DE | FR

Comment le vaccin Astrazeneca divise l'Europe

Soupçonné de provoquer des caillots sanguins, le vaccin Astrazeneca est boudé par toujours plus de pays en Europe. Cap sur les camps en présence.
12.03.2021, 17:4514.03.2021, 20:31

Plusieurs pays scandinaves ont décidé jeudi à l'unisson de suspendre l'utilisation du vaccin Astrazeneca. Vendredi, la Bulgarie leur a emboîté le pas. Puis l'Irlande dimanche.

Et pourtant, d'autres pays d'Europe ont décidé de maintenir son utilisation coûte que coûte. Mais pourquoi donc ce vaccin divise autant en Europe? Qui est pour, qui est contre? Tour d'horizon.

Ils le suspendent totalement

  1. Le Danemark
  2. L'Islande
  3. La Norvège
  4. La Bulgarie
  5. L'Irlande

Le Danemark est le premier pays à avoir ouvert le bal. Il a été suivi par ses voisins l'Islande et la Norvège. Puis, par la Bulgarie, sur décision de son premier Ministre.

Une décision prise par «mesure de précaution» après avoir enregistré le décès d'une personne qui avait reçu le vaccin, ainsi que d'autres cas graves tels que des troubles de la coagulation.

L'autorité sanitaire danoise a toutefois précisé qu'«à l'heure actuelle», il n'était pas possible d'établir un lien avéré entre le vaccin et les caillots sanguins. Une réévaluation de cette décision est prévue d'ici deux semaines.

Ils le suspendent partiellement

  1. L'Autriche
  2. L'Estonie
  3. La Lituanie
  4. Le Luxembourg
  5. L'Italie

En Autriche, l'annonce du décès d'une infirmière de 49 ans, le 6 mars dernier, a entraîné la suspension des doses provenant du même lot en Estonie, en Lituanie, en Lettonie et au Luxembourg. Livré dans 17 pays, il comprenait un million de vaccins.

Or, selon une enquête préliminaire de l'Agence européenne de médicaments (EMA), il n'existait aucun lien entre le vaccin d'Astrazeneca et le décès survenu en Autriche.

Ce jeudi, c'était au tour de l'Italie de le suspendre partiellement. En cause? Les morts suspectes en Sicile d'un soldat et d'un policier, quelques jours seulement après leur vaccination avec ce même lot.

Ils le maintiennent

2. La France

Pour l'hexagone, il n'y a pour l'heure pas de quoi suspendre les injections. «Le bénéfice apporté par la vaccination est jugé supérieur au risque à ce stade», a déclaré le ministre de la Santé Olivier Véran. Et d'ajouter: «sur 5 millions d’Européens, trente ont présenté des troubles de la coagulation».

Des chiffres qui ne sont pas inquiétants selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Pour cette dernière, il est possible, pour le moment, de poursuivre son utilisation. «Les avantages dépassent les menaces», a-t-indiqué vendredi.

2. Le Royaume-Uni

Le gouvernement britannique n'est lui aussi pas prêt à se passer du vaccin mal aimé. Selon le porte-parole du Premier ministre Boris Johnson, il est «sûr et efficace». Et d'ajouter: «Lorsque les gens sont invités à se présenter pour le recevoir, ils doivent le faire en toute confiance».

Pour rappel, le pays d'Europe le plus durement touché par la pandémie a déjà vacciné plus de 22 millions de personnes avec une première dose, utilisant pour l'heure uniquement les vaccins Pfizer et Astrazeneca.

AstraZeneca se défend

Le groupe pharmaceutique britannique a affirmé vendredi qu'il n'y avait «aucune preuve de risque aggravé» de caillot sanguin entraîné par son vaccin.

«Les chiffres sur ce type de problème médical sont beaucoup plus faibles chez ceux qui sont vaccinés, comparé à ce qui serait attendu dans la population dans son ensemble», a notamment argumenté le groupe.

Les Helvètes toujours pas concernés
La Confédération, qui a déjà commandé 5,3 millions de doses, n'a toujours pas délivré son feu vert pour le déploiement du vaccin controversé. La principale raison? L'attente de nouvelles données cliniques afin de prouver la sécurité du vaccin.

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Pourquoi ce couple souhaite que leur fille à naître meure bientôt
A Malte, Andrea Prudente et Jay Weeldreyer voulaient célébrer leur «babymoon», comprenez: leurs dernières vacances avant la naissance de leur fille. Mais entre-temps, les heureux et futurs parents ont appris que le bébé ne pourrait pas naître en vie. Et ce n'était là que le début de la «torture émotionnelle et psychologique».

En juin, Andrea Prudente et Jay Weeldreyer sont partis en vacances à Malte. Ce couple d'Américains, respectivement âgés de 38 et 45 ans, voulait profiter de leur dernier été sur la mer Méditerranée au cœur de l'île de Gozo avant l'arrivée de leur progéniture. C'est, du moins, ce qu'ils pensaient à ce moment-là. Enceinte, Andrea était censée mettre au monde son premier enfant, à la fin de l'automne 2022.

L’article