DE | FR

Pour les talibans, «c'est la victoire de l'héroïne, pas de l'islamisme»

Le business de la drogue est un élément clé de la stratégie des talibans.
Le business de la drogue est un élément clé de la stratégie des talibans.Image: Keystone/Shutterstock
Près de 80% de l'héroïne mondiale est produite en Afghanistan: Une source de revenus fondamentale pour les talibans, qui s'en servent depuis plus de 20 ans. Explications.
18.08.2021, 17:0231.08.2021, 18:12
Suivez-moi

Pour l'écrivain italien Roberto Saviano, ça ne fait aucun doute: «la conquête talibane de l'Afghanistan ne marque pas la victoire de l'islamisme, mais de l'héroïne», écrit-il dans une tribune riche en punchlines publiée mercredi sur le Corriere della Sera.

«Il serait erroné d'appeler les talibans des miliciens islamistes», poursuit celui qui vit sous protection policière depuis la publication de ses enquêtes sur la mafia: «Avec les narcos sud-américains, ils sont les trafiquants de drogue les plus puissants au monde».

La démonstration en chiffres

Bien que formulés de façon provocatrice, les propos de Saviano sont solidement confirmés par les chiffres publiés par l'Office des Nations unies contre les drogues et le crime (UNODC).

  • L'Afghanistan est le premier producteur et cultivateur d'opium au monde.
  • Environ 80% de l’héroïne mondiale est produite en Afghanistan.
  • En 2020, les cultures de pavots s'étendaient sur une surface d'environ 224 000 hectares, soit environ la taille du canton du Tessin.
  • Il s'agit de la superficie cultivée la plus élevée jamais mesurée dans le pays.
  • Par rapport à 2019, elle a augmenté de 37%, ce qui veut dire que même la pandémie n'a pas arrêté la production de pavot.
  • La production potentielle d'opium est estimée à 6300 tonnes.
Des paysans afghans au travail dans un champ de pavot.
Des paysans afghans au travail dans un champ de pavot. Image: Keystone

Quel lien avec les talibans?

Voilà donc pour les chiffres. Mais quel est le rapport avec les talibans? «Le commerce de l'opium afghan est l'une des principales sources de revenus de ce mouvement islamiste», explique à Reuters Cesar Gudes, chef du bureau de Kaboul de l'UNODC.

Concrètement, la drogue permet aux talibans de financer leur guerre. Et ça rapporte gros: Plus de 400 millions de dollars entre 2018 et 2019, selon les chiffres de l'ONU. Jusqu'à 60% de leurs revenus annuels proviendraient de cette source.

Une longue histoire

Utiliser la drogue pour financer la lutte armée n'est pas une nouveauté. Il s'agit au contraire d'un élément étroitement lié à l'histoire récente de l'Afghanistan.

Tout commence pendant les années 1980, c'est-à-dire avant la naissance des talibans: les chefs tribaux afghans, alors en guerre contre l'armée soviétique, cultivent le pavot pour sponsoriser leur résistance. Une fois arrivés au pouvoir, en 1996, les talibans reprennent le flambeau. Ils n'ont d'ailleurs pas le choix: Le pays est coupé de l'économie mondiale.

Un taliban surveille les travaux dans un champ de pavot, en 2008.
Un taliban surveille les travaux dans un champ de pavot, en 2008.Image: Keystone

Très rentable, ce commerce les met toutefois dans une situation délicate: adeptes de la loi islamique la plus rigoriste, les talibans devraient interdire la cultivation de l'opium, considéré comme un vice. Problème: Elle fait vivre des milliers de familles paysannes. En l'interdisant, ils risquent de perdre leur soutien dans les campagnes.

La solution est simple: Le Coran interdit l'opium, affirment les talibans. Par contre, si le pavot est produit pour les infidèles, cela ne leur pose aucun problème. Même mieux: L'exportation d'opium et d'héroïne pourrit la jeunesse occidentale, comme le rappelait récemment le spécialiste des mouvements djihadistes Gilles Kepel.

Et maintenant?

Malgré les menaces que cela soulève, ce commerce illégal est rarement mentionné en public par les puissances occidentales. Ce qui ne veut pas dire qu'elles ne cherchent pas à l'éradiquer.

Entre 2002 et 2017, les Etats-Unis ont dépensé pas moins de 8 milliards de dollars pour tenter de priver les talibans de cette source de revenus, explique Reuters.

La police afghane détruit des pavots.
La police afghane détruit des pavots. Image: Keystone

Ces efforts à coups de frappes aériennes et de programmes de cultures alternatives n'ont pas eu l'effet espéré. Au contraire, ils ont fait le jeu des talibans, en attisant la colère des paysans contre le gouvernement de Kaboul.

Que va-t-il se passer maintenant? Avec la prise de pouvoir des talibans, il est probable que la culture du pavot continue de prospérer.

Les talibans ont pris le contrôle de Kaboul, Afghanistan

1 / 19
Les talibans ont pris le contrôle de Kaboul, Afghanistan
source: sda / khwaja tawfiq sediqi
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

La situation en Afghanistan

4 points pour comprendre qui sont les talibans

Link zum Artikel

En Afghanistan, des décennies de progrès pourraient être anéanties

Link zum Artikel

Suite à la défaite afghane, Trump appelle Biden à la démission

Link zum Artikel

Le président de l'Afghanistan a quitté le pays

Link zum Artikel
Comment Joe Biden veut atteindre la neutralité carbone d'ici 2050
Le président américain Joe Biden a signé mercredi un décret engageant les services fédéraux des Etats-Unis à une neutralité carbone d'ici 2050.

Une nouvelle façon pour le président de réaffirmer ses ambitions dans le domaine du climat. Pour réaliser cet objectif, plusieurs méthodes seront mises en place:

L’article