DE | FR
Image: sda

Effondrement d'une arène: Quatre morts et des centaines de blessés

Un drame s'est produit à El Espinal, en Colombie. Des centaines de personnes blessées et des morts sont à déplorer.
27.06.2022, 06:3427.06.2022, 06:43

Au moins quatre personnes sont mortes et plus de 300 ont été blessées dans l'effondrement des gradins d'une arène dimanche dans une ville du centre de la Colombie, ont indiqué les autorités locales.

«Il y a quatre personnes mortes pour le moment. Deux femmes, un homme adulte et un mineur», a déclaré sur un média local Jose Ricardo Orozco, gouverneur du département de Tolima.

Spectacle populaire

Les hôpitaux de la région ont soigné quelque 322 blessés, dont quatre sont toujours en unité de soins intensifs, a précisé de son côté Martha Palacios, secrétaire à la Santé du département de Tolima.

L'accident a eu lieu dans la localité d'Espinal, au cours d'un spectacle populaire taurin.

Tout un pan des gradins de bois sur trois étages, bondés de spectateurs, s'est effondré, jetant des dizaines de personnes au sol, selon des images spectaculaires de drones récupérées par l'AFP.

«Nous attendons toujours de voir combien de personnes sont sous les décombres, nous ne savons pas combien. Comme vous pouvez le voir dans les vidéos, presque toute l'aile était remplie de gens et elle s'est effondrée», a déclaré à la même station de radio le major Luis Fernando Vélez, directeur du département de la protection civile de Tolima. (ats/afp)

Une bagarre implique plus de 100 personnes dans une piscine à Berlin

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Au Maroc, «récupérer de l'eau donne envie de pleurer»
Village aux terres autrefois fertiles, Ouled Essi Masseoud est désormais durement touché par le stress hydrique qui menace tout le Maroc.

«Voir des villageois courant chaque matin à la fontaine ou chez un voisin pour récupérer de l'eau donne envie de pleurer», confie Mohamed Sbaï, qui a abandonné l'agriculture à cause des sécheresses successives qui frappent son village isolé, à 140 kilomètres de Casablanca.

L’article