DE | FR

Premier bain de foule électoral pour Trump depuis son départ

Former President Donald Trump points to a supporter before speaking at a rally at the Lorain County Fairgrounds, Saturday, June 26, 2021, in Wellington, Ohio. (AP Photo/Tony Dejak)

Image: AP

Donald Trump a officiellement lancé samedi la campagne des élections américaines de mi-mandat. Il a retrouvé dans l'Ohio l'ambiance des meetings qu'il affectionne, avec un œil déjà fixé sur 2024.



Célèbre pour ses meetings en plein air à l'atmosphère survoltée, le tribun a renoué, pour la première fois depuis qu'il a quitté la Maison Blanche il y a cinq mois, avec tous les codes de ces rendez-vous lors d'un discours énergique d'une heure et demie.

Il s'agissait du «tout premier meeting de l'élection de 2022», a-t-il souligné en introduction, l'événement ayant été organisé en soutien d'un candidat républicain au Congrès. «Nous allons reprendre la Chambre (des représentants), nous allons reprendre le Sénat», a-t-il martelé.

Election «volée»

Sur le fond, l'ancien président a abordé tous ses thèmes de prédilection, en dressant le portrait d'une Amérique courant «à sa perte» sous son successeur Joe Biden, tout en répétant ses allégations d'élection «volée» par les démocrates en 2020.

«Nous avons gagné l'élection deux fois, et il est possible que nous devions la regagner une troisième fois»

Donald Trump

Le magnat de l'immobilier de 75 ans n'a toujours pas reconnu explicitement la victoire de son successeur. Il continue au contraire à crier à la fraude électorale, même si ses dizaines de plaintes ont été rejetées y compris par des juges qu'il avait nommés.

«Joe Biden est en train de détruire notre nation, juste sous nos yeux», a-t-il lancé. «Qui diable sait ce qu'il va se passer en 2024, on n'aura même plus de pays!», s'est-il exclamé.

Banni des réseaux sociaux après l'assaut meurtrier du Capitole, le 6 janvier, le tribun avait déjà prononcé deux grands discours publics depuis son départ de Washington. Mais l'ambiance plus feutrée des salons conservateurs n'avait alors ressemblé en rien à l'atmosphère de ces meetings où l'ancien président ne cesse d'interpeler un public surexcité et où s'enchaînent des tubes dans les haut-parleurs.

Ayant promis de jouer un grand rôle lors des élections-clés de mi-mandat («midterms») de novembre 2022, il a confirmé sa stratégie visant à soutenir les candidats pro-Trump. Le meeting de samedi soir était organisé pour soutenir un ancien conseiller de Donald Trump, Max Miller, qui se présente contre un républicain siégeant à la Chambre des représentants, Anthony Gonzalez.

Militants au rendez-vous

Certains supporters avaient campé depuis plusieurs jours sur place pour être certains de voir le milliardaire. Et l'on pouvait apercevoir dans la foule des T-shirts «Trump 2024», destinés à motiver l'ancien président, qui laisse planer la perspective d'une nouvelle candidature présidentielle.

Dès mercredi, il se rendra au Texas pour visiter la zone frontalière avec le Mexique et revenir sur l'immigration clandestine, l'un des sujets centraux de sa présidence. Puis le 3 juillet, il organisera un autre grand meeting à Sarasota, en Floride. (ats/afp)

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

La justice s'attaque au directeur financier de Trump et à son entreprise

L'entreprise familiale, la Trump Organization de l'ex-président, et son directeur financier, Allen Weisselberg, devraient comparaître ce jeudi devant le tribunal.

La Trump Organization, le groupe familial de l'ex-président américain Donald Trump, et son directeur financier vont être inculpés jeudi par les procureurs de New York, affirment mercredi plusieurs journaux américains. Les accusations portent sur des délits fiscaux.

Selon le Wall Street Journal, le New York Times et le Washington Post, qui citent des sources proches du dossier, l'inculpation porte sur des avantages en nature accordés au directeur financier de la holding, Allen Weisselberg, …

Lire l’article
Link zum Artikel