DE | FR

#MeToo: un éditeur de jeux vidéos licencie 40 employés d'un seul coup

Près de 40 salariés du géant américain des jeux vidéo Activision Blizzard ont été licenciés et une quarantaine d'autres ont fait l'objet de mesures disciplinaires depuis juillet en raison de comportements sexuels inappropriés.
Près de 40 salariés du géant américain des jeux vidéo Activision Blizzard ont été licenciés et une quarantaine d'autres ont fait l'objet de mesures disciplinaires depuis juillet en raison de comportements sexuels inappropriés.Image: sda
700 signalements ont été enregistrés par l'éditeur de «Candy Crush», lors des sept derniers mois, pour des affaires d'agression, de harcèlement ou d'abus sexuel. Scandale.
18.01.2022, 04:5618.01.2022, 06:44

Près de 40 salariés du géant américain des jeux vidéo Activision Blizzard ont été licenciés et une quarantaine d'autres ont fait l'objet de mesures disciplinaires depuis juillet en raison de comportements sexuels inappropriés. C'est ce qu'a affirmé lundi le Wall Street Journal.

«Nous avons terminé l'examen de 90% des plaintes que nous avons reçues depuis juillet. A ce jour, 37 employés ont quitté la société et 44 autres ont reçu des réprimandes par écrit, ainsi que des avertissements formels ou d'autres mesures disciplinaires.»
Activision Blizzard

En parlant de harcèlement dans le monde de la tech:

Une «culture sexiste»

La liste des actions prises par Activision devait être publiée avant les fêtes de fin d'année, précise le Wall Street Journal, mais son patron, Bobby Kotick, s'y serait opposé de crainte qu'elle n'amplifie les déboires du groupe, déjà dans le collimateur des autorités américaines. Une allégation rejetée par Activision:

«Une mise au point temporaire à l'attention de nos employés est toujours en cours d'élaboration et l'entreprise affirme son engagement à continuer à fournir des mises à jour régulières sur la situation»

Fin juillet 2021, une agence de l'Etat de Californie, où se situe le siège d'Activision, a déposé une plainte auprès d'un tribunal civil de Los Angeles, reprochant à l'éditeur de «Call of Duty», «World of Warcraft» et «Candy Crush» d'avoir favorisé le développement d'une culture «sexiste» et de n'avoir rien fait pour y remédier.

En septembre, le gendarme boursier américain, la SEC, a lancé une enquête pour déterminer si le groupe avait suffisamment communiqué sur les accusations de harcèlement et de discrimination dont il fait l'objet.

Une pétition réclame la démission du patron

Deux mois plus tard, le Wall Street Journal révélait que le directeur de l'entreprise, accusé par des salariés d'avoir cherché à étouffer plusieurs affaires, dont des accusations de viol, envisageait de démissionner s'il ne parvenait pas à régler les problèmes auxquels Activision fait face. Une pétition, signée par près de 20% des 9500 employés de l'entreprise, réclame le départ de Bobby Kotick, aux commandes depuis 1991.

Face aux multiples allégations, l'éditeur s'est séparé d'un de ses dirigeants, mentionné dans la plainte californienne, et a passé un accord en septembre pour mettre fin à d'autres poursuites d'une agence fédérale américaine pour harcèlement sexuel, discrimination sexuelle et représailles.

Toujours selon le média économique américain, l'entreprise est sous la pression d'actionnaires et de partenaires commerciaux lui réclamant de faire preuve de davantage de transparence dans la gestion des affaires de harcèlement et d'abus sexuels.

En fin d'année dernière, le directeur d'exploitation du groupe, Daniel Alegre, s'était engagé à augmenter de 50% la part d'employées femmes et non-binaires dans les cinq prochaines années afin d'atteindre une représentation de plus d'un tiers des effectifs. (ats/jch)

Un peu de légèreté: Djokovic expulsé: la réaction de Federer et Nadal

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
De sa prison, Alexeï Navalny continue à dénoncer la propagande de Poutine
Condamné en mars à neuf ans de détention en «régime sévère», Alexeï Navalny, principal opposant russe au régime du président russe, a fait appel. Depuis sa prison, il ne mâche pas ses mots pour dénoncer la guerre en Ukraine.

Un tribunal de Moscou a commencé à examiner en appel la condamnation de Navalny pour «escroquerie». Bien qu'il soit emprisonné depuis janvier 2021, le farouche opposant politique n'a jamais cessé de dénoncer la propagande du maître du Kremlin.

L’article