DE | FR
La «nouvelle» pièce conceptuelle, que Haaning a intitulée «Take the Money and Run», est maintenant au centre d'un conflit entre le musée et l'artiste.
La «nouvelle» pièce conceptuelle, que Haaning a intitulée «Take the Money and Run», est maintenant au centre d'un conflit entre le musée et l'artiste.Image: EPA RITZAU SCANPIX

Un artiste s'enfuit avec l'argent prêté par un musée

Jens Haaning, devait créer deux œuvres représentant un an de salaire en petites coupures avec l'argent prêté par un musée danois. Que nenni, il a préféré rendre des œuvres vierges et s'enfuir avec les 84 000 dollars.
30.09.2021, 18:3301.10.2021, 08:56

Découverte surprenante pour le Kunsten Museum of Modern Art d'Aalborg ce mercredi 29 septembre. Le musée avait commandé à l'artiste Jens Haaning, deux grands cadres remplis de billets de banque d'une valeur totale de 84 000 dollars. Ceci dans le cadre de l'ouverture d'une exposition sur l'avenir du travail dans le musée d'art danois ce vendredi.

Ce travail devait représenter des reproductions de deux œuvres de l'artiste, qui avait déjà utilisé, en 2007, des cadres en espèces pour représenter les salaires annuels moyens d'un Autrichien et d'un Danois 👇

Image: Twitter/@timmyotoole23

Mais rien ne s'est passé comme prévu. A la réception des tableaux, le personnel du musée a découvert deux toiles blanches. Haaning a en réalité décidé de garder la somme d'argent et rendre feuille blanche au nom de l'art. Il a rebaptisé ses oeuvres «Prends l'argent et tire-toi». C'est dans le thème en effet.

Mais qu'est-ce-qu'il lui a pris?

L'artiste a déclaré à CNN par téléphone:

«J'ai vu, de mon point de vue artistique, que je pouvais créer une pièce bien meilleure que celle qu'ils avaient imaginée»

Avant d'ajouter:

«Je ne vois pas que j'ai volé de l'argent [...]. J'ai créé une œuvre d'art, qui est peut-être 10 ou 100 fois meilleure que ce que nous avions prévu. Quel est le problème ?»

Pas sûr que cela suffise à convaincre le musée et son directeur, Lasse Andersson. En plus de prêter à Haaning, 84 000 dollars, pour les œuvres remplies d'argent, le Kunsten Museum avait accepté de payer 1 571 dollars supplémentaires pour couvrir d'autres frais comme l'encadrement et la livraison. Visiblement, la somme n'était pas suffisante pour l'artiste qui a déclaré que le projet l'aurait quand même laissé de côté, en raison des frais de studio et des salaires du personnel.

La réponse du musée

Un argument réfuté par le directeur du Kunsten. Il a maintenu que le musée avait respecté sa part de l'accord:

«C'est vraiment important pour nous parce que nous avons toujours été connus pour honorer les contrats et aussi pour payer aux artistes un cachet raisonnable»
Lasse Anderssoncnn

Bien que Haaning ait déclaré qu'il n'avait pas l'intention de rendre l'argent, le musée est formel: l'artiste a jusqu'à janvier, date de la fin de l'exposition, pour rembourser le prêt, après quoi l'établissement envisagera une action en justice. (fag)

Sinon les Bouffistas ont gouté le sandwich spécial Bénichon. Pour voir leurs réactions, c'est par ici👇

Plus d'article sur le thème «Insolite»

Fans d'Halloween, vous pouvez louer la maison de Scream

Link zum Artikel

Ça ressemble à quoi, les restaurants pour fourmis?

Link zum Artikel

Au Canada, une chèvre (badass) tue un grizzly

Link zum Artikel

Un concours du bâtiment le plus laid de Chine existe et on ne s'en remet pas

Link zum Artikel

Il se fait bombarder d'appels après la diffusion de «Squid Game»

Link zum Artikel

Cette tenue de Kim K fait si peur qu'elle est dispo pour Halloween

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Le jet transportant Ignazio Cassis a été forcé d'atterrir à Moscou
Le ministre des Affaires étrangères a dû faire un arrêt impromptu dans la capitale russe. Ce n'est pas la première fois que l'avion a un problème.

Le jet du Conseil fédéral avec à son bord le ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis a atterri de manière imprévue à Moscou alors qu'il se rendait en Chine. La raison invoquée par son département, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), est un «problème technique».

L’article