DE | FR

Le nouveau variant s'appelle Omicron et est «préoccupant»: ce que ça signifie

L'Organisation mondiale de la santé vient de s'exprimer sur le statut de la nouvelle mutation du virus identifiée en Afrique du Sud, appelée Omicron. Il s'agit d'un variant «préoccupant». Voici ce que cela implique.
26.11.2021, 12:2026.11.2021, 19:38

Découvert officiellement jeudi en Afrique du Sud, le nouveau variant du virus inquiète. Vendredi, il a été baptisé «Omicron» par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui s'est réunie pour décider de son statut.

Le verdict? B.1.1.529 doit être considéré comme «préoccupant».

Ce que cela signifie

La souche initiale du Sars-Cov-2 a donné vie à plusieurs mutations. Celles-ci sont classées par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) en trois catégories, en fonction de leur danger:

  1. Variant à suivre (variant of interest en anglais)
  2. Variant préoccupant (variant of concern)
  3. Variant à haut risque (variant of high consequence)

Le nouveau variant fait donc partie de la deuxième catégorie, tout comme le Delta. Elle implique:

  • L'augmentation de la transmissibilité
  • Le développement d'une maladie plus grave
  • La réduction significative de l'efficacité de la vaccination
Cette photo prise au microscope montre le Sars-Cov-2 (en jaune) d'un patient aux Etats-Unis, émergeant de la surface des cellules.
Cette photo prise au microscope montre le Sars-Cov-2 (en jaune) d'un patient aux Etats-Unis, émergeant de la surface des cellules. Image: Wikimedia

Et les deux autres catégories?

La première implique une perte de puissance des anticorps générés par une infection ou une vaccination antérieure, la réduction de l'efficacité de la vaccination et une augmentation prévue de la transmissibilité ou de la gravité de la maladie.

La troisième indique une mutation que les mesures de prévention n'arrivent pas à stopper. La plupart de ces variants, qui n'ont pas encore été identifiés, peuvent échapper aux vaccins à un taux élevé et présentent un nombre disproportionné de cas de percée vaccinale.

Il faudra toutefois «plusieurs semaines» avant de comprendre la dangerosité exacte de B.1.1.529, prévient l'organisation.

Pfizer est sur le coup

Ce nouveau variant du Sars-Cov-2 présente un nombre «extrêmement élevé» de mutations, selon les scientifiques sud-africains qui l'ont découvert. Il en regroupe à lui seul 32 au niveau de la protéine Spike, ce qui est particulièrement sensible, car elle est ciblée par les vaccins.

Le laboratoire allemand Biontech, allié à Pfizer, a «immédiatement lancé des études sur le variant B.1.1.529». Ce dernier «diffère clairement des variants déjà connus car il présente des mutations supplémentaires sur la protéine Spike», a indiqué une porte-parole.

Les résultats de ces recherches sont attendus au plus tard dans deux semaines. «Pfizer et Biontech se sont préparés il y a plusieurs mois à ajuster leur vaccin en moins de six semaines et à livrer les premières doses en 100 jours» si un variant s'avérait résistant. (ats)

Et si on devait porter le masque à vie? Décryptage en vidéo.

Plus d'articles sur le Covid

5e vague et nouvelles mesures Covid: tous coupables?

Link zum Artikel

Faut-il attendre un vaccin efficace contre Omicron avant de faire la 3e dose?

Link zum Artikel

En cas de surcharges des soins intensifs en Suisse, qui a la priorité?

Link zum Artikel

Faut-il exclure les non-vaccinés? «Ils vivent aux crochets des vaccinés»

Link zum Artikel
4 choses à savoir sur «BA.2», le tout nouveau sous-variant d'Omicron
Le sous-variant BA.2 pourrait se transmettre encore plus facilement que le variant Omicron originel. Réponses aux quatre principales questions qu'on peut se poser à son sujet.

Alors que les autorités politiques voyaient déjà se profiler avec assurance le pic de la cinquième vague de Covid, la communauté scientifique a remarqué quant à elle un rebond des contaminations sur le court terme. Il pourrait avoir pour cause un nouveau sous-variant d'Omicron, possiblement encore plus contagieux: BA.2.

L’article