DE | FR
Accepter un remboursement de dettes étrangères en roubles aurait-il des conséquences pour la Suisse, élue championne des sanctions contre la Russie?
Accepter un remboursement de dettes étrangères en roubles aurait-il des conséquences pour la Suisse, élue championne des sanctions contre la Russie?Image: shutterstock

La Suisse jugée «hostile» par la Russie, qu'est-ce que cela veut dire?

Lundi, le Kremlin a établi une liste d'Etats contre lesquels il a pris une première mesure. Voici ce que l'on sait pour le moment des effets de cette décision sur la Suisse.
08.03.2022, 20:5909.03.2022, 12:43
Suivez-moi

C'est la première réponse de la Russie face aux nombreuses sanctions économiques formulées à son encontre par l'Occident. Lundi 7 mars, le gouvernement de Vladimir Poutine a dressé une liste d'une cinquantaine de pays jugés «hostiles». Parmi eux, la Suisse, qui s'est récemment alignée aux sanctions imposées par l'Union européenne.

Selon les informations de l'agence de presse russe Tass, cette mesure fait suite à un décret signé le 5 mars par le président Poutine et autorisant le gouvernement, les entreprises ainsi que les citoyens russes à désormais pouvoir rembourser leurs dettes aux créanciers étrangers en roubles. «Cela, même lorsque celles-ci sont libellées dans des devises étrangères», a avancé mardi le quotidien économique Les Echos.

Cette procédure provisoire s’applique aux paiements supérieurs à dix millions de roubles, soit les dettes dépassant environ 65 000 francs.

>>> Guerre en Ukraine: suivez le développement de la crise en direct 👈

Quelles conséquences pour la Suisse?

Accepter un remboursement de dettes étrangères en roubles aurait-il des conséquences pour la Suisse, élue championne des sanctions contre la Russie? C'est une question que watson a soumise au Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR) lundi.

D'un point de vue économique, «cela ne changera rien». Pour le DEFR, le problème risque plutôt d'être diplomatique, «et dans ce cas, il faudrait contacter le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE)», nous a-t-il conseillé avant de, néanmoins, préciser que celui-ci «se garderait certainement de dévoiler de telles explications» tant l'envergure politico-diplomatique du conflit était sensible.

Contacté par watson, le DFAE n'a, comme auguré, pas pu fournir d'éclaircissements supplémentaires sur le sujet:

«Le DFAE a noté que le 7 mars, le gouvernement russe avait ajouté la Suisse à la liste des soi-disant "Etats hostiles". Cependant, il ne peut pas se prononcer sur les effets possibles de cette liste sur la Suisse pour le moment.»
DFAEWATSON

Les Affaires étrangères ont expliqué «devoir analyser la situation et comprendre les termes exacts du décret russe» avant de se positionner officiellement. Un point de vue que partage également le Département fédéral des finances (DFF), qui estime qu'«en principe, un paiement réalisé en Suisse doit être effectué en francs suisses».

Alors, si du côté économique on ne craint pas la contre-sanction russe, au niveau diplomatique et financier, les conséquences véritables sur les entreprises suisses demeurent encore vagues. Ce qui est sûr, c'est que du côté de la Russie, ce nouveau décret signé par le Kremlin mènera le pays tout droit vers un défaut de paiement, si l'on tient compte de l'analyse des Echos. Depuis le 1er janvier 2022, la valeur du rouble a déjà dégringolé de 45%.

Voici, en image, ce qu'il se passe actuellement en Ukraine

1 / 18
La guerre en Ukraine en images
source: sda / efrem lukatsky
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Des Suisses se trouvent aussi en Ukraine: «Je suis encore plus déterminé à rester!»

Plus d'éclairages sur ce qu'il se passe en Ukraine:

Que se passe-t-il dans la tête de Poutine?

Link zum Artikel

Pas facile d'être russe en Suisse: «Je n’ose même plus dire le mot russe»

Link zum Artikel

L'objectif de Poutine en Ukraine? Etendre sa sphère d'influence

Link zum Artikel

Pourquoi personne ne peut se passer de l'Ukraine économiquement

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Face à l'inflation galopante, la BCE va chercher des solutions ce lundi
La Banque centrale européenne (BCE) ouvre lundi soir son forum annuel au sud du Portugal. Banquiers centraux et économistes devront débattre du meilleur moyen de faire face à la hausse globale des prix, dopée par la guerre en Ukraine. Le ton risque d'être grave.

Carburants, électricité, gaz, huiles, taux d'intérêt: depuis le début de l'invasion russe en Ukraine, tous les prix ont grimpé, et cela à des niveaux record. L'inflation est désormais à un tel niveau qu'elle commence à inquiéter de nombreux gouvernements.

L’article