DE | FR
Mêle-toi de tes fesses, merci.
Mêle-toi de tes fesses, merci.Image: keystone
Commentaire

Selon Victoria Beckham, être mince, c'est démodé. Tu me lâches, oui?

Dans une récente interview pour Grazia UK, la styliste britannique a déclaré que, désormais, «les femmes veulent des seins et des fesses, et qu'être skinny, c'est démodé». Une espèce de vision pseudo body positive où, encore une fois, on finit par dire aux femmes à quoi elles doivent ressembler. C'est pas bientôt fini?
19.05.2022, 16:46
Suivez-moi

Il y a des marques qui font du greenwashing, en mode «continuez à claquer votre 3e pilier chez nous, on reverse 0,0001% pour planter des sapins dans le désert, blablabla». Il y a des entreprises qui mettent leur logo aux couleurs de l'arc-en-ciel durant le mois des fiertés pour soutenir la communauté LGBTQIA+ alors qu'elles s'en tamponnent le coquillard le reste de l'année.

Et puis il y a Victoria Beckham qui nous informe qu'être mince, c'est désormais démodé. Que les femmes veulent «des fesses et des seins, n'est-ce pas?». Comme pour faire son coming out body positive. Ou pour faire son mea culpa, après avoir passé son temps à dessiner des robes pour des meufs qui peuvent passer à travers un radiateur. Ou simplement se faire de la thune avec sa nouvelle collection VB Body, avec des tailles allant du 32 au 46.

C'est dans une interview, publiée lundi 16 mai dans le magazine Grazia UK, que la dame qui mange du poisson et des légumes vapeur depuis 25 ans a déclaré qu'être skinny, c'est old-fashioned. 'Fine' observatrice, elle est même allée plus loin: «Il y a beaucoup de femmes bien roulées à Miami, et elles en sont très fières, vous savez ? Elles se promènent le long de la plage avec très peu de vêtements, et elles sont superbes. Elles mettent leur corps en valeur avec une telle confiance. J'ai trouvé leur attitude et leur style vraiment libérateurs.»

Soyez moins plates et davantage curvy like in Miami, OK?

Comme dans ce clip légendaire, faites shaker vos boobs, merci.

C'est donc en 2022, soit des années après que de nombreuses marques se soient décidées, sous la pression de la street, à montrer une plus grande variété de corps dans leurs pubs et sur les podiums, que la styliste découvre qu'on peut être une femme avec des courbes. Et ce, sans pour autant avoir envie d'accrocher une silice autour de sa cuisse charnue en se fouettant le dos avec une branche de cerisier en chouinant «MAIS POURQUOI JE SUIS PAS SKINNY, MEEERDE!!!!».

La pauvre Victoria, trop occupée à coudre des fringues (trop petites), a manifestement raté quelques épisodes. Dont celui de Victoria's Secret. La marque de lingerie a été critiquée pour ne faire défiler que des mannequins taille 0 sur son podium, avant que la clientèle ne crie à la grossophobie et que les mannequins elles-mêmes ne jettent leur tablier en dentelle.

VB Body, une ligne signée Victoria Beckham pour les grosses fesses

Mais revenons à nos moutons. Lors de cette interview pour Grazia UK, la styliste s'est manifestement dit «plus c'est gros, plus ça passe», puisqu'elle a gratifié la journaliste de plusieurs autres inepties opportunistes. Dont celle-ci:

«Plus vous êtes curvy, plus mes robes VB Body sont belles»
Victoria Beckham

Bah tiens. Un retournement de veste, après avoir été vivement critiquée en 2015 pour ses mannequins maigres, comme le relevait Le Parisien à l'époque. (Notons, pour la défense de la styliste, qu'elle n'était pas la seule à faire appel à des top models skinny, mais depuis, de nombreuses maisons de luxe font preuve de plus d'inclusivité).

Mais avant de lui jeter la pierre, jetons un œil à cette fameuse ligne VB Body. Pour être cohérente avec ses propos sur le fait qu'être skinny, c'est démodé, Posh a peut-être décidé de faire appel à des femmes curvy... Non? Eh bah non.

Bouffez, les filles, bouffez! C'est démodé d'être si mince! On est en 2022, vous n'avez toujours pas le droit d'être comme vous voulez, maintenant vous devez être curvy!

On est assez loin de l'image qu'on se fait des meufs <em>curvy</em> et fières qui font du patin à roulettes en mini-shorts en jeans à Miami, non?
On est assez loin de l'image qu'on se fait des meufs curvy et fières qui font du patin à roulettes en mini-shorts en jeans à Miami, non?capture d'écran victoriabeckham.com

Mais laissons-lui encore une chance. Victoria a peut-être fait appel à des mannequins davantage Miami beach lors des dernières Fashion Weeks. Laissez-moi vérifier... Ah, bah encore une fois, non. «Faites ce que je dis, pas ce que je fais.»

Peut-être que les mannequins taille 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 étaient déjà prises?
Peut-être que les mannequins taille 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 étaient déjà prises?capture d'écran tag-walk.com

Bon, bah arrêtez d'être skinny, les meufs! Victoria, elle a dit que c'est has been. Mangez des milkshakes protéinés, soulevez de la fonte, faites-vous pousser les boobs et montrez au monde ce boule qui chamboule si vous voulez correspondre aux critères de beauté 2022, hop!

Et si on disait merde à tout ça?

Ou alors, en 2022, on pourrait arrêter de s'emmerder à essayer de plaire à Victoria Beckham. On pourrait lire autre chose que les magazines qui prônent le «acceptez-vous comme vous êtes» et qui, deux pages plus loin, vous donnent «des recettes summer body pour perdre trois kilos avant la plage». On pourrait éviter de donner du crédit à une Kim Kardashian qui chante à tue-tête qu'elle s'est littéralement affamée pour perdre sept kilos en trois semaines pour entrer dans la robe de Marilyn Monroe. On pourrait éviter de prendre en exemple des starlettes des réseaux sociaux qui prônent des modes de vie malsains, à se nourrir de machins chimiques dégueulasses pour faire fondre le gras de leur bide, et qui s'injectent le gras de leurs hanches dans le gras de leur cul.

On pourrait s'abstenir de dire aux maigres qu'elles sont trop maigres, aux grosses qu'elles sont trop grosses, aux entre-deux qu'elles pourraient faire un effort, dans un sens ou dans l'autre, car on n'arrive pas à leur coller une étiquette et qu'être «moyenne», c'est très moyen. On pourrait s'intéresser à autre chose que le poids des femmes, le degré de fermeté de leurs fesses, la pente de leurs seins, la courbe de leurs emmerdes. On pourrait éviter de saouler Emily Ratajkowski, qui a fini par publier une photo d'elle à 14 ans pour prouver que son corps est naturel, alors qu'elle a d'autres choses à raconter.

On pourrait se foutre de savoir si telle ou telle paire de seins est «vraie» ou non. Ou pourrait s'engueuler sur d'autres sujets que le monokini et le burkini, tous deux récemment autorisés dans les piscines de Grenoble, et qui continuent de faire couler beaucoup d'encre. On pourrait cesser de distribuer des «t-shirts de la honte» en Suisse romande aux jeunes filles qui montrent quelques centimètres de peau.

...

Je vous laisse, je vais écrire un article sur la Cour suprême, aux Etats-Unis, qui est dans les starting-blocks pour revenir sur 50 ans de progrès et décider à la place de millions de femmes si elles auront toujours le droit d'avorter dans les prochaines années.

Vous voulez faire plaisir à Vicky et devenir curvy? Mangez-moi ça. Au moins trois fois par jour. Bon app'.

Vidéo: watson

Vous préférez quelque chose de plus light? Vicky a quelques conseils:

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Armée de l'ombre de Poutine: un ex de Wagner déballe tout dans un livre
Depuis que la Russie a déclenché la guerre contre l'Ukraine, l'armée de l'ombre de Poutine est au centre de toutes les discussions. Un ex-membre raconte son expérience dans son ouvrage Moi, Marat, ex-commandant de l'armée Wagner.

Pendant des années, le mercenaire russe Marat Gabidullin a tué au service du tristement célèbre groupe Wagner dans des zones de guerre en Syrie et en Ukraine. Mais les missions de combat sanglantes menées, pour le compte des puissants de Russie, l'ont également fait réfléchir.

L’article