sarah est hyper stressée parce que c'est une épreuve très technique, et qu'elle pense ne pas avoir le background nécessaire. Mais Paul «Yoda» Pairet la rassure avec une sagesse toujours aussi imposante: «Quand tu n'es pas dans ton élémeng, tu es dans ton élémeng.» C'est vraiment un super coach, j'aimerais bien l'avoir dans ma vie pour ma prochaine décompensation psychique occasionnée par une allocution de Macron.

De son côté, Arnaud, le John Wick des carottes, est toujours à fond dans l'ultraviolence: «Ça va saigner aujourd'hui», dit-il fiévreusement en juliennant ses légumes. «L'objectif, c'est d'exploser les papilles à Arnaud Donckele.»

Bruno, quant à lui, c'est le mec qui demandait des devoirs facultatifs en plus au collège: on lui impose deux textures de sauce, il décide d'en faire trois. Mais c'est quand même lui qui nous offre le meilleur moment de l'épisode, lorsqu'il enlève un oignon blanc de son assiette pour le remplacer par un oignon blanc identique.

Un moment qui n'a aucun sens, comme notre vie.

Enfin, tout ça n'est rien à côté de Baptiste, qui décide de faire un «jus de moule». Talk dirty to me Baptiste.

L'heure est venue pour le chef Donckele de goûter les sauces et les plats des candidats... et c'est Pierre qui, contre toute attente, et alors que le fait d'être pote avec le juge s'est avéré être un obstacle redoutable, gagne l'épreuve.

L'énergie masculine de cette émission est épuisante, on est à deux doigts du «wesh wesh ma couille» quand même.

Deuxième épreuve

Bon, on a fait vite sur la première épreuve parce que la star de la soirée, c'est évidemment la boîte noire, affectueusement renommée «the black box» par Arnaud.

La boîte noire, c'est un peu comme le Snatch Game dans «RuPaul's Drag Race»: tous les ans, on sait que l'épreuve arrive, mais y a quand même toujours des candidats qui ne sont pas prêts. Comme Mohamed, qui se lamente: «J'aurais dû m'entraîner à manger des plats dans le noir avant de venir.» Arnaud, 5 ans et demi, a quant à lui des préoccupations un peu plus concrètes: «Sifo y a des ninjas qui vont m'attaquer.» Surtout, la boîte noire, c'est l'épreuve que tous les candidats redoutent, et celle qui donne toujours lieu à tout un tas de sous-entendus sexuels rigolos.

Pour cette épreuve désormais culte, les candidats devront goûter et examiner un plat à l'aveugle, puis tenter de le reproduire. L'assiette de cette année a été composée par le fabuleux Gilles Goujon, qui va passer l'intégralité de l'épreuve à insulter les candidats devant sa télé, un peu comme nous.

Goujon 2022.

Le plat que les candidats et les chefs devront tenter de reproduire est un monochrome noir aux poulpes, seiches, calamars et pistes -c'est quoi des pistes??? Perso les seules pistes que je connais, c'est celles de Bonascre.

Après investigation, on apprend que les pistes, en fait, c'est des encornets (brrr), et que pire encore, le chef triplement étoilé a intégré à son plat... une tielle à la sétoise, c'est-à-dire la nourriture du démon. Ce plat, c'est littéralement mon pire cauchemar, qui fait remonter à la surface mes traumatismes d'enfance toulousaine à base de tielles et d'encornets farcis.

Les premiers candidats à s'aventurer dans la black box sont Baptiste et Arnaud, qui passent plus de temps à trouver le chemin de l'assiette qu'à goûter le plat.

Bild

Moi quand je cherche le sens de l'existence.

Forcément, tous les candidats semblent confus par la tielle: l'équipe de Michel Sarran et Paul Pairet pense que «le thème c'est la bouillabaisse», tandis que Bruno observe que c'est «comme une sauce bolognaise», la preuve que l'être humain n'est pas fait pour manger un plat aussi immonde.

Paul Pairet, lui, digère toujours aussi mal le stress, et c'est un régal de le voir perdre les pédales (et traiter Matthias de «charlatang» lorsque ce dernier se trompe sur un ingrédient). Lorsqu'il pénètre à son tour dans la boîte noire, après avoir fait appel à toutes ses connaissances en physique nucléaire pour créer un cannelloni en gel, il se décompose: «C'est pas du tout un gel, moi je me casse le cul à faire des gels!!!»

Mais la meilleure réaction revient encore une fois à Baptiste, après avoir, euh... enfoncé ses doigts dans le plat de Gilles Goujon:

Idée: un spin-off de «Top Chef» qui s'appellerait «Top Gynéco».

C'est finalement lorsque Michel, en bon représentant du Sud-Ouest, déguste le plat à son tour, qu'il identifie la tielle! Comme l'observe Gilles Goujon: «Ah, j'aurais dû me méfier avec un Toulousain!» Eh ouais on est comme ça, on reconnaîtrait nos spécialités dégueulasses entre mille.

C'est ensuite au tour d'Hélène d'aller dans la boîte, et après nous avoir rappelé que la cheffe a peur du noir, Stéphane propose de l'accompagner!!!!!! Cet homme est parfait. Chaque minute où Stéphane Rotenberg apparaît sur nos écrans de télévision, c'est une minute d'espérance de vie en plus. Si Stéphane Rotenberg était président, la paix régnerait partout dans le monde. Si Stéphane Rotenberg était chargé de la stratégie vaccinale, le Covid n'existerait plus. On sent qu'il veut de plus en plus participer aux épreuves, et il a bien raison, PERSONNE NE LAISSE STÉPHANE DANS UN COIN OK!?

C'est enfin l'heure de la confrontation avec Gilles Goujon, qui va déguster les assiettes des brigades et les comparer à son plat original. Visuellement, tout le monde s'en est plutôt bien sorti, à quelques détails près.

Bild

Prada vs Pradu.

Sans trop de surprise, c'est l'équipe d'Hélène et Philippe qui gagne l'épreuve, ce qui veut dire qu'Arnaud ET Baptiste, les deux extrémités sur le spectre du chaos, partent en dernière chance. Y a INTÉRÊT que ce soit Matthias «chandeliers au maquereau» qui parte.

Dernière chance

Arnaud, Matthias et Baptiste vont donc s'affronter autour des «légumes oubliés», ce qui est une bonne description des Français après six mois de couvre-feu et de cinés et restos fermés.

Arnaud fait un «cappuccino de légumes»: est-ce qu'on peut laisser le café tranquille deux secondes svp? Matthias, lui, déteste le thème de l'épreuve: «Pour moi s'ils ont été oubliés, c'est qu'y a une raison.» Ok, il faut lui accorder, ça c'était drôle. Quant à Baptiste, il semble plus excité que jamais par le «topi».

Malheureusement, son enthousiasme ne suffit pas, et c'est donc Baptiste, le candidat le plus adorable, le plus funky et sexy de cette saison, qui est éliminé du concours. Baptiste, qui a créé Notre-Dame de la salade. Baptiste le chipseur fou, Baptiste et ses soufflés miraculeux, Baptiste et son liégeois aux moules. On a hâte d'aller manger chez lui dans la vraie vie.

La semaine prochaine: la guerre des restos... façon confinement et bouffe à emporter. On peut vraiment plus rien avoir de sympa en ce moment.

En vrac

Personne: Matthias: «J'ai mis du vin jaune, je suis jurassien.»

Bild

C'est toujours aussi drôle d'entendre Hélène dire «anfé» au lieu de «en fait».

Le truc chiant cette année, c'est que le niveau est uniformément excellent, donc y a jamais d'énorme ratage spectaculaire. Ça manque de drama. Où sont les gens qui s'amputent sur la mandoline???

Quand tu réussis ton trait d'eyeliner du premier coup:

Vous croyez qu'ils leur font faire combien de fois le «vas-y cours jusqu'à ta casserole en ayant l'air beau gosse»?

Cet article a été publié initialement sur Slate. Watson a changé le titre et les sous-titres. Cliquez ici pour lire l'article original

D'autres recettes incroyables? 👇

1 / 9
Suivez-moi pour plus de recettes!
source: imgur
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le thème «Divertissement»

Combien coûtent ces chaussons à croquer? 💰

Link zum Artikel

Il semblerait que votre nez en dise long sur votre pénis

Link zum Artikel

23 photos qui prouvent que le Japon est un pays surprenant

Link zum Artikel

Quel Marseillais à Dubaï êtes-vous?

Link zum Artikel

Top Chef, épisode 7: balade champêtre avec Charline et Matthias

C'est la septième semaine de l'émission qui donne faim. Le récap en GIF, en acceng du Sud et en confinement (local).

Temps de lecture: 8 min

Cette semaine, une étrange sensation de déjà-vu nous envahit: nous revoilà à regarder «Top Chef» en confinement. Même si cette fois-ci, on aura quand même tenu six épisodes sans, c'est deux de plus que l'année dernière.

Mais c'est pas grave, l'adversité, maintenant, ça nous connaît. Alors c'est parti, cette semaine on est tasty, on est funky, on est sexy.

Dans la première partie de l'émission, il va falloir reconstituer un plat de Glenn Viel, un chef qui ressemble à un …

Lire l’article
Link zum Artikel