DE | FR

Affaire Bourdin: le parquet de Paris ouvre une enquête

Jean-Jacques Bourdin a débuté en tant que journaliste sportif sur RTL, en 1976.
Jean-Jacques Bourdin a débuté en tant que journaliste sportif sur RTL, en 1976.Image: Twitter
Le journaliste de 72 ans aurait essayé d'embrasser une jeune femme à plusieurs reprises en 2013. Une enquête pour des soupçons d'agression sexuelle a été ouverte.
18.01.2022, 13:0219.01.2022, 08:02

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour des soupçons d'agression sexuelle contre le journaliste Jean-Jacques Bourdin. Les investigations ont été confiées au commissariat du 16e arrondissement.

Cette décision fait suite à une plainte déposée il y a une semaine à Paris par une ancienne journaliste de BFMTV et RMC.

«Saisie par le cou»

Cette femme, aujourd'hui âgée de 33 ans, a travaillé «pendant plusieurs années» avec le célèbre journaliste politique. Elle affirme que celui-ci «l'a saisie par le cou et a tenté de l'embrasser à plusieurs reprises» dans une piscine d'un hôtel de Calvi en 2013, lors d'un déplacement professionnel, selon le récit du Parisien, confirmé par Laure Heinich, avocate de la plaignante.

La jeune femme se serait «débattue» et serait parvenue à sortir de la piscine. Jean-Jacques Bourdin aurait alors répliqué:

«J'obtiens toujours ce que je veux»

De plus, il lui aurait envoyé, toujours selon ce récit, «pendant plusieurs mois des mails et des SMS insistants». Laure Heinich explique:

«Il faut que les hommes de pouvoir se posent la question de l'autorité qu'ils exercent sur les femmes quand ils tentent d'obtenir des faveurs sexuelles, puisque bien sûr, cette histoire d'autorité réduit les femmes au silence. C'est pour ça qu'elle a mis plusieurs années à déposer plainte»

L'avocate de l'animateur, Jacqueline Laffont, n'a pour sa part pas répondu à l'Agence France-presse (AFP). Son client a démenti ces accusations auprès du Parisien:

«Je connais cette personne et j'ai travaillé avec elle. Je reconnais m'être baigné avec elle dans la piscine de cet hôtel. Mais je n'ai jamais tenté de l'embrasser de force, ni elle ni jamais personne d'autre»

Altice Media ouvre une enquête interne

Dimanche, le groupe Altice Media, propriétaire de RMC et BFMTV, avait annoncé lancer une enquête interne après avoir appris la nouvelle.

«Nous apprenons par voie de presse l'existence de cette plainte. Nous nous sommes entretenus avec Jean-Jacques Bourdin qui a vigoureusement contesté les faits dénoncés. Dans un souci de transparence, Altice Media fait diligenter une enquête interne pour s'assurer qu'aucun fait de ce type n'a été porté à la connaissance des managers ou collègues des intéressés»
Altice Media

Le groupe précise suivre «avec la plus grande attention les éventuels développements de cette affaire» et prendra «toutes les mesures qui pourraient s'imposer en fonction de son évolution».

Figure de la station connue pour ses interviews sans concession, l'animateur de 72 ans a commencé comme journaliste sportif sur RTL en 1976, où il a fait carrière avant de rejoindre RMC. (ats)

Ce pingouin a un ange gardien

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le premier criminel de guerre russe n'a rien d'un boucher sanguinaire
Vadim Chichimarine, le sergent russe de 21 ans qui a tué un civil ukrainien d'une balle de kalachnikov en février dernier, a été reconnu coupable de crime de guerre et condamné à la prison à perpétuité. Au beau milieu d'un conflit sanglant où les pires atrocités ont été commises, c'est un criminel aux airs de petit gibier qui fait désormais «office d'exemple». Un paradoxe... pas si étonnant.

Démonstration de gonflette. En déballant ses biscoteaux judiciaires, l'Ukraine a voulu à tout prix prévenir les troupes russes: les crimes sont jugés, les criminels condamnés. L'agression menée par Vladimir Poutine depuis deux mois a désormais un visage juvénile et un regard de chiot abîmé. Lundi, Vadim Chichimarine, 21 ans, a été reconnu coupable de crime de guerre et condamné à la prison à perpétuité. Il a tué, en février dernier, Oleksandre Chelipov, un civil ukrainien de 62 ans. Une balle de kalachnikov en pleine tête, depuis le siège passager d'une voiture volée.

L’article