DE | FR

Biden tente de redevenir copain avec Macron après lui avoir piqué 56 milliards d'euros

Avec force sourires, poignées de mains et déclarations sur leur partenariat l'Américain et le Français ont affiché leur réconciliation après la crise des sous-marins australiens. Mais, à l'arrière-plan la bataille diplomatique fait rage.
30.10.2021, 11:3731.10.2021, 10:05

Les relations entre la France et les Etats-Unis ne sont pas au beau fixe. Pour rappel, à la mi-septembre, l'Australie a annoncé renoncer à l'achat de 12 sous-marins français. Cela représentait, pour l'industrie militaire hexagonale, un juteux contrat de 56 milliards d'euros.

Ensuite, le pays des kangourous a expliqué qu'il se fournira aux Etats-Unis dans le cadre d'un nouveau partenariat de sécurité face à la menace chinoise.

Depuis la relation entre les présidents Emmanuel Macron et Joe Biden est pour le moins tendue. A Rome, l'Américain a cherché à se faire pardonner. Verdict? C'est compliqué et voici pourquoi 👇.

L'étonnant exercice de pardon de Biden

«Ce que nous avons fait était maladroit et n'a pas été fait avec beaucoup d'élégance»
Joe Biden, président américain

C'est l'acte de contrition le plus clair à ce jour de la part des Américains. Il a même convoqué ses racines familiales. «Certains de nos parents français sont venus, m'a-t-on dit, avec Lafayette», a raconté le président, Joseph «Robinette» Biden pour l'état-civil.

Celui-ci a assuré à Emmanuel Macron, dans une déclaration un peu étonnante:

«J'avais l'impression que la France avait été informée très en amont que le contrat (de sous-marins qu'elle avait avec l'Australie) ne se ferait pas. Devant Dieu, je vous assure que je ne savais pas que vous ne l'aviez pas été.»

Au terme d'un tête-à-tête d'une heure et demie, le président américain a:

  • Ajouté que la France était à ses yeux «un partenaire d'une extrême valeur», en s'adressant aux journalistes auprès de son homologue français, qui le recevait à la Villa Bonaparte, ambassade de France auprès du Vatican.
  • Il a ajouté le geste à la parole en tendant la main à deux reprises, devant les caméras, à Emmanuel Macron, après déjà des poignées de mains et des sourires à son arrivée sur le perron.

Biden et Macron ou l'art de la poignée de main en 4 photos

En mode: «emmène-moi au bal»

Image: sda

En mode: «steuplé soit cool»

Image: sda

En mode: «on est des frères maintenant»

Image: sda

Le check c'est fini, c'est le grand retour des poignées de main de bonhommes

Image: sda

Bon, ça c'est pour les photographes, mais Macron, pardonne-t-il à Biden?

On ne peut pas tout à fait dire ça. Bien que le président français se soit réjoui, devant son homologue américain, des «décisions concrètes» annoncées ou prises depuis le début de la crise, à la mi-septembre, qui «amorcent un processus de confiance», il a néanmoins déclaré laconiquement:

«Nous avons clarifié ce que nous avions à clarifier»
Emmanuel Macron, président français

Ok, mais encore? Eh bien visiblement, la France ne va pas accorder son pardon si facilement. Et, Macron profite de la situation pour faire peser un projet dans la balance.

Dans les attentes françaises vis-à-vis des Américains, il y a le besoin d'un soutien clair de ces derniers au projet de défense européenne commune. Ceci dans un contexte où les Etats-Unis ont clairement fait de la rivalité avec la Chine la ligne de force de leur diplomatie. Macron a asséné:

«La confiance c'est comme l'amour, les déclarations c'est bien, les preuves c'est mieux.»

C'est quoi ce projet de défense européenne?

Le président français ne s'est donc pas laissé amadouer par l'attitude contrite de Biden. La défense européenne? Pour faire simple: Emmanuel Macron veut renforcer l’Europe de la défense et de la sécurité. Il veut créer:

  • Une «force commune d’intervention».
  • Un budget de défense commun.
  • Une «doctrine commune» pour agir.

Une vision que Washington n'a pas toujours accueillie avec la plus grande chaleur, mais qui est tout à fait compatible avec l'Otan, l'alliance militaire transatlantique (qui rassemble de nombreux Etats européens) pilotée par les Etats-Unis, selon le Macron.

Ce thème est particulièrement cher au Français, qui cherche depuis des années une bénédiction de Washington à ses efforts de constitution de cette défense européenne.

Alors Biden va-t-il plier? Dans le communiqué commun, on peut lire:

«Les Etats-Unis reconnaissent l'importance d'une défense européenne plus forte et plus opérationnelle», et «complémentaire avec l'Otan».

Quels sont les autres grands chantiers?

Dans un communiqué commun la France et les Etats-Unis:

  • S'engageront dans un «partenariat bilatéral sur l'énergie propre» d’ici à la fin de cette année.
  • «Souhaitent renforcer leur coopération sur les questions spatiales».
  • Veulent aussi lancer un dialogue stratégique en termes de commerce militaire, notamment sur les autorisations d'exportations.

Washington dit aussi avoir « engagé des ressources supplémentaires au Sahel pour soutenir les efforts de lutte contre le terrorisme menés par la France et les autres Etats européens». Saluant les premières mesures concrètes mises en oeuvre sur le terrain par les Etats-Unis, Paris demandait justement plus de soutien aux interventions militaires contre les djihadistes au Sahel. un point de marqué pour Macron.

Biden en tournée européenne pour faire oublier Trump

Les relations avec la France ne sont pas au beau fixe, certes, mais le président américain a également d'autres chantiers diplomatiques. En effet, il doit calmer les irritations suscitées par son prédécesseur, Donald Trump, auprès des alliés des Américains en Europe.

  • Avant le président français, Joe Biden, a vu à Rome Mario Draghi, chef du gouvernement italien, considéré par certains commentateurs comme un nouvel homme fort sur la scène politique européenne.
  • Il aura encore l'occasion samedi de serrer les rangs avec ses alliés d'outre-Atlantique, lors d'une réunion avec la chancelière Angela Merkel, le premier ministre britannique Boris Johnson, et à nouveau Emmanuel Macron.

ces quatre pays, à l'initiative de l'Allemagne, veulent harmoniser leurs positions avant une éventuelle reprise des discussions sur le nucléaire iranien.

La COP26, un prétexte pour Biden de faire serrer les rangs

La COP26 sur le climat, qui débute ce dimanche à Glasgow aura lieu en l'absence des présidents chinois et Russe, Joe Biden entend bien donner le ton.

Et, ce alors qu'il est fragilisé par ses difficultés à faire voter chez lui de gigantesques dépenses publiques, et par le retrait chaotique d'Afghanistan, il assure à qui veut l'entendre que «l'Amérique est de retour» pour mener la grande offensive des démocraties face aux régimes autoritaires. (jah/ats)

En parlant de diplomatie, le sommet Biden-Poutine à Genève

1 / 22
Le sommet Biden-Poutine à Genève
source: sda / saul loeb
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Et, pour tout comprendre 👇

Dans le reste de l'actu...

L'avenir du climat vous effraie? Restez optimiste grâce à Bertrand Piccard

Link zum Artikel

Torture mentale et physique, plongée dans l'enfer des «sites noirs» de la CIA

Link zum Artikel

Les cantons les plus vaccinés doivent-ils retrouver leur liberté?

Link zum Artikel

Le vaccin peut-il avoir des effets secondaires à long terme? Réponse en 4 points

Link zum Artikel
Pour voir les effets du confinement en Autriche, il va falloir patienter
L'Autriche est en confinement généralisé depuis la semaine dernière. Cependant, il faudra sans doute attendre encore un peu avant que la situation ne se stabilise dans les hôpitaux.

L'Autriche a annoncé mardi 8186 tests positifs en 24 heures. Un chiffre légèrement moins important que ce que l'Office fédéral de la santé publique a annoncé pour la Suisse le même jour (8422 nouvelles infections). Les deux pays ont presque exactement le même nombre d'habitants. Il s'agit toutefois d’un relevé instantané – si nous observons la moyenne plus fiable sur sept jours, la Suisse est (encore) nettement en dessous du niveau autrichien.

L’article