DE | FR

L'Autriche est le premier pays européen à adopter la vaccination obligatoire

Des manifestants devant le Parlement autrichien en novembre 2021. Le gouvernement a adopté la vaccination obligatoire le jeudi 20 janvier.
Des manifestants devant le Parlement autrichien en novembre 2021. Le gouvernement a adopté la vaccination obligatoire le jeudi 20 janvier.Image: sda
L'Autriche devient le premier pays de l'Union européenne à adopter une loi sur la vaccination anti-Covid-19 obligatoire pour tous les adultes. Votée jeudi par le Parlement, cette mesure est une première dans la lutte contre la pandémie.
20.01.2022, 20:5021.01.2022, 08:15

Le Parlement autrichien a approuvé le texte jeudi à une large majorité. Il fait ainsi du pays le premier de l'UE à adopter une telle obligation. A l'issue de plusieurs heures de débats, l'annonce est tombée dans la bouche de Doris Bures, seconde présidente du Conseil national. La mesure entrera en vigueur le 4 février.

«La vaccination est la chance pour notre société d'atteindre une liberté durable et continue, sans que le virus nous restreigne»
Karl Nehammer, chancelier autrichien

C'est «un sujet qui fait l'objet d'un débat très intense et passionné», a-t-il reconnu.

Quels étaient les camps?

Outre les Verts, partenaires de coalition des conservateurs, les cheffes des partis social-démocrate et libéral avaient apporté leur soutien.

Le chancelier Karl Nehammer durant la session parlementaire, le 20 janvier 2022.
Le chancelier Karl Nehammer durant la session parlementaire, le 20 janvier 2022.Image: sda

Seule l'extrême droite y est opposée, au nom de la protection des libertés individuelles. Le chef du FPÖ, farouchement anti-vaccins, a fustigé lors des débats «un projet ouvrant la voie au totalitarisme en Autriche». «Nous n'avons pas la majorité aujourd'hui au Parlement, mais nous l'avons à l'extérieur», a martelé Herbert Kickl, promettant de défier la loi.

Le gouvernement craint déjà des débordements

De nombreux Autrichiens sont vent debout contre le texte et manifestent quasiment chaque week-end par dizaines de milliers.

Dans ce climat tendu, le gouvernement craint des débordements et a annoncé cette semaine la mise en place de «périmètres de protection» aux abords des établissements de santé, des centres de vaccination et de tests.

Jeudi matin, une petite foule s'était rassemblée aux abords du Parlement. Des manifestants ont dit leurs craintes «des effets à long terme» des vaccins, assurant à l'unisson qu'ils ne paieraient pas l'amende.

Au sujet de celles-ci, le gouvernement insiste: l'objectif des amendes n'est pas d'imposer la vaccination de force ni de multiplier les sanctions financières. Celles-ci pourront aller de 600 à 3600 euros, mais seront levées si le contrevenant se fait vacciner dans les deux semaines. (ats/mbr)

En France, la vidéo qui ébranle la gauche autant qu'une sextape

Pour les amateurs de Covid...

Injecter une 4e dose de vaccin? Pourquoi «ce n'est pas une bonne idée»

Link zum Artikel

5 points pour comprendre pourquoi l'OMS désavoue les vaccins Covid

Link zum Artikel

Faut-il lever les mesures Covid et prendre la vague de plein fouet?

Link zum Artikel

Pas de rappel, pas de piqûre et pas d'infection? Le vaccin nasal fait rêver

Link zum Artikel
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Ces trois femmes défient Poutine et montrent l'exemple à l'Europe
Kaja Kallas, Sanna Marin et Magdalena Andersson: cheffes des gouvernements estoniens, finlandais et suédois, ces trois femmes représentent une nouvelle génération de politiciens en Europe.

Kaja Kallas est la femme la plus dure d'Europe. L'un ou l'autre chef de gouvernement a sans doute déjà été agacé par la Première ministre estonienne. Car sa position claire sur la Russie met en lumière les manœuvres de nombreuses autres capitales.

L’article