DE | FR

En Californie, un maire veut taxer les propriétaires d'armes à feu

La ville californienne de San José veut contraindre les possesseurs d'armes à feu à prendre une assurance pour les dommages que leurs engins pourraient provoquer.
La ville californienne de San José veut contraindre les possesseurs d'armes à feu à prendre une assurance pour les dommages que leurs engins pourraient provoquer.Image: sda
Un texte de loi obligerait les propriétaires à s'acquitter d'une modeste taxe annuelle de 25 dollars (23 francs), destinée à financer des ONG luttant contre les violences liées aux armes.
26.01.2022, 05:2026.01.2022, 17:50

La ville californienne de San José veut contraindre les possesseurs d'armes à feu à prendre une assurance pour les dommages que leurs engins pourraient provoquer. Un décret a été examiné mardi en première lecture par le conseil municipal.

Le but de cette loi n'est pas de limiter les achats d'armes à feu, mais les dégâts physiques qu'elles provoquent régulièrement, ainsi que le coût financier que cela entraîne pour la collectivité, expliquent les autorités municipales.

«Nous avons vu comment les assurances ont permis de réduire les décès sur la route au fil des décennies, par exemple avec des incitations financières pour promouvoir la prudence au volant et l'achat de voitures équipées d'airbags et de systèmes anti-blocage»
Sam Liccardo, le maire de San José, une ville d'un million d'habitants, la plus grande de Californie du nord.

40 000 morts par an

Les armes à feu sont courantes aux Etats-Unis, où environ 40% des adultes vivent dans un foyer possédant au moins une arme, d'après l'organisation Pew Research Center. Près de 23 millions d'armes à feu ont été vendues dans le pays en 2020, et 40 000 personnes environ sont tuées par balle chaque année (suicides compris).

Le conseil municipal de San José évalue à environ 40 millions de dollars (36,7 millions de francs) par an le coût des violences par arme à feu pour la ville (police, secours, enquêtes).

Le décret passera en seconde lecture le mois prochain et doit entrer en vigueur au mois d'août, s'il est adopté. (ats/jch)

Un peu de légèreté avec Copin comme cochon: la bouffe au bureau

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le premier criminel de guerre russe n'a rien d'un boucher sanguinaire
Vadim Chichimarine, le sergent russe de 21 ans qui a tué un civil ukrainien d'une balle de kalachnikov en février dernier, a été reconnu coupable de crime de guerre et condamné à la prison à perpétuité. Au beau milieu d'un conflit sanglant où les pires atrocités ont été commises, c'est un criminel aux airs de petit gibier qui fait désormais «office d'exemple». Un paradoxe... pas si étonnant.

Démonstration de gonflette. En déballant ses biscoteaux judiciaires, l'Ukraine a voulu à tout prix prévenir les troupes russes: les crimes sont jugés, les criminels condamnés. L'agression menée par Vladimir Poutine depuis deux mois a désormais un visage juvénile et un regard de chiot abîmé. Lundi, Vadim Chichimarine, 21 ans, a été reconnu coupable de crime de guerre et condamné à la prison à perpétuité. Il a tué, en février dernier, Oleksandre Chelipov, un civil ukrainien de 62 ans. Une balle de kalachnikov en pleine tête, depuis le siège passager d'une voiture volée.

L’article