DE | FR
Elon Musk prépare le grand ménage chez Twitter.
Elon Musk prépare le grand ménage chez Twitter. Image: sda

L'arrivée d'Elon Musk provoque départs et gel des embauches

Plusieurs départs de responsables chez Twitter ont été confirmés par une porte-parole à l'AFP.
12.05.2022, 21:4625.05.2022, 18:31

Twitter, en passe d'être racheté par Elon Musk, a fait part jeudi du départ de deux hauts responsables du groupe et de la suspension de toute embauche non essentielle.

Kayvon Beykpour, responsable consommateur, et Bruce Falck, responsable des produits apportant du chiffre d'affaires, «quittent Twitter», a confirmé une porte-parole dans un message à l'AFP.

Monsieur Beykpour, qui supervisait notamment les équipes d'ingénierie, de design et de service client, a souligné sur le réseau social qu'il ne s'agissait pas de sa décision.

Le directeur général de l'entreprise, Parag Agrawal, «m'a demandé de partir après m'avoir fait savoir qu'il voulait emmener l'équipe dans une direction différente», a-t-il écrit, en rappelant qu'il était en congé paternité.

Couper dans les dépenses

En plus des départs de ces deux responsables, Twitter prévoit de couper dans ses dépenses. «A compter de cette semaine, nous suspendons la plupart des embauches et des remplacements, à l'exception des postes critiques pour l'entreprise», a indiqué la porte-parole.

«Nous réduisons les coûts non salariaux pour nous assurer d'être responsables et efficaces», a-t-elle ajouté. Le conseil d'administration du réseau social a accepté fin avril l'offre de rachat de 44 milliards de dollars proposée par Elon Musk.

L'entrepreneur veut en faire un bastion de la liberté d'expression, suggérant par exemple, mardi, qu'il était prêt à lever la suspension définitive du compte de Donald Trump, décidée après l'attaque du Capitole.

Sur le fonctionnement même de l'entreprise, il a aussi évoqué la fin des spams et de la publicité, des algorithmes «open source» et la diversification des sources de revenus, sans toutefois avoir présenté pour l'instant au grand public de stratégie globale.

Multiplier par cinqle chiffre d'affaires

Selon le New York Times, il a affirmé dans une présentation aux investisseurs qu'il pouvait multiplier par cinq le chiffre d'affaires de l'entreprise d'ici 2028, en augmentant drastiquement les revenus tirés des abonnements et en faisant grimper le nombre d'utilisateurs actifs de 217 millions fin 2021 à 931 millions en 2028.

Peu après l'accord passé avec la direction, le fantasque patron avait froissé de nombreux salariés du réseau social en se moquant publiquement de cadres de l'entreprise.

Parag Agrawal avait alors assuré dans un tweet son soutien aux employés du groupe de San Francisco, écrivant: «Je suis fier des gens qui continuent à faire le travail de façon concentrée et déterminée, malgré le bruit tout autour.» (ats/afp/svp)

Plus d'images du superyacht de Bezos

1 / 8
Plus d'images du superyacht de Bezos
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Extraits des vidéos NFT de Madonna

Plus d'articles sur les risques d'une crise mondiale

En Suisse, la hausse des prix inquiète et «ce n'est que le début»

Link zum Artikel

Le monde court à la famine et c'est à cause de la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

La guerre menace l'économie mondiale et on ne sait pas comment réagir

Link zum Artikel

Confiner 28 millions de Chinois, c'est surréaliste: la preuve en 8 vidéos

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La démocratie va-t-elle s'effondrer à cause du prix de l'essence?
Les banques centrales doivent augmenter les taux d'intérêt directeurs pour maîtriser l'inflation. Apparemment, rien n'est plus important pour la population que le prix de l'essence.

Le taux directeur de la Banque nationale fixe le prix que les banques commerciales doivent payer pour obtenir des crédits auprès de cette dernière. Si ce taux augmente, les intérêts que les banques commerciales demandent à leurs clients, par exemple pour les hypothèques, augmentent également. La logique économique est simple: si l'argent est plus cher, il y a moins de demande. Les entreprises investissent moins et les consommateurs font moins de shopping. L'économie se refroidit. L'inflation diminue.

L’article